Une part essentielle de la valeur des analystes découle de leur bonne capacité à communiquer, avec rapidité et précision, mais aussi de façon succinte auprès d'interlocuteurs souvent inondés d'informations financières et économiques.

Mis à jour le 15 nov. 2017
Martin Vallières LA PRESSE

En guise d'exemple, voici la première page d'un récent rapport de l'analyste Benoit Poirier, de Desjardins Marché des capitaux, produit lors du dévoilement résultats du troisième trimestre de Bombardier.

Fait à souligner : ce rapport est en anglais seulement, comme tous les rapports d'analystes publiés au Canada et même au Québec, en fonction des dispositions de la Loi québécoise sur les valeurs mobilières.

Six informations à extraire de tout rapport d'analyste : 

1) «Highlights» - Les faits saillants dans l'actualité de l'entreprise : il s'agit du résumé des constats et des commentaires de l'analyste à propos du plus récent énoncé de l'entreprise. Dans ce cas-ci : les résultats de troisième trimestre et la téléconférence entre analystes et dirigeants de l'entreprise.

2) La recommandation concernant les actions de l'entreprise (acheter, conserver ou vendre), avec une icône de modification et une courte explication, le cas échéant.3) Le prix cible des actions de l'entreprise d'ici un an qui est anticipé par l'analyste

Point 3 : 

Les principales mesures de valeur boursière et de valeur comptable de l'entreprise qui sont considérées par l'analyste

Point 4 : 

Les principaux résultats annuels et trimestriels de l'entreprise, incluant ceux anticipés par l'analyste pour l'exercice courant et les suivants.

Point 5 : 

Les plus récents changements faits par l'analyste à ses prévisions de valeur boursière et de prochains résultats d'exploitation de l'entreprise.

Point 6 : 

--