À l'horaire

Modifier Localisation :
Montréal
>

Les cinémas

ou

Les films

       
      ou
      Fermer X

      Désolé! Nous ne pouvons vous localiser.

      Suggestions:
      1- Vérifiez l'orthographe
      2- Entrez un code postal
      3- Entrez le nom d'une ville
      4- Entrez une adresse

      En DVD

      11.6

      11.6

      Résumé

      Toni Musulin, convoyeur de fonds depuis dix ans pour une importante société de transporteurs blindés, rumine en silence. Ses collègues n'ont aucune idée de ce qui se trame dans sa tête, sa conjointe restauratrice non plus. Irrité par l'arrogance de son employeur, humilié par sa condition, Toni se détache du monde et pose des gestes qui détonnent. Comme par exemple celui d'acheter à l'encan une Ferrari rouge, de se pavaner comme un prince à son bord, puis de mettre en scène le vol du véhicule afin de toucher l'assurance. Outre son comportement distant, voire parfois hostile envers son meilleur ami au boulot, Toni multiplie les actions en catimini, dont la location d'un garage privé et l'érection, à l'intérieur de celui-ci, d'une double paroi. À quelles fins? Le 5 novembre 2009, avec à son bord un chargement de 11,6 millions d'euros provenant de la Banque de France, il profite de l'absence de ses deux collègues pour mettre à exécution son plan longuement mûri.

      Cote La Presse

      3/5

      Votre cote 19 votes

      3/5

      Fermer X

      Bande-annonce de 11.6

      Vous avez vu le film?
      Faites-nous part de vos commentaires

      COTEZ CE FILM

      Légende

      • 5 etoile - exceptionnel
      • 4 etoile - Très bon
      • 3 etoile - Bon
      • 2 etoile - Passable
      • 1 etoile - À éviter

      DÉTAILS

      Date de sortie : 2013-04-05

      Classement : Général

      Pays : France

      Distributeur : Remstar

      Date de sortie en DVD : 2013-08-20

      Genre : Drame

      Durée : 102 min.

      Année : 2013

      Site officiel

      GÉNÉRIQUE

      Réalisation : Philippe Godeau

      Montage : Thierry Derocles

      Scénario : Agnès de Sacy,Philippe Godeau

      Photographie : Michel Amathieu

      D'après le livre de : Alice Géraud-Arfi

      ACTEURS

      François CluzetJohan LibéreauBouli LannersLionnel AstierCorinne MasieroJuana Acosta

      Critique

      11.6 : l'homme qui aimait les voitures

      Luc 
      Luc Boulanger

      À titre de réalisateur, Philippe Godeau (qui est aussi un producteur estimé) s'inspire d'histoires vraies. Après le combat contre l'alcoolisme du patron de l'agence de presse Capa (Le dernier pour la route), c'est le crime de Toni Musulin qui fait l'objet de son deuxième film. Intitulé simplement 11.6, le long métrage raconte le vol d'un convoyeur lyonnais qui, un jour, s'est barré avec le fourgon rempli de 11,6 millions d'euros qu'il devait livrer à la Banque de France.

      Ce qui fascine Godeau dans ce fait divers, ce n'est pas tant le crime «sans violence ni victime» autre qu'une banque (2,5 millions d'euros n'ont jamais été retrouvés...), mais ce qui amène un homme ordinaire à commettre un vol extraordinaire. En effet, Toni Musulin, qui purge actuellement une peine de prison, est l'antihéros parfait. Un personnage sans qualités visibles qui cherche à oublier les petites humiliations de son quotidien en commettant un geste hors du commun.

      Le Lyonnais étant un homme secret et de peu de mots, le réalisateur a coupé dans les dialogues superflus pour nous montrer le convoyeur faisant le vide autour de lui, préparant son coup minutieusement. Comme on le voit se livrer aux autorités dès la première scène, le film est un long retour en arrière.

      Or, pour s'identifier à l'antihéros et comprendre son crime, le personnage doit être solidement étoffé ou bien ancré dans son environnement (deux choses que le scénario effleure). Par exemple, dans Taxi Driver, Travis Bickel réagit à la corruption et à la décadence qu'il observe chaque nuit dans les rues de Manhattan. Ici, peu d'éléments du récit expliquent la révolte du personnage. Ce n'est pas parce qu'un employeur ne comptabilise pas «trois minutes» dans une feuille de paie qu'on prépare le vol du siècle. Ni une obsession pour les voitures de luxe (il roule en cachette dans une Ferrari qu'il a achetée aux enchères avec ses économies!) qui illustre les inégalités sociales. «Quand tu as une belle voiture, les gens t'appellent monsieur», se justifie Musulin (interprété avec sobriété par François Cluzet), qui est incapable d'agir en monsieur avec sa propre copine (Corinne Masiero, toujours très bonne et vraie).

