• Accueil > 
  • Opinions 
  • > Infections transmises sexuellement: vers une prise de conscience 

Infections transmises sexuellement: vers une prise de conscience

Depuis quelques années, on observe une croissance fulgurante... (Photo: Reuters (Archives))

Agrandir

Depuis quelques années, on observe une croissance fulgurante des infections transmises sexuellement chez les jeunes de 15 à 24 ans.

Photo: Reuters (Archives)

Marie-Eve Demers-Morabito

L'auteure est sexologue
, membre du conseil d'administration de Ruban en route.

Chaque jour, trois personnes sont infectées par le VIH au Québec. En 2008, on a évalué que 18 000 personnes vivaient avec cette maladie dans la province. Qui plus est, ces données ne prennent pas en compte toutes les personnes qui en sont atteintes sans même le savoir et qui le transmettent aux autres. Une personne sur cinq ignore qu'elle est infectée.

Le VIH peut être asymptomatique pendant plusieurs années. Les hommes représentent 81,4% des nouveaux diagnostics. Les 15-24 ans représentent 6,9 % et les 30-49 ans constituent 56,7 % des nouveaux cas masculins. Chez les femmes, les proportions sont équivalentes.

Le VIH est donc encore très présent et il n'existe toujours pas à ce jour de vaccin contre ce virus mortel. Paradoxalement, les différentes annonces récentes en matière d'avancées scientifiques et médicales tendent à banaliser l'impact du VIH auprès du grand public. Bien que les conditions de vie des gens qui en sont atteints sont meilleures aujourd'hui avec la trithérapie -très coûteuse toutefois physiquement et économiquement pour les individus et la collectivité-, plusieurs continuent d'en mourir.

Même si le VIH touche toutes les catégories de populations, il y a encore malheureusement beaucoup de discrimination à cause de la peur et de l'ignorance des gens sur le sujet.

Depuis quelques années, on observe une croissance fulgurante des infections transmises sexuellement chez les jeunes de 15 à 24 ans. Cela peut s'expliquer notamment par le manque d'information sur les ITSS, les comportements sexuels non protégés, la pensée magique - «il faudrait que je sois malchanceux pour que cela m'arrive !» - ainsi que la difficulté à informer sa ou son partenaire.

De plus, certains croient qu'il n'y a qu'à prendre des antibiotiques pour guérir des ITSS, mais il est important de savoir que certaines infections ont des effets très néfastes sur la santé et peuvent causer la stérilité, une maladie cardiaque, une grossesse ectopique, une cirrhose du foie, le cancer, etc.

Ces données démontrent à quel point il est important de ramener les cours d'éducation sexuelle en milieu scolaire. Certains acteurs du milieu ont pris conscience de l'enjeu que représente la prévention des ITSS et du VIH pour l'avenir de la société québécoise.

Ainsi, parmi d'autres, Ruban en route parcourt depuis 17 ans les écoles secondaires partout au Québec afin de faire de la prévention et de la sensibilisation sur le VIH et les ITSS. Le président et fondateur de l'organisme, François Blais, démontre qu'il est possible d'animer avec beaucoup d'humour et de dynamisme des ateliers interactifs fort éducatifs et pertinents.

En intervenant auprès des écoles, en intéressant les jeunes aux problématiques de la sexualité et de la santé, Ruban en route donne les outils aux milieux scolaires et sociaux permettant une efficace prévention.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer