Après la Première Guerre mondiale, pour contrer une attaque rapide sur son front est, la France a construit un immense système de fortifications. Une défense réputée infranchissable. Avec des barbelés. Des mitrailleuses. Des rails antichars. Des murs de béton. Des blockhaus.

Mis à jour le 29 juin 2021

La ligne Maginot.

Alors, ça a fonctionné ?

Pas vraiment, non. La guerre suivante, les Allemands ont tout simplement évité les sections les mieux protégées de la ligne Maginot en passant par la Belgique et le Luxembourg, au nord. Quatre jours plus tard, ils envahissaient Paris…

Bon. Vous me voyez venir avec la subtilité d’un tank dans un champ de roses. Je vous rassure. Je n’ai AUCUNE intention de comparer le Lightning de Tampa Bay aux Allemands. Mais le Canadien aux stratèges français ? Un peu, oui. Car le Tricolore mise lui aussi sur une super ligne de défense. Une des plus efficaces de toute la Ligue nationale de hockey.

Celle de Phillip Danault.

On a constaté son niveau d’excellence ce printemps contre Auston Matthews. Contre Mitchell Marner. Contre Blake Wheeler. Contre Max Pacioretty. Contre Mark Stone. Souvenez-vous des compliments de Matthews à l’égard de Danault, au début de juin : « Je crois que ses habiletés sont sous-estimées. Il apporte beaucoup sur la glace. »

On s’attendait donc à ce qu’en finale, le trio de Phillip Danault affronte celui de Brayden Point, Nikita Kucherov et Ondrej Palat. Ou celui d’Anthony Cirelli, Steven Stamkos et Alex Killorn. Après tout, Kucherov, Point, Killorn et Stamkos sont les quatre meilleurs marqueurs de la LNH dans ces séries.

Mais non.

La super ligne de défense du Canadien a plutôt servi, lundi soir, à repousser les attaques du troisième trio adverse. Une confrontation souhaitée et imposée par le Lightning, qui possédait le dernier changement lors des mises en jeu.

ATTAQUANTS CONTRE DANAULT (À FORCES ÉGALES)

Barclay Goodrow : 9 min 16 s

Yanni Gourde : 9 min 13 s

Blake Coleman : 8 min 43 s

Ondrej Palat : 3 min 11 s

Brayden Point : 2 min 10 s

Nikita Kucherov : 2 min 9 s

Anthony Cireilli : 1 min 42 s

Steven Stamkos : 1 min 1 s

Pat Maroon : 0 min 42 s

Alex Killorn : 0 min 30s

Ross Colton : 0 min 22 s

Tyler Johnson : 0 min 13 s

Source : Natural Stat Trick

Conséquence : ce sont les trios de Nick Suzuki et Jesperi Kotkaniemi – moins forts en défense – qui se sont retrouvés sous les tirs nourris des deux premières unités du Lightning. Et ça allait vite.

Très vite.

Très, très, très vite.

Nick Suzuki, Cole Caufield et Tyler Toffoli étaient débordés. Ils ont terminé le match avec un différentiel de - 3. Suzuki en a particulièrement arraché. Il s’est retrouvé sur la glace pour 11 tirs du Lightning à forces égales et n’a remporté que 28 % de ses mises en jeu. Un duel perdu contre Brayden Point a d’ailleurs mené à un but de Kucherov. Cet affrontement n’était clairement pas à l’avantage du Canadien.

Le trio de Kotkaniemi s’en est mieux tiré contre celui de Cirelli. Il est même parvenu à marquer l’unique but du Canadien, grâce à un bel effort collectif pour obstruer la vue à Andrei Vasilevskiy. Mais par moments, surtout en début de rencontre, c’était fragile en zone défensive. C’est une autre confrontation qui s’annonce difficile sur une ou deux semaines.

Est-ce donc sans espoir pour le Canadien ?

Pas du tout.

Ce sera assurément plus facile lors des matchs à Montréal. Le Tricolore possèdera alors le dernier changement. Il pourra donc opposer le trio de Danault à celui qu’il souhaite dès la mise en jeu. Sauf que le Canadien ne peut pas se permettre d’attendre le troisième match pour s’ajuster. Dès mercredi soir, il devra être plus réactif et effectuer des changements plus rapides, pour éviter les confrontations qu’on a vues trop souvent dans la première partie.

L’entraîneur-chef par intérim, Luke Richardson, peut compter sur une des meilleures lignes de défense au monde. Il doit trouver un moyen de piéger les meilleurs joueurs adverses et les forcer à se buter à ses remparts les plus efficaces.

Car le Canadien ne peut pas se permettre de gaspiller autant de minutes de Danault, Brendan Gallagher et Artturi Lehkonen face à trois attaquants qui ont marqué huit buts en séries – alors que Point, à lui seul, est rendu à 14…