En DVD

Greedy Lying Bastards

Greedy Lying Bastards

Résumé

Incendies, tempêtes, sécheresses, inondations... les conséquences écologiques, humaines et financières du réchauffement climatique sont concrètes et vont croissant. Pourtant, nombreux sont encore ceux qui refusent d'admettre ces réalités et font l'impasse sur le changement.

Cote La Presse

3/5

Votre cote 6 votes

4.2/5

Fermer X

Bande-annonce de Greedy Lying Bastards

Vous avez vu le film?
Faites-nous part de vos commentaires

COTEZ CE FILM

Légende

  • 5 etoile - exceptionnel
  • 4 etoile - Très bon
  • 3 etoile - Bon
  • 2 etoile - Passable
  • 1 etoile - À éviter

DÉTAILS

Date de sortie : 2013-05-04

Classement : En attente de classement

Pays : États-Unis

Distributeur : Cinéma du Parc

Date de sortie en DVD : 2014-01-14

Genre : Documentaire

Durée : 90 min.

Année : 2012

Site officiel

GÉNÉRIQUE

Réalisation : Craig Scott Rosebraugh

Montage : Patrick Gambuti Jr.

Scénario : Patrick Gambuti Jr.,Craig Scott Rosebraugh

Photographie : Carl Bartels

Musique : Michael Brook

ACTEURS

Critique

Greedy Lying Bastards : la faute aux Américains

Charles 
Charles Côté

Le spectacle de la politique climatique des États-Unis, tel que présenté par Greedy Lying Bastards, est douloureux, mais essentiel pour qui veut comprendre l'échec de la lutte contre le réchauffement de la planète.

Influence du lobby pétrolier au Congrès, manipulation de la science par des «spécialistes» aux qualifications douteuses, faux groupes de pression financés plus ou moins discrètement par les grands industriels, torpillage du Sommet de Copenhague en 2009 par le «Climategate»: toutes les clés y sont.

La galerie de personnages alignés par le documentariste Craig Rosebraugh est très complète et couvre tout le spectre. Du climatologue Michael Mann, victime du «Climategate», harcelé par les négationnistes du climat, jusqu'à «Lord» Christopher Monckton, un pseudo-scientifique dont on assiste avec une certaine délectation au déculottage devant un comité du Congrès.

Un des moments forts nous montre Henri Waxman, représentant démocrate, débattre en comité avec Ed Whitfield, un républicain, sur l'opportunité de faire comparaître les frères Koch, deux industriels milliardaires qui manipulent l'opinion à leur profit.

M. Waxman note que Koch Industries tient un double discours au sujet du pipeline Keystone KL. Côté américain, le projet n'a aucun impact sur leurs activités. Mais côté canadien, il prend une importance vitale, selon des représentations faites au gouvernement Harper.

Le républicain Whitfield, qui préside le comité, tranche: «On ne fera pas comparaître les frères Koch, ils n'ont rien à voir avec le projet Keystone. Et nous ferons une pause de 10 minutes.»

«Allez-vous appeler les frères Koch pendant la pause?» lance alors Waxman, dans un mélange de rage et de moquerie bien senti.

Du grand théâtre politique, avec en fond de scène une Amérique au climat déréglé: feux de forêt sans précédent au Colorado, fonte de la banquise en Alaska, sécheresse record dans les Plaines et Sandy, l'ouragan monstre qui frappe la côte Est. Des victimes de ces désastres mettent un visage bien américain sur la problématique.

Sur la forme, l'oeuvre de Rosebraugh manque de rythme. On comprend qu'il veut, comme tant d'autres, s'inspirer du style de Michael Moore, mais sa personnalité plus effacée s'y prête mal.

Sur le fond, son choix de se concentrer sur les États-Unis laisse d'importants angles morts du point de vue de la politique mondiale du climat. Si le géant américain est responsable des plus grandes émissions de gaz à effet de serre à ce jour, la Chine et l'Inde ont maintenant plus d'impact sur l'avenir du climat mondial.

Il reste que Greedy Lying Bastards montre très bien la joute politico-industrielle qui aura été déterminante pour le temps qu'il fera aujourd'hui et dans 50 ou 100 ans.

En exclusivité au Cinéma du Parc du 4 au 9 mai.

* * *
Documentaire de Craig Rosebraugh. 1h30.

publicité

Commentaires ( 2 ) Faites-nous part de vos commentaires >

Commentaires (2)

Commenter cet article »

  • @gigger666
    Ne soit pas ridicule. Tu penses que les Koch Brothers ou le lobby du pétrole ont fait pression sur les salles de cinémas pour qu'ils ne joue pas Greedy Lying Bastards? Tu ne crois pas plutôt que les opérateurs de la plupart des salles de cinéma savent qu'ils vont perdre de l'argent si ils jouent un documentaire (n'importe quel documentaire!) plutôt qu'Iron Man 3?

  • Une seule salle...on ne veut pas que ce film passe trop de remoue... Ce genre de film dérange le 1%...pour ça qui n'a qu'un 1% de salle qui le font jouer...

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires