Capter les données de consommation énergétique d'une usine en temps réel, service par service: voilà un exemple de ce que Hulix Conseil conçoit comme système clés en main pour ses clients.

Martine Letarte, collaboration spéciale LA PRESSE

«Ça permet de prévoir les coûts et de détecter rapidement un problème», affirme François Ruel, ingénieur électrique, président de Hulix.

Le système peut être installé directement dans l'entreprise, ou Hulix peut héberger les données pour son client dans ses serveurs sécurisés.

«Ainsi, le client a accès à ses tableaux de bord, mais il n'a pas à acheter les logiciels ni à investir dans la formation à l'interne pour utiliser le système», explique M. Ruel.

Ses clients sont principalement des entreprises de moyenne à très grande taille du Québec et des États-Unis, mais celles-ci ont amené la firme de Victoriaville à travailler dans leurs différents bureaux à l'international, notamment en Chine et au Brésil.

Plusieurs créneaux

François Ruel a lancé Hulix en 2008. Rapidement, il a réalisé que son expertise pouvait s'appliquer à plusieurs créneaux. C'est alors qu'il a démarré une deuxième entreprise, m2 M Lab, pour capter des données sur la performance de l'humain.

«Nous l'avons fait pour les Flyers de Philadelphie. Nous captons 25 000 données en trois minutes et en quelques secondes, les données sont analysées. Nous avons aussi travaillé avec l'armée canadienne pour évaluer la performance de militaires.»

Si François Ruel, 34 ans, est entrepreneur aujourd'hui, c'est en grande partie grâce à Cascades, où il a travaillé dès la fin de ses études collégiales.

«En 2008, j'ai profité d'une année sabbatique que Cascades permet à ses employés pour les aider à démarrer leur entreprise. Après un an à travailler dans mon entreprise, j'ai décidé de continuer», affirme M. Ruel qui a aussi bénéficié de mentorat à la Corporation de développement économique de Victoriaville.

Son parcours n'a pas été sans difficulté. «J'ai dû apprendre à doser le temps investi à développer des idées et celui à faire de l'administration», précise-t-il.

Six personnes travaillent maintenant chez Hulix et si tout va comme prévu, François Ruel croit doubler son personnel d'ici un an et demi.