Marc Bergevin n’a pas perdu beaucoup d’échanges depuis son entrée en poste avec le Canadien.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Mais quand on lui a demandé d’admettre certains regrets, lors d’un long entretien en février 2020, le DG du CH a évoqué de lui-même le départ de Mikhail Sergachev.

« Si tu regardes aujourd’hui, peut-être un peu, oui, ça a fait mal à notre défense. Mais depuis l’échange [en juin 2017], Jo [Jonathan Drouin] n’a pas encore atteint son potentiel maximum. Tant que ça ne sera pas fait, c’est encore difficile de comparer les deux. À l’époque, on venait de perdre [Alexander] Radulov, et rapatrier un Québécois était important. On s’était posé une question importante : si les deux joueurs avaient été disponibles dans le même repêchage, lequel aurait-on choisi ? La réponse était Drouin. Dans toutes les décisions, il y a des risques. Mais ça en valait la peine à nos yeux. »

À la même question, le légendaire Serge Savard a lui aussi répondu un défenseur. « Probablement Chris Chelios, avait-il lâché lors d’une interview en 2013. On regarde ça aujourd’hui, Chris Chelios pour Denis Savard, ça n’a pas de bon sens, poursuit Savard. Ma seule consolation, c’est qu’on a gagné la Coupe Stanley avec Denis Savard. Mais ce ne fut pas un bon échange. »

PHOTO PIERRE CÔTÉ, ARCHIVES LA PRESSE

Le défenseur Chris Chelios avec le Canadien en 1989.

Bob Gainey ? Le défenseur Ryan McDonagh dans la transaction pour l’attaquant Scott Gomez, évidemment... « C’est sûr qu’après les faits, c’est plutôt difficile d’affirmer que je ferais la même chose. Et il est presque impossible de récréer des situations. C’était l’année du 100e anniversaire du Canadien. Nous avions besoin d’un joueur de centre. N’est-ce pas d’ailleurs encore une situation familière ici ? Dans le contexte du centenaire, il était important que l’équipe ait une chance d’avoir des résultats. On avait l’occasion de mettre la main sur un joueur de centre qui avait gagné la Coupe Stanley. On a parié et on a perdu. »

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Le défenseur Ryan McDonagh au camp de perfectionnement des espoirs du Canadien en 2007.

Échanger un jeune défenseur pour obtenir du renfort à l’attaque peut s’avérer désastreux. De telles transactions ont marqué le règne de directeurs généraux importants à Montréal. Serge Savard aurait pu aussi ajouter Éric Desjardins, échangé à Philadelphie avec John LeClair pour obtenir Mark Recchi. Montréal ne s’est jamais remis du départ de Desjardins.

À Nashville, David Poile en a sacrifié deux, Samuel Girard et Seth Jones, pour renforcer sa ligne de centre avec Ryan Johansen et Kyle Turris. Un désastre.

Deux des meilleurs choix en carrière de Trevor Timmins, Ryan McDonagh et Mikhail Sergachev, auront donc joué au total à Montréal seulement quatre matchs.

Le contraire est aussi vrai, évidemment. Les Golden Knights de Vegas ne regrettent sans doute pas d’avoir cédé le jeune défenseur Erik Brannstrom à Ottawa pour obtenir Mark Stone. L’échange du défenseur Luke Schenn pour l’attaquant James Van Riemsdyk a été largement favorable à Toronto.

Mais imaginer à Montréal une défense à gauche constituée de Mikhail Sergachev, 22 ans, et Alexander Romanov, 21 ans, avec Ryan McDonagh, relève presque de la cruauté. D’autant plus que le CH est toujours à la recherche de défenseurs avec un flair offensif.

Au moment de l’échange avec le Lightning, en juin 2017, le Canadien venait de se faire éliminer sèchement par les Rangers de New York. Montréal avait marqué seulement 11 buts en six matchs.

Les négociations étaient difficiles avec le meilleur compteur en séries, Alexander Radulov. Le Russe menaçait déjà de quitter.

Au centre, David Desharnais avait été échangé quelques mois plus tôt après un hiver difficile. Tomas Plekanec avançait en âge et il avait une fois de plus été très timide en séries. Plus le temps avançait, plus Alex Galchenyuk montrait des carences au centre et on voyait désormais en lui un ailier.

Il y avait Phillip Danault et derrière lui… Torrey Mitchell. Michael McCarron continuait à piocher du mieux qu’il pouvait dans les mineures et Louis Leblanc ne jouait déjà plus au hockey.

À Tampa, Jonathan Drouin, 22 ans seulement, troisième choix au total en 2013, avait vécu des frictions avec la direction du Lightning, mais il venait de connaitre une saison de 53 points en 73 matchs, soit 60 points sur une saison complète de 82 rencontres. Il était difficile alors d’imaginer qu’il serait incapable de produire à un tel rythme au cours des quatre années suivantes.

On croyait chez le Canadien qu’il avait les qualités requises pour jouer au centre et devenir la prochaine vedette francophone tant espérée. L’expérience a duré un an.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Jonathan Drouin

Il est devenu par la suite un ailier intéressant, mais pas dominant. Après un départ prometteur cette année, cependant, Drouin, 26 ans, est plongé dans une léthargie inquiétante. Il a deux aides à ses 11 derniers matchs. Il a marqué seulement deux fois cette saison.

Sergachev, 22 ans, est vite devenu un défenseur important à Tampa. Il a joué en moyenne plus de 22 minutes par match lors de la conquête de la Coupe Stanley. Il en joue autant cette année. Il a amassé 132 points en 268 matchs à Tampa. En 227 matchs, Drouin en a obtenu 137.

On a voulu sacrifier une pièce en défense pour renforcer le centre. Malheureusement pour le Canadien, le départ de Sergachev, l’éventuel partenaire de Shea Weber, disait-on, a coïncidé avec celui d’Andrei Markov, Alexei Emelin et Nathan Beaulieu.

On commence enfin à avoir une relève en défense avec Romanov, Jordan Harris, Kaiden Guhle, Mattias Norlinder (promu récemment au sein de l’équipe nationale suédoise en prévision du Championnat mondial) et Jayden Struble ; Nick Suzuki et Jesperi Kotkaniemi ont comblé le vide au centre et le CH n’aura pas à se soucier de cette position pour la prochaine décennie.

Mais en attendant l’émergence des jeunes défenseurs gaucher de l’organisation, Montréal est coincé avec des défenseurs costauds, certes, mais mal adaptés au hockey moderne. Une équipe peut en compter un ou deux, mais il faut aussi en avoir de profils différents.

Avec des défenseurs plus offensifs, ou du moins plus habiles en relance, le Canadien ne peinerait peut-être pas à marquer des buts comme c’est le cas actuellement.

À lire

1- Vous ne vous y retrouvez plus dans cette histoire de rappels et de plafond salarial chez le Canadien ? Guillaume Lefrançois démêle tout ça !

2- Fascinant entretien d’Alex Tagliani avec Frédérick Duchesneau.

3- Dans cet épisode des Mots justes, Danny Desriveaux donne la parole à Fabio Gagnon dans l’objectif très précis de faire connaître ce Québécois qui vit son rêve comme entraîneur chez les Patriots de la Nouvelle-Angleterre.