      Si Godeau est un réalisateur honnête, il gagnerait à prendre un peu de recul sur son sujet et à éviter de plaquer des images convenues, descriptives, qui étirent en longueur le récit. D'autant plus que cette histoire est déjà connue, il aura fallu un point de vue (social, artistique, psychologique) plus fort, pour l'élever en une véritable oeuvre d'art. Dans la forme, le film est honnête, mais loin d'être captivant. 

      * * *
      11.6. Polar social de Philippe Godeau. Avec François Cluzet, Bouli Lanners, Corinne Masiero.

      11.6: le bras d'honneur de Tony

      Éric 
      Éric Moreault

      Avec 11.6, Philippe Godeau s'attaquait à un problème particulier: comment garder une distance avec un personnage, somme toute antipathique, pingre et égocentrique, mais perçu comme un véritable héros populaire en France, tout en maintenant l'intérêt? En mélangeant suspense et drame social, tout en refusant de livrer son interprétation sur les motivations de Tony Musulin à piquer 11,6 millions d'euros. On peut quand même avancer que le convoyeur voulait faire un immense bras d'honneur au système. Le film en devient franchement jouissif.

      Tony Musulin (François Cluzet, magistral) est presque devenu l'équivalent de Robin des Bois dans l'imaginaire collectif français. En 2009, le convoyeur a réussi à piquer 11,6 millions d'euros dans son camion, sans violence et sans victime - à la Arsène Lupin. D'où le titre 11.6 -, dont neuf millions ont été retrouvés après l'incarcération de Musulin, pour cinq ans. Il incarne une révolte sourde dans la population (qui éclate parfois collectivement au grand jour...).

      Dans son très bon film, à la réalisation maîtrisée bien qu'un peu clinique, Philippe Godeau (Le dernier pour la route) s'est inspiré des faits réels, tout en réservant une belle place à la fiction. Ce qui laisse place à l'interprétation. Le spectateur comprend toutefois assez bien que ce gars, assez réactionnaire et incapable d'obtenir le respect social dont il rêve, subit les humiliations du système jusqu'à ce qu'il craque et décide de passer à l'action.

      Ce faisant, et bien qu'il soit d'abord le récit d'un incroyable vol, 11.6 évoque en filigrane le destin de tous ces gagne-petit qui besognent dans l'ombre et dans l'indifférence. C'est là toute l'habileté du réalisateur. On pense immanquablement à Des souris et des hommes de Steinbeck. En raison de la froide objectivité de la caméra, mais aussi au vu de cette amitié entre Musulin et son collègue Arnaud (Bouli Lanners) qui traîne partout sa... souris blanche!

      Ceux qui trouvent les films français trop verbeux vont être ravis: Tony Musulin est homme de peu de mots. Cluzet joue donc tout en intériorité, avec un jeu très physique, qui met en évidence, dans chacun de ses silences, les petits gestes qui en dévoilent beaucoup sur la personnalité du convoyeur. Et qui nous livrent aussi beaucoup sur sa révolte.

      L'acteur obtiendra certainement une nomination aux Césars pour cette performance. Mais il est aussi épaulé par celles de Lanners (Un long dimanche de fiançailles, Rien de personnel) et de Corinne Masiero (De rouille et d'os). Le premier est absolument convaincant en mésadapté social sans un brin de malice, en totale admiration devant son ami. La seconde n'est pas en reste en amante délaissée et dépassée par le changement de personnalité de son homme. Tony tente seulement de les protéger des répercussions de son casse, qu'il planifie minutieusement.

      Car 11.6 s'attarde à bien dresser le portrait de Musulin et de son entourage, ses frustrations comme ses défauts. Le processus est fascinant. Il prend bien soin, toutefois, de ne pas porter de jugement ni d'avancer d'explications fumeuses (pourquoi Musulin s'est-il rendu peu après? Où sont les 2,5 millions d'euros manquants?).

      Le long métrage a ses défauts mais, à tout prendre, il s'avère particulièrement réussi. Vous ne vous ferez pas arnaquer par le destin de Tony Musulin.

      * * * 1/2
      Titre: 11.6. Genre: drame. Réalisateur: Philippe Godeau. Acteurs: François Cluzet, Bouli Lanners et Corinne Masiero. Classement: général. Durée: 1h42.

      On aime: le parti pris de distance du réalisateur, les formidables acteurs.

      On n'aime pas: la Ferrari de Musulin.

      publicité

      Commentaires Faites-nous part de vos commentaires >

      Commentaire (0)

      Commenter cet article »

      À vous de lancer la discussion!

      Soyez la première personne à commenter cet article.

      Commenter cet article

      Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

       

      Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

      publicité

      10164:liste;1909714:box; 300_cinemaStandard.tpl:file;

      Critiques >

      publicité

      publicité

      la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

      publicité

      Autres contenus populaires