Investir ou pas, mais surtout dans quoi. Pour le gestionnaire de PME, s'engager dans un investissement représente un risque d'importance élevée. Afin de l'aider dans ses réflexions, voici 10 conseils en matière d'investissement.

Mis à jour le 23 oct. 2012
Martin Primeau, collaboration spéciale LA PRESSE

1 - Faire un exercice de planification stratégique

«Connaître les forces et les faiblesses d'une entreprise en plus de ses environnements interne et externe permet de prendre des décisions d'investissement cohérentes pour accroître son efficacité et sa performance», indique Normand Voyer, vice-président exécutif de Sous-traitance industrielle Québec (STIQ), un organisme qui offre aux PME un service de diagnostic des bonnes pratiques d'affaires.

2 - Aller jusqu'au bout de l'exercice de planification

Faire le diagnostic est une chose, mais appliquer les recommandations qui suivent en est une autre selon Michelle Vyboh, responsable des communications de STIQ. «Il faut faire l'exercice au complet: évaluer l'entreprise, déterminer les principes d'action, puis implanter les améliorations, souligne-t-elle. Des fois, les PME font le diagnostic, sont dépassées par tout ce qu'il y a à faire, puis mettent ça sur une tablette et ne font rien. Elles ratent parfois des possibilités d'amélioration spectaculaires.»

3 - Déterminer des indicateurs-clés de performance

«La sélection des critères de performances, c'est un domaine qui est très important, mais les PME semblent l'oublier, explique Ygal Bendavid, professeur au département de management et de technologies à l'école des sciences de la gestion de l'UQAM. Les PME doivent formaliser cette démarche de mesure des performances et identifier quatre, cinq ou six indicateurs cruciaux par département, par unité ou par fonction, selon l'entreprise. Pas 50.»

4 - Évaluer son entreprise soi-même

Moyennant un peu de travail, le dirigeant d'entreprise peut évaluer l'efficacité de son entreprise lui-même, selon Ygal Bendavid. «On peut commencer par une formation simple, dit-il. Ce n'est pas en une journée qu'on va devenir un spécialiste de la performance, mais on va apprendre à reconnaître les outils. Il existe plusieurs modèles de mesure de la performance. Ça se trouve. Il faut les utiliser.»

5 - Se tourner vers l'extérieur

Utiliser l'oeil d'un spécialiste extérieur à l'entreprise est une autre voie à envisager lorsque vient le temps de faire un diagnostic. Une façon d'évaluer l'entreprise avec du détachement selon Guy Banville, consultant en gestion stratégique de l'amélioration continue et président de Solutions PVA".

6 - Avoir des objectifs clairs

«Il n'y a rien de plus facile que d'organiser une entreprise pour ses besoins d'aujourd'hui, mais lorsqu'on souhaite le faire pour un horizon de cinq à dix ans, ça devient plus délicat, indique Guy Banville. En sachant où sera l'entreprise dans cinq ans en termes de ventes et de marché, on peut préparer l'entreprise à être productive non seulement aujourd'hui, mais aussi l'optimiser pour ce qui s'en vient.»

7 - Y aller par étapes

Selon Guy Banville, il faut avoir une approche progressive et ne viser qu'un objectif à la fois lorsque vient le temps d'investir dans son entreprise. «Ne jamais viser le succès ultime, insiste-t-il. Il faut y aller de petit succès en petit succès. Si on voit trop grand, on va échouer parce que ça va en demander trop d'un seul coup.»

8 - Investir dans les équipements, la recherche et le développement

«Les entreprises n'investissements pas suffisamment en R et D, explique Normand Voyer. Si on n'investit pas dans la recherche ou l'innovation de produits et de procédés, les entreprises vont se retrouver à la traîne.»

9 - Miser sur l'embauche et la formation

Les entrepreneurs qui envisagent d'investir dans du capital humain doivent penser à intégrer ou former des spécialistes dans leur entreprise, selon Ygal Bendavid. Une façon de se soustraire progressivement à l'emploi de spécialistes externes selon lui. «L'utilisation des services de consultants n'est pas un mauvais choix, dit-il. Ils peuvent nous guider et nous orienter. Mais à un moment donné, si on ne développe pas les compétences dans une entreprise, ça deviendra un centre de coûts constants.»

10 - Consacrer un budget à la veille

«Souvent, les grandes entreprises ont un budget déjà formalisé pour envoyer les employés dans les conférences, alors que dans les PME, malheureusement, cet aspect-là est souvent négligé, explique Ygal Bendavid. Il faut réserver un budget à la fréquentation des salons spécialisés dans son domaine. En une journée, ça nous permet de voir qui sont les nouveaux joueurs, quelles sont les nouveautés et les dernières tendances sur le marché.»