Les nouvelles technologies engendrent de nombreux changements dans toutes les disciplines. Chaque université essaie de former ses étudiants à ces évolutions. L'ÉTS le fait dans le domaine de la construction et Concordia en génie de l'informatique. L'UQAM table, entre autres, sur la formation des dirigeants de PME.

Mis à jour le 8 nov. 2016
Anne Gaignaire AGENCE FRANCE-PRESSE

ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE

L'ETS offrira à partir de janvier prochain un programme court en modélisation de données du bâtiment (Building Information Modeling).

La formation est ouverte en priorité aux ingénieurs en génie civil et construction et aux architectes. Ce programme vise à familiariser les étudiants avec les enjeux liés aux technologies de l'information appliquées à la construction, les techniques de modélisation 3D, de temps, de coûts, la modélisation énergétique du bâtiment et la modélisation des données pour l'opération de bâtiment.

« Actuellement, cette technologie est en train de changer l'industrie. Or, le Canada est en retard sur ce plan et la formation universitaire, encore plus », affirme Daniel Forgues, professeur au département de génie de la construction.

Les étudiants, eux, ont bien saisi l'importance de la matière. « Sur 84 étudiants sondés, 26 se sont dits prêts à faire ce programme, ce qui est beaucoup, car souvent, comme ils ont une bonne employabilité, ils partent dès la fin de leurs études », explique Daniel Forgues.

Le programme permettra à ceux qui veulent faire de la recherche de poursuivre dans cette voie et pour les autres, d'introduire ces nouvelles façons de faire dans leurs pratiques.

ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE*

NOMBRE D'ÉTUDIANTS : 8793

NOMBRE D'ÉTUDIANTS AU PREMIER CYCLE : 6258

NOMBRE DE PROGRAMMES AU PREMIER CYCLE : 22

*Automne 2016

14 % (HOMMES : 86 %)

Données recueillies par Martine Letarte, collaboration spéciale

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL 

L'UQAM a modifié sa programmation pour « combler des besoins de formation répondant à des préoccupations sociales exprimées par la communauté ou le marché du travail », affirme Françoise Braun, directrice du Bureau de recrutement.

L'institution offre ainsi plusieurs programmes courts qui ont souvent des visées professionnelles, dont un programme de deuxième cycle en commerce international. Il s'adresse aux chefs de petites entreprises qui souhaitent se lancer dans l'exportation ou à des professionnels qui souhaitent travailler dans des entreprises internationales. Il a pour but de leur apprendre à s'adapter à un contexte culturel différent, à la tête d'équipes multiculturelles, mais aussi de leur enseigner des points techniques comme concevoir et activer des chaînes d'approvisionnement et de distribution à l'étranger.

Un bac en sciences naturelles appliquées à l'environnement a par ailleurs été créé afin de permettre aux étudiants de porter un regard global sur les enjeux environnementaux, les interrelations entre les composants des milieux naturels et de développer une capacité d'innovation face à ces enjeux.

La faculté de sciences humaines innove en proposant une concentration en études autochtones. Le programme vise à sensibiliser les étudiants de la faculté aux questions autochtones, à leur faire connaître l'histoire, la culture, les mouvements artistiques autochtones.

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL*

NOMBRE D'ÉTUDIANTS : 43 314

NOMBRE D'ÉTUDIANTS AU PREMIER CYCLE : 34 735

NOMBRE DE PROGRAMMES AU PREMIER CYCLE : plus de 160

*Automne 2015

PROPORTION D'ÉTUDIANTS AUX ÉTUDES À TEMPS PLEIN : 62 % (HOMMES : 38 %)

Données recueillies par Martine Letarte, collaboration spéciale

CONCORDIA

Cet automne, l'Université Concordia a offert un nouveau programme de doctorat en génie informatique, « le premier au Québec et le deuxième au Canada », se réjouit Graham Carr, vice-recteur exécutif aux affaires académiques.

« Dans le marché, la demande est forte pour ce niveau d'expertise », constate Graham Carr. En septembre, 18 étudiants étaient inscrits au nouveau programme. L'Université s'attend à avoir une cohorte de 32 étudiants en septembre prochain et de 82 en 2020.

L'École de gestion John-Molson a, de son côté, lancé un certificat en propriété d'entreprise qui vise à expliquer les rouages et à donner les outils nécessaires à l'achat d'une entreprise. Le programme sera un mélange de théorie et de témoignages. Une formation utile pour ceux qui seraient intéressés par l'acquisition d'une firme existante, un enjeu fondamental dans le contexte de manque de relève actuel au Québec.

Autre nouveauté : une maîtrise en design de la faculté des beaux-arts. Sur 45 candidats, seuls 10 ont été retenus pour cette première cohorte. Ce programme, axé sur la pluridisciplinarité, donne aux étudiants la possibilité de collaborer à des projets de recherche-création.

UNIVERSITÉ CONCORDIA*

NOMBRE D'ÉTUDIANTS : 43 634

NOMBRE D'ÉTUDIANTS AU PREMIER CYCLE : 35 616

NOMBRE DE PROGRAMMES AU PREMIER CYCLE : environ 300

*Automne 2015

PROPORTION D'ÉTUDIANTS AU PREMIER CYCLE : 52 % (HOMMES : 48 %)

Données recueillies par Martine Letarte, collaboration spéciale