Le secteur de la culture maraîchère au Québec, deuxième producteur en importance de légumes de champ au Canada, a connu une croissance supérieure à l'ensemble canadien depuis 10 ans. Face à la pression croissante des exigences sociétales, l'industrie travaille à assurer la qualité et la pérennité de sa production.

Mae Drolet-Giroux, collaboration spéciale LA PRESSE

«Nous sommes proactifs dans l'exportation de légumes et les maraîchers ont investi sur leurs fermes, explique Élaine Grignon, directrice générale de la Fédération des producteurs maraîchers du Québec. Le Québec produit 80% des laitues cultivées au Canada».

Aussi, 70% des poireaux cultivés au pays proviennent de producteurs maraîchers québécois. À elle seule, Les Cultures de chez nous inc. produit 2,5 millions de kilos de poireaux par année, soit 25% de la production totale du Québec.

Sur ses 700 acres de terre, 100 sont consacrées au poireau. L'entreprise d'une cinquantaine d'employés réalise un chiffre d'affaires de plus de 6,5 millions et dépense 1,5 million en masse salariale annuellement.

Le 21 septembre, Les Cultures de chez nous inc. a obtenu le prix national catégorie Or - 2e rang du concours de l'Ordre national du mérite agricole. Valérie Jutras a été nommée lauréate régionale, catégorie Or - 1er rang (mention de la relève féminine).

«Valérie a beaucoup d'initiative, témoigne son père, Louis-Marie Jutras, propriétaire de l'entreprise depuis 30 ans. Les employés bénéficient maintenant d'une assurance médicaments et d'une assurance salaire. Bien qu'on ait une ferme d'une certaine importance, précise-t-il, ma philosophie a toujours été la même: il faut rester humain, en taille et en manière de faire.»

Défis de l'industrie

Dans un mémoire présenté à l'Assemblée nationale en septembre, la Fédération soutient que les producteurs québécois se heurtent à la compétition étrangère, notamment avec l'importation grandissante de produits biologiques de masse.

«Les légumes bios étrangers sont produits dans des régions où la main-d'oeuvre est moins onéreuse, les conditions de culture moins exigeantes et les critères de certification biologique moins sévères. Leurs produits se vendent donc sur nos marchés à un prix similaire ou inférieur aux produits locaux», affirme Élaine Grignon.

La sécurité du revenu collectif et individuel est aussi une préoccupation première pour l'industrie maraîchère. La Fédération représente ses membres notamment en vue d'obtenir un nouveau programme d'assurance récolte adapté.

LES PRODUCTEURS INVESTISSENT

>1469 producteurs maraîchers

>9513 travailleurs, dont 8711 saisonniers,

>675 à temps plein et 127 à temps partiel

>65 légumes cultivés au Québec, en terres minérales et organiques

> Valeur de ventes: 246,8 millions

> Valeur des exportations:50% en valeur monétaire

Source: Fédération des producteurs maraîchers du Québec, août 2011.