Depuis ce matin, plus de 45 000 professionnels de la santé du Québec sont désormais outillés pour recommander l’exposition à la nature à leurs patients grâce à Prescri-Nature, un nouveau programme lancé en collaboration avec la BC Parks Foundation. Au même titre que l’activité physique, le sommeil et le régime alimentaire, l’exposition à la nature est en train d’acquérir son statut de service essentiel pour cultiver une santé mentale saine et améliorer la santé physique.

Publié le 16 mai
Claudel Pétrin-Desrosiers et Cyril Frazao Respectivement présidente de l’Association québécoise des médecins en environnement et membre du collectif Prescri-Nature, et directeur exécutif de Nature Québec*

Ces deux dernières années, nous avons plus que jamais parlé de santé mentale. Pour plusieurs, les mesures de confinement liées à la pandémie de COVID-19 ont nourri une envie de passer du temps à l’extérieur, rappelant l’importance des grands espaces et l’apaisement qu’offre le contact régulier avec la nature. Nous avons chéri les parcelles de verdure et d’eau à proximité de nos domiciles. Les sorties au parc pour prendre l’air, voir des amis, pour souffler un peu, ont pris une place grandissante dans notre quotidien. Tellement que 82 % d’entre nous considèrent désormais les parcs comme plus essentiels pour notre santé mentale qu’avant la pandémie.⁠1

C’est connu depuis longtemps : s’exposer à la nature apporte des bénéfices sur notre santé physique et psychologique. Des centaines d’études, dont certaines remontent aux années 1980, appuient cette affirmation.

Être à proximité de milieux naturels amène un sentiment de calme, améliore notre estime de soi, stimule nos relations sociales et génère un sentiment de joie et de bien-être.⁠2 Un contact de 20 minutes avec un milieu naturel est suffisant pour diminuer le taux sanguin de cortisol, reconnu comme l’hormone du stress. Répétons cette activité plusieurs fois par semaine et cela peut avoir un impact positif durable sur notre bien-être psychologique.

Prescri-Nature est un grand pas en avant. Le programme permet à l’ensemble des professionnels de la santé du Québec d’accéder facilement à des données vulgarisées sur les liens entre santé et nature et de s’en servir de façon éclairée dans leur pratique quotidienne. C’est également une plateforme pour celles et ceux qui souhaitent en apprendre plus et sensibiliser leurs proches à l’importance des espaces verts et de leurs bienfaits.

Mais pour profiter de ces avantages, encore faut-il avoir accès à une nature de proximité ! La vision « oui aux arbres, mais pas au détriment des stationnements », renforcée par notre mode de vie basé sur l’automobile, est encore trop répandue.

Nos villes ne permettent toujours pas d’accéder facilement à des espaces verts et naturels par des modes de déplacement actifs. Certaines populations – les aînés, les personnes à mobilité réduite, les personnes hospitalisées ou vivant dans des établissements de soins de longue durée, et celles habitant dans des quartiers défavorisés – vivent dans des milieux déficients en nature avec trop de barrières infranchissables, ce qui constitue une source importante d’inégalités sociosanitaires.

Des positionnements de plus en plus fréquents sur la conservation des milieux naturels et espaces verts sont émis par le milieu municipal, universitaire et communautaire : le gouvernement doit répondre présent à l’appel et s’affirmer comme leader, avec des projets ambitieux pour protéger sa population, surtout dans un contexte de crises climatique, sanitaire et de perte de la biodiversité.

Nous avons besoin de politiques ambitieuses en aménagement du territoire, intégrant la protection des milieux naturels existants et l’accessibilité aux parcs par des trames vertes, agréables et sécuritaires. La nature est un remède pour s’adapter face aux changements climatiques et favoriser la santé des populations. Elle est une alliée incontournable de notre santé mentale et nous offre gratuitement ses services. En retour, notre responsabilité est d’en prendre soin et d’exiger sa protection.

1. Consultez le rapport sur les parcs urbains du Canada
2. Consultez le rapport « Les bienfaits de la nature sur la santé globale »

* Cosignataires, membres du collectif Prescri-Nature : Dre Isabelle Bradette, Dre Johanne Elsener, Dre Sarah Bergeron, Dre Caroline Laberge et Emmett Phil Corriat

Qu'en pensez-vous? Exprimez votre opinion