Avec la fin des restrictions sanitaires en Amérique du Nord, le transport aérien peut reprendre sa croissance prépandémique, mais avec un petit stimulant supplémentaire de demande refoulée durant la crise. CAE nourrira la relance — et en profitera, aussi – en augmentant sa capacité de formation de pilotes.

Publié le 18 juillet
Simon Lord Collaboration spéciale

L’entreprise de Montréal lancera par exemple un premier centre de formation à Las Vegas d’ici la fin de l’année, illustre Alexandre Prévost, vice-président et directeur général pour la formation d’aviation d’affaires chez CAE. Le nouveau centre de formation, le premier de l’entreprise sur la côte ouest des États-Unis, accueillera huit simulateurs de vol.

PHOTO LUC LAVERGNE, FOURNIE PAR CAE

Alexandre Prévost

L’aviation a été très touchée par la crise. Mais la reprise est amorcée, surtout en Amérique du Nord, alors on essaie de répondre aux besoins croissants de formation pour permettre aux compagnies aériennes d’augmenter leurs niveaux d’opération.

Alexandre Prévost, vice-président et directeur général pour la formation d’aviation d’affaires chez CAE

La relance de l’industrie de l’aviation étant plus forte en Amérique du Nord qu’ailleurs dans le monde — l’Asie et, dans une moindre mesure, l’Europe repartent plus lentement —, le deuxième centre de formation à venir de CAE arrivera à point. Celui-ci verra le jour à Savannah, en Géorgie.

Des milliers de pilotes à former

Ce deuxième centre de formation comptera quatre simulateurs de vol de la famille Gulfstream. Dans ce cas-ci, le centre permettra de former non seulement des pilotes, mais également des techniciens de maintenance d’avion.

« L’aviation d’affaires a non seulement renoué avec la croissance, mais en matière de nombre de vols, le niveau d’activité a même dépassé les niveaux d’avant la pandémie. Cela signifie qu’il va falloir plus de pilotes et plus de formation », dit Alexandre Prévost.

45 000

Demande mondiale de nouveaux pilotes de jets d’affaires au cours des 10 prochaines années

264 000

Demande totale de nouveaux pilotes pour l’aviation civile mondiale au cours des 10 prochaines années

Source : CAE

Le centre de Savannah s’ajoutera aux huit centres de formation qu’exploite déjà CAE : un à Montréal, un à Londres, un à Dubaï et cinq autres un peu partout en Amérique du Nord.

Investir en innovation numérique

CAE se positionne aussi pour la relance en investissant un milliard sur cinq ans dans l’innovation numérique.

Concrètement, cette somme sera investie en recherche et développement pour mieux exploiter notamment l’analytique et l’intelligence artificielle afin de déterminer et de cibler les améliorations à apporter aux programmes de formation.

« On peut par exemple combiner les données de vols aux données que l’on récolte sur nos simulateurs afin de rendre la formation plus réaliste, et de la cibler encore davantage sur les problèmes réels que rencontrent les pilotes en cours de vol », explique Alexandre Prévost.

Notant que la pandémie a entraîné une demande de voyage refoulée, il observe que la fin des restrictions donne donc un élan à court terme à l’industrie en Amérique du Nord.

« Au-delà de ça, on revient toutefois aussi à la normale prépandémique, dit-il. Quand on regarde comment s’opère la relance ici, ça nous aide à prévoir ce qui devrait se passer en Europe et en Asie, quand leur relance sera pleinement amorcée, et comment on pourra la soutenir. »

CAE en bref

  • Employés : 13 000
  • Emplacements et centres de formation : 180
  • Pays : 35