À l'horaire

Modifier Localisation :
Montréal
>

Les cinémas

ou

Les films

       
      ou
      Fermer X

      Désolé! Nous ne pouvons vous localiser.

      Suggestions:
      1- Vérifiez l'orthographe
      2- Entrez un code postal
      3- Entrez le nom d'une ville
      4- Entrez une adresse

      En DVD

      À perdre la raison

      À perdre la raison

      Résumé

      Murielle, institutrice en début de carrière, et Mounir, étudiant en médecine d'origine marocaine, s'aiment et décident, malgré un manque de ressources, de se marier. Pour bien faire, le docteur André Pinget, père adoptif de Mounir, qui a conclu un mariage blanc avec la soeur aînée de ce dernier, offre au couple de s'installer chez lui et prend le jeune homme comme assistant à son cabinet. Toutefois, au fil des ans et des naissances, les relations deviennent tendues au sein du trio. La jeune femme, qui se sent alors étouffée par son rôle de mère et par la dépendance matérielle de son ménage envers le médecin, sombre dans une dépression qui va l'amener à poser un geste irréparable.

      Cote La Presse

      3.5/5

      Votre cote 9 votes

      3.3/5

      Fermer X

      Bande-annonce de À perdre la raison

      Vous avez vu le film?
      Faites-nous part de vos commentaires

      COTEZ CE FILM

      Légende

      • 5 etoile - exceptionnel
      • 4 etoile - Très bon
      • 3 etoile - Bon
      • 2 etoile - Passable
      • 1 etoile - À éviter

      DÉTAILS

      Date de sortie : 2012-10-26

      Classement : Général (déconseillé aux jeunes enfants)

      Pays : Belgique

      Distributeur : Axia Films

      Date de sortie en DVD : 2013-03-19

      Genre : Drame

      Durée : 111 min.

      Année : 2012

      Site officiel

      GÉNÉRIQUE

      Réalisation : Joachim Lafosse

      Montage : Sophie Vercruysse

      Scénario : Joachim Lafosse,Thomas Bidegain,Matthieu Reynaert

      Photographie : Jean-François Hensgens

      ACTEURS

      Niels ArestrupÉmilie DequenneTahar RahimMounia RaouiRedouane BehacheStéphane Bissot

      Critique

      À perdre la raison: au-delà du fait-divers

      Marc 
      Marc Cassivi

      Au départ, il y a une histoire d'horreur. Un fait divers terrible. Une femme qui égorge, en les appelant un à un à l'étage, ses cinq enfants âgés de 3 à 15 ans. Avant de tenter, en vain, de mettre fin à ses jours.

      La tragédie a eu lieu en 2007, en Belgique, un pays qui n'a pas été épargné par les histoires sordides au cours des dernières années. Mais elle aurait pu, bien sûr, se passer n'importe où.

      Cet infanticide, et surtout les circonstances qui l'ont entouré, ont inspiré un long métrage de fiction au cinéaste belge Joachim Lafosse.

      À perdre la raison est un film fort, bouleversant, fascinant, sur la déroute psychologique d'une femme et sur le contexte familial atypique qui a contribué à sa spirale autodestructrice.

      Geneviève Lhermitte, condamnée à perpétuité pour le meurtre de ses enfants, vivait avec son mari d'origine marocaine sous le toit - et le joug - du bienfaiteur de ce dernier, un médecin plus âgé qui avait facilité son immigration en Belgique.

      Ce ménage à trois très particulier, davantage que la tragédie qui en a découlé, sert de point d'ancrage au film de Joachim Lafosse. Le cinéaste de 37 ans a voulu comprendre, au-delà du fait divers, qu'il transcende en l'adaptant très librement, la femme derrière la mère qui en arrive à tuer ses enfants.

      Les effets pervers de l'altruisme du médecin protecteur, interprété par Niels Arestrup, son paternalisme bienveillant, qui fait écho au colonialisme européen et empêche toute émancipation du couple incarné par Émilie Dequenne (excellente) et Tahar Rahim, s'affichent de manière subtile dans ce drame psychologique troublant et épuré.

