La demande pour les minéraux qui entrent dans la fabrication de batteries lithium-ion utilisées notamment dans les véhicules électriques, les téléphones et les ordinateurs portables est en forte hausse dans le monde. Le Québec ambitionne d’être un chef de file de la production, de la transformation et du recyclage de ces minéraux. Et les résultats commencent à se faire sentir.

Publié le 30 mai
Martine Letarte
Martine Letarte Collaboration spéciale

« Le graphite est la composante numéro un dans la batterie lithium-ion, et nous avons découvert notre gisement qui est important dans le secteur du graphite en 2015, à Saint-Michel-des-Saints », affirme d’emblée Julie Paquet, vice-présidente, communications et stratégie ESG, chez Nouveau Monde Graphite.

C’est une première au Québec. « Il y a une mine en exploitation à Lac des Iles, mais ce n’est pas une très grosse production, ajoute-t-elle. L’essentiel du graphite est extrait en Amérique du Sud, en Afrique et beaucoup en Chine qui achète d’ailleurs le reste de la production pour réaliser la deuxième transformation, soit le graphite sphérique. Ainsi, 100 % de la production sort de la Chine en ce moment, donc la dépendance est totale. »

Nouveau Monde Graphite, qui a récemment annoncé une alliance avec Mason Graphite, ira donc de l’avant avec l’extraction et la transformation. L’entreprise termine actuellement la mise sur pied d’une usine de démonstration : un concentrateur extrait de la paillette qui est ensuite transformée en graphite sphérique et s’en va vers la purification.

Lisez notre texte « Nouveau Monde Graphite et Mason Graphite s’unissent »

« Cela se fait avec du chlore, donc comme c’est un produit sensible, nous avons installé cette opération directement chez Olin à Bécancour, indique Julie Paquet. Il nous reste l’étape de l’enrobage à mettre en place. La construction est en train d’être finalisée et d’ici la fin de juin, on fera la mise en service. »

Nouveau Monde Graphite pourra ainsi commencer à fournir des échantillons à des clients potentiels. « Ils s’assureront que notre matériel répond à leurs spécifications techniques, et nous pourrons démontrer que nous pouvons produire du matériel de qualité, à grande échelle, avec constance », indique Julie Paquet.

La production commerciale devrait commencer vers 2025.

La carte environnementale du Québec

L’une des cartes que Nouveau Monde Graphite a dans son jeu pour briller auprès des clients potentiels est son côté vert.

Nous misons à 100 % sur le réseau hydroélectrique. Pour les équipements, nous travaillons avec Caterpillar pour développer des solutions adaptées à notre site. Nous serons probablement le premier site à ciel ouvert dans le monde qui fonctionnera à 100 % à l’électricité.

Julie Paquet, vice-présidente, communications et stratégie ESG, chez Nouveau Monde Graphite

Pour compenser ses émissions de gaz à effet de serre (GES), Nouveau Monde Graphite achète des crédits carbone ; elle est donc carboneutre.

« Le Québec peut se vanter de produire les minerais avec la plus petite empreinte carbone au monde grâce à l’hydroélectricité, d’autant plus que plusieurs des gisements de minerais stratégiques sont situés dans le sud du Québec, donc là où le réseau se rend », affirme Josée Méthot, présidente-directrice générale de l’Association minière du Québec.

Elle souligne qu’il y a aussi le projet de graphite La Loutre, dans les Laurentides, qui est en développement. Et d’autres pour extraire d’autres types de minéraux qui serviront également pour fabriquer des batteries : un en nickel, cinq en lithium et deux en terres rares.

« C’est certain que, pour les compagnies de véhicules électriques, avoir des minerais du Québec dans leurs batteries, c’est avantageux lorsque vient le temps de faire l’analyse de la production de GES, souligne Josée Méthot. Mais c’est certain qu’on ne peut pas comparer les prix d’ici avec ceux de la Chine qui n’a pas les mêmes règles sociales et environnementales. »

Chez Nouveau Monde Graphite, on est toutefois confiant par rapport au marché. « En Europe, on est rendu là, affirme Julie Paquet. Puis, en Amérique du Nord, on reconnaît la tendance. Lorsque les consommateurs choisissent un véhicule hybride ou électrique, ils veulent que leur choix soit vraiment responsable. »

Une version précédente de ce texte indiquait erronément que la mine de Lac des Iles se trouve en Ontario et que, dans le processus, le concentrateur « fabrique » de la paillette, alors qu'il en extrait. Nos excuses.

En savoir plus

  • 494 %
    C’est la croissance anticipée de la demande de graphite prévue dans le monde entre 2018 et 2050 pour la transition énergétique.
    Plan québécois pour la valorisation des minéraux critiques et stratégiques 2020-2025