Logistik Unicorp poursuit son expansion à l’étranger, elle qui fournit depuis quelques mois des uniformes militaires en Nouvelle-Zélande. L’entreprise de Saint-Jean-sur-Richelieu ouvrira sous peu une usine de confection au Togo, en Afrique de l’Ouest. Portrait d’une prolifique organisation qui, dès sa première tentative, fait son entrée au palmarès des sociétés les mieux gérées au Canada.

Publié le 10 mai
Stéphane Champagne
Stéphane Champagne Collaboration spéciale

L’entreprise familiale et ses quelques filiales outre-mer sont spécialisées dans la gestion complète d’uniformes de travail. De la confection jusqu’à la livraison, elle gère de A à Z (sur quatre continents) les uniformes et les accessoires (sacs, chaussures, etc.) destinés notamment à des militaires et à des premiers répondants.

Rien qu’au Canada, Logistik Unicorp compte 24 clients et habille près de 320 000 personnes. La Défense nationale, Postes Canada, la Ville de Montréal et la Société des établissements de plein air du Québec (SEPAQ) figurent parmi ses plus importants clients. Ailleurs dans le monde, elle fournit des habits à 300 000 personnes, principalement en Europe (Allemagne et France en tête de liste) et en Océanie (Australie et Nouvelle-Zélande).

Logistik Unicorp possède une usine de confection en Tunisie (où elle emploie 500 personnes) et une autre au Viêtnam (600 employés). L’entreprise compte 2000 employés dans le monde, dont 500 au Québec.

Un pied au Togo

L’ouverture imminente d’une nouvelle usine au Togo s’explique par une volonté de diversifier les approvisionnements de l’entreprise familiale. À terme, cette usine permettra de desservir ses marchés actuels, mais également le marché de l’Afrique subsaharienne.

« La pandémie nous a appris qu’il faut avoir une approche globale et diversifiée », explique Karine Bibeau, vice-présidente, expérience client, et l’une des premières employées de l’entreprise fondée par son père, Louis Bibeau, en 1988. Mme Bibeau, 43 ans, a fait ses classes à l’étranger en travaillant en Allemagne, en Australie et en Tunisie.

Notre but, en nous inscrivant au concours des sociétés les mieux gérées au Canada, est de faire rayonner l’industrie du vêtement et du textile.

Karine Bibeau, vice-présidente, expérience client, de Logisitik Unicorp

La force de l’entreprise, selon elle : son intégration. Au fil des ans, Logistik Unicorp s’est donné les moyens de ses ambitions en formant des équipes spécialisées. Par exemple, elle a mis en place, à son siège social de Saint-Jean-sur-Richelieu, un laboratoire textile où sont menés des tests, notamment sur les nouveaux matériaux, leur résistance, etc. Elle possède en outre sa propre équipe de designers, de patronistes, etc.

Innovation

Dans sa quête d’innovation, le spécialiste québécois des uniformes utilise des technologies de pointe. Le manufacturier possède son propre progiciel de gestion intégrée. Et il a récemment embauché un docteur en intelligence artificielle afin, notamment, d’évaluer les demandes des clients et d’expédier ses produits plus rapidement et plus efficacement. Des robots ont d’ailleurs été installés à son entrepôt en Montérégie pour la préparation de commandes.

Pour la suite des choses, l’entreprise, qui a fabriqué in extremis des millions de blouses médicales au plus fort de la pandémie de COVID-19, veut conquérir de nouveaux marchés ailleurs sur la planète. Notre voisin immédiat, les États-Unis, où elle n’a pas encore tenté une percée, est dans sa ligne de mire.

La clé de leur succès

« Notre succès repose sur une vision audacieuse, explique Karine Bibeau, vice-présidente, expérience client. Notre objectif est de toujours aller plus loin. Nous n’allons jamais nous contenter du statu quo. La robotique et l’intelligence artificielle font partie de nos plus récentes innovations. Nous avons développé plusieurs expertises à l’interne. Nous sommes parmi les premières entreprises privées au Canada à avoir construit un siège social certifié LEED Or. »