Après 13 années à la tête de Polygon, René Bélanger a tiré sa révérence. Depuis janvier, Jean-Pierre Asselin est le nouveau président de l'entreprise.

Martin Beauséjour, collaboration spéciale LA PRESSE

M. Bélanger a officiellement pris sa retraite le 31 décembre. Il a passé le flambeau à Jean-Pierre Asselin, retenu à l'extérieur de la ville au moment de l'entrevue.

Spécialisée dans la conception, l'installation et la maintenance de systèmes de protection incendie, Polygon peut se vanter d'avoir réussi son changement de garde. «Jean-Pierre Asselin était quand même vice-président depuis 2007. Nous préparons cette passation des pouvoirs depuis longtemps. Elle ne pouvait que se faire en douceur», précise René Bélanger.

Pour l'ancien président, il était normal que le niveau de mobilisation des employés ne soit pas affecté par la nouvelle direction. «Le respect et le bien-être de nos membres font partie de la liste des valeurs véhiculées par l'entreprise. M. Asselin a pris le temps de tisser des liens étroits avec les employés», ajoute celui qui siège toujours au conseil d'administration de Groupe Polygon.

Plusieurs membres de l'organisation détiennent aussi un pourcentage d'actions, ce qui augmente leur niveau de mobilisation. «Nous invitons plusieurs employés performants à devenir actionnaires. Nous sommes maintenant plus de 80 au sein de la compagnie.»

Cette mesure est loin d'être exclusivement réservée au personnel de direction. «Oui, on y compte beaucoup de cadres, c'est certain, mais il y a aussi des vendeurs, des chefs de département et des membres du personnel administratif.»

L'entreprise, dont le siège social est à Boisbriand, travaille maintenant à standardiser ses procédures d'un océan à l'autre. L'organisation possède 15 bureaux et emploie 650 personnes, dont près de la moitié au Québec.