Les outils d’investissement se multiplient chaque année, remodelant l’accessibilité à des solutions de placements pouvant assurer à l’investisseur diversification, rendement et sécurité du capital. Survol de cinq catégories de fonds suggérées par Thomas Jolin, directeur des stratégies d’investissement pour SFL Gestion de patrimoine Québec, Mauricie, Appalaches, et Leon Garneau Jackson, directeur, distribution centrale, chez BMO Gestion mondiale d’actifs.

Jean Gagnon Collaboration spéciale

Mandat de revenu fixe sans contrainte

Les fonds traditionnels de marché monétaire et d’obligations qui composaient généralement la portion revenu fixe du portefeuille peuvent être remplacés maintenant par ce que l’on appelle un mandat de revenu fixe. Ces mandats, confiés à un ou plusieurs gestionnaires, peuvent porter sur toutes les stratégies de gestion d’obligations, ainsi que d’autres classes d’actifs qui génèrent des revenus fixes. Ces mandats se caractérisent principalement par le fait que les gestionnaires ne font face à aucune contrainte quant aux choix des titres qu’ils vont détenir, ainsi que de la fréquence à laquelle ils modifieront la composition du fonds.

Les mandats d’actions

Ce sont les fonds communs d’actions tels qu’on les connaît. Ils peuvent porter sur des actions canadiennes, américaines et internationales, ainsi que sur des actions de marchés émergents. L’objectif de ces mandats en actions demeure de générer la croissance du portefeuille. Combiner des mandats en actions canadiennes, américaines, internationales et de marchés émergents permet d’atteindre un niveau de diversité élevé.

Les fonds communs alternatifs

Lancés il y a à peine quelques années, ces fonds permettent aux investisseurs un accès à des stratégies alternatives comme la vente à découvert, l’effet de levier et les produits dérivés qui ont été longtemps le propre des grands investisseurs qui utilisaient les fonds de couverture (hedge funds). Contrairement à la croyance populaire, les fonds de couverture ont généralement comme objectif de réduire la volatilité et non de l’augmenter. Il va de soi que l’épargnant doit bien comprendre la teneur et le fonctionnement de ces fonds avant d’y investir.

Les fonds de dividendes

Afin de combler l’appétit des investisseurs à la recherche de revenus, ces fonds ont comme objectif de générer un rendement après impôts élevé qui sera composé d’un revenu de dividendes et de l’appréciation du capital généré par des actions ordinaires et privilégiées de sociétés de grande qualité. Encore là, les actifs du fonds peuvent être canadiens, américains ou internationaux. On évalue à moyen le niveau de risque de ce type de fonds. Au Canada, par exemple, les actions des grandes banques, ainsi que celles de sociétés de gestion comme Brookfield Asset Management, sont les titres recherchés pour composer ce type de fonds.

Les fonds de vente d’options d’achat couvertes

Ces fonds privilégient une stratégie qui consiste à vendre des options sur les titres détenus en portefeuille, ce qui a pour effet d’atténuer le risque de baisse, tout en générant un revenu additionnel. Là encore, au Canada, les titres des grandes banques sont des actifs de choix pour ce genre de fonds. Les options vendues sont dites couvertes, car le fonds détient en portefeuille les actions sous-jacentes. Les grandes banques américaines font également l’objet de ce type de fonds.