Dans le cadre du remaniement ministériel annoncé aujourd'hui, le premier ministre, Jean Charest, a décidé de laisser le docteur Yves Bolduc en charge du ministère de la Santé. M. Bolduc a pourtant connu deux premières années difficiles, marquées par plusieurs crises, parfois amplifiées par ses faiblesses en matière de communication publique. Par contre, dans le milieu de la santé, certains craignaient les retards que causerait inévitablement un changement de ministre. Pour votre part, que pensez-vous de cette décision du premier ministre? Yves Bolduc pourra-t-il redorer son blason et devenir un meilleur ministre de la Santé?

Mis à jour le 11 août 2010
CYBERPRESSE



.

MERCI DE NOUS AVOIR FAIT PARVENIR VOS COMMENTAIRES

En phase terminale

Ce gouvernement est atteint d'un cancer qui le ronge de l'intérieur. Le premier ministre aura beau déplacer ses métastases de ministères, ça va rester un gouvernement en phase terminale, à mon avis. Que le Dr Bolduc soit reconduit à la santé... Et puis? Honnêtement, dites-moi qui pourrait bien le remplacer à ce poste, compte tenu de la qualité médiocre des autres ministres?

Yves Pelchat, Lévis



* * *

Cafouillage

Ce cher docteur a cafouillé dans tous les dossiers, que ce soit la grippe A(H1N1), le cancer du sein, les listes d'attente aux urgences dans les hôpitaux, la procréation assistée, autant de dossiers démolis par le Dr Gaétan Barrette. Maintenant, les libéraux veulent nous faire croire que ce bon docteur va réussir là où il a échoué auparavant. Vive les libéraux!

Jacques Pomerleau, Thetford Mines



* * *

Bon gestionnaire

Excellente initiative... M. Bolduc n'est peut-être pas fort en communication, mais il est bon gestionnaire. Un peu de continuité dans les dossiers de la santé, ça ne fera pas de tort. Si quelqu'un a LA solution pour régler les problèmes du système de santé, qu'il se lève et règle le problème. Ce n'est pas l'argent qui résoudra le problème de la pénurie de personnel à court terme. Il faut toujours aussi comprendre qu'on a les services qu'on peut se payer. Il y a une limite à la capacité de payer des contribuables.

Janik Gariépy

* * *

Une «ministresectomie»

Pour régler ou tenter de régler les cancers qui rongent les situations problématiques dans les différents domaines de la santé au Québec, M. Charest aurait dû faire une «ministresectomie» radicale et se débarrasser de cet incompétent de M. Bolduc.

Marius Arsenault

* * *

Remaniement inutile

Comme Yves Bolduc a été recruté par Jean Charest lui-même, il avait un pouvoir de négociation que bien peu de ministres ont. N'oublions pas que Charest l'avait présenté à l'époque comme une perle rare et qu'il était celui qu'il fallait pour le ministère de la Santé. Soyons clairs : la perle rare n'a pas brillé bien fort et Jean Charest était pris avec son premier choix. S'il avait bougé son ministre contre son gré et que ce dernier avait claqué la porte, de quoi aurait eu l'air Jean Charest? Voilà ce que l'on appelle une position de force. Et ce sont tous les Québécois qui vont en payer la note, car je crois sincèrement que cet homme devrait tout simplement retourner à la pratique de la médecine. Le ministère de la Santé est trop gros pour lui et ses habilités de leader charismatique sont inexistantes.

Jean-Denis Fournel, Longueuil

* * *

Lourde tâche

Je suis très satisfait que M. Bolduc accepte de demeurer ministre de la Santé. La tâche est très lourde mais cela démontre un grand courage de sa part de décider de demeurer à la Santé. Il ne faut pas oublier que ce ministère est très exigeant et que les Québécois sont privilégiés de pouvoir compter sur l'expertise du ministre Bolduc. Je lui souhaite bonne chance.

A. Chartier

* * *



As du faux-fuyant

Quelle bonne nouvelle! Il est parfait, M. Bolduc. C'est un champion de la volte-face, un crack de l'excuse et de la justification, un as du faux-fuyant, que dis-je, un maître, une sommité dans l'art de manier la demi-vérité pour noyer le poisson. Et on voudrait remplacer ça? Au contraire, déclarons M. Bolduc «richesse naturelle du Québec»! On le clone et on l'exporte ! Tous les partis politiques de la planète s'arracheront ces clones, et avec l'argent ainsi récolté, on pourra enfin faire quelque chose pour aider notre système de santé...