      À perdre la raison a alimenté la polémique en Belgique avant même de prendre l'affiche. Certains ont estimé que le drame était trop récent. D'autres ont accusé Lafosse de voyeurisme. Le médecin et le mari de Geneviève Lhermitte ont demandé un droit de regard sur le scénario, qui leur a été refusé par le tribunal.

      Le film, désigné par la Belgique comme candidat à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère, a valu à Émilie Dequenne (qui y avait été révélée par Rosetta, des frères Dardenne) le prix d'interprétation de la section Un certain regard au Festival de Cannes, ex aequo avec Suzanne Clément pour Laurence Anyways.

      Dans une scène d'anthologie, on la voit perdre tous ses moyens, seule dans sa voiture, en écoutant une chanson de Julien Clerc. Point d'orgue d'un film déchirant.

      ___________________________________________

      À perdre la raison. Drame de Joachim Lafosse. Avec Niels Arestrup, Tahar Rahim et Émilie Dequenne. 1h51.

      À perdre la raison: l'enfer d'une mère

      Normand 
      Normand Provencher

      S'inspirant d'un horrible fait divers survenu en Belgique il y a cinq ans (l'affaire Geneviève Lhermitte), le réalisateur Joachim Lafosse propose avec le drame À perdre la raison une plongée en apnée dans la démence d'une mère infanticide. Sujet bien peu rigolo s'il en est un, mais néanmoins traité avec compassion.

      Dès les premières images, le cinéaste belge montre trois petits cercueils qu'on fait grimper à bord d'un avion. «Il faut les enterrer au Maroc», dit la mère, sur son lit d'hôpital. Le reste du récit conduit chronologiquement à l'aboutissement de cette funeste histoire.

      Murielle (Émilie Dequenne) rencontre Mounir, d'origine marocaine (Tahar Rahim). Ils s'aiment d'amour. Le jeune homme vit chez le Dr Piget (Niels Arestrup), un père adoptif qui lui assure une vie aisée. Un enfant vient au monde, suivi d'un deuxième, puis d'un troisième. La petite famille commence à se sentir à l'étroit. La dépendance du couple à l'égard du médecin omniprésent crée un climat de plus en plus lourd.

      En froid avec sa famille, trouvant seulement dans le pays d'origine de son mari le baume pour soulager son mal de vivre, Muriel s'enfoncera dans la dépression, sous le regard indifférent et incompréhensif des deux hommes. Jusqu'à ce qu'elle commette l'irréparable...

      Lafosse livre un drame qui ne cherche pas à faire dans le sensationnalisme. Le film s'inspire du fait divers, mais n'en est nullement la reconstitution exacte. C'est avec une certaine pudeur, soucieux de montrer la descente aux enfers d'une femme fragile qui était une mère avant de devenir le monstre décrit par les médias, qu'il aborde cette histoire triangulaire anxiogène réunissant trois acteurs de talent.

      Le mémorable duo d'Un prophète, Tahar Rahim et Niels Arestrup, est à nouveau réuni, dans une parfaite symbiose, devant la bouleversante Émilie Dequenne, qui porte le film sur ses épaules. La Rosetta des frères Dardenne n'a pas volé son Prix d'interprétation glané au dernier Festival de Cannes, dans la section Un certain regard.

      * * * 1/2
      À perdre la raison. Genre: drame. Réalisateur: Joachim Lafosse. Acteurs: Émilie Dequenne, Tahar Rahim, Niels Arestrup, Baya Belal et Stéphane Bissot. Classement: 13 ans. Durée: 1h51.

      On aime: la performance des trois comédiens (surtout Émilie Dequenne), l'approche sensible et compatissante, la scène de Dequenne pleurant dans sa voiture.

      On n'aime pas: -

      publicité

      Commentaires Faites-nous part de vos commentaires >

      Commentaire (0)

      Commenter cet article »

      À vous de lancer la discussion!

      Soyez la première personne à commenter cet article.

      Commenter cet article

      Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

       

      Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

      publicité

      10164:liste;1909714:box; 300_cinemaStandard.tpl:file;

      Critiques >

      publicité

      publicité

      la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

      publicité

      Autres contenus populaires