Le projet de l'Éco-campus Hubert-Reeves devient une réalité: la préparation du terrain commence en cette fin du mois de novembre, avec l'abattage des arbres. Dès la fin de l'hiver, les travaux d'aqueduc débuteront.

Mis à jour le 25 nov. 2014
Didier Bert LA PRESSE

Cet hiver, Technoparc Montréal lancera l'appel d'offres pour construire le premier bâtiment destiné à accueillir des petites entreprises spécialisées dans les technologies propres, comme les systèmes de décontamination et les capteurs solaires.

L'Éco-campus sera construit dans le parc-nature des Sources, cette forêt qui côtoie les pistes de l'aéroport Pierre-Elliott-Trudeau. «C'est un environnement de travail très particulier: on est carrément dans la forêt!», explique Mario Monette, PDG de Technoparc Montréal.

Technoparc Montréal a mis quatre ans pour boucler le projet. «Ç'a été un défi de trouver des solutions techniques novatrices en développement durable et de les faire approuver par les instances gouvernementales, précise-t-il. Nous avons même dû changer de firme de génie durant le processus.»

Une fois achevé, l'ensemble de l'Éco-campus sera formé de 12 bâtiments durables en structure de bois, représentant une surface totale de 800 000 pi².