Daniel Lefresne, Montréal

* * *



M. Bolduc est capable

Il faut se rappeler que c'est le premier ministre lui-même qui a approché M. Bolduc pour ce poste. Il a cru en lui pour sa gestion et non pour ses discours politiques qu'il devra améliorer pour rester dans ce monde où l'apparence l'emporte parfois sur le travail effectué. Personnellement, je crois que M. Bolduc est capable de faire le job.

Roger Gauthier, Québec

* * *

Profond épuisement

En gardant le pire ministre de la Santé de l'histoire récente du Québec à son poste, le premier ministre Jean Charest prouve d'une manière éloquente qu'il se moque de la population québécoise. M. Charest préfère gérer le Québec pour servir une fois de plus l'unique intérêt du Parti libéral du Québec. Si le premier ministre peut se laisser «bosser» par les menaces de démission d'un Yves Bolduc, cela en dit long sur la force de son leadership. Le Québec devra encore subir les gaffes de ce médecin qui n'est pas un gestionnaire, loin de là. Et cela en attendant le retour de l'enfant prodigue, le vieux Jean-Marc Fournier, celui qui aura permis à l'UQAM de se mettre dans le trou par l'entremise du désastreux projet de l'Îlot Voyageur de Montréal. La feuille de route de M. Fournier ressemble bien davantage à un champ de mines d'Irak. Ce gouvernement est triste à voir et pitoyable à l'extrême. Et le vulgaire jeu de chaise musicale de M. Charest constitue une nouvelle preuve de son profond épuisement.

Dominic Tardif
, Sainte-Foy

* * *



Mauvais choix

Ça va encore plus mal en santé depuis l'arrivée du ministre Bolduc. Je suis extrêmement déçu de savoir qu'il continue... La qualité des soins dépérit et le privé y entre à pleine porte... Il fait de mauvais choix. Je suis dans le milieu depuis 30 ans et je vois la dégradation. M. Bolduc s'en fout!

Josée Léveillé, Laval

* * *



Pas assez d'indiens

Le ministre Bolduc s'accroche, persiste et continue à enfoncer le système de santé. Tous les jours aux actualités, nous voyons, entendons des histoires d'horreur mises en scène par notre merveilleux système. Il y a trop de chefs et pas assez d'indiens. Le montant qui est débloqué par le gouvernement arrive amputé aux différentes agences. Avons-nous plus de services? Non. Avons-nous plus de médecins pratiquants et pratiquant l'empathie? Non. Et les coûts ne diminueront pas. Pourquoi ici au Québec, ne sommes nous pas plus créatifs dans nos solutions? Non, nous faisons études par-dessus études, pour en arriver à quoi? Rien. Aucune solution radicale, créative ou sensée n'est sortie de nos gouvernements. Où est la super infirmière? Où sont les professionnels immigrants qui attendent de pouvoir pratiquer? Ben non, faudrait pas accélérer le processus, le Québec pourrait devenir en meilleure santé! Trop de syndicats, trop d'intermédiaire et surtout de la mauvaise, mais très mauvaise gestion. Je ne crois pas que M. Bolduc puisse y changer quelque chose. Si j'étais le ministre Bolduc, je serais gêné de m'accrocher à mon poste. En fait, je ne sais pas trop ce qu'il fait là! Avec sa gestion de la grippe, il ne m'a pas impressionnée!

Martine Bérubé

* * *



Privatisation

M. Bolduc est un chaud partisan de la privatisation de la santé, alors que bien des pays reconnaissent que l'assurance maladie du Canada était le meilleur système au monde. Par contre, il serait temps de permettre les soins de santé privés à ceux qui le désire puisqu'ils en ont les moyens.

Jacques Dautrême

* * *



Lui ou un autre

Bolduc reste à la Santé. Il faut bien quelqu'un pour faire le job. Ce ministre ordinaire en vaut bien d'autres. Et comme plus personne ne croit à la guérison miracle du système de santé... Passons!

Michel Lebel

* * *



Ce sont les médecins qui mènent

M. Bolduc ou un autre, rien n'y fait. C'est le Collège des médecins qui décide du partage et de la dispersion des médecins sur le territoire. Les règles ce sont eux qui les édictent et aucun ministre ne les questionnera.

Mario Lavoie

* * *



Incompétent

Le premier ministre aurait dû suivre sa première idée et nous débarrasser de M. Bolduc à la santé; M. Bolduc a démontré son incompétence en étant incapable de nous libérer des centaines de postes cadres dans la santé qui nuisent au bon fonctionnement des hôpitaux en drainant les fonds par leurs salaires élevés.

Martine Desrosiers

* * *



Mascarade

C'est le fond du baril.... le boutte du boutte... Quelle mascarade que ce remaniement.

Suzanne Groulx