Dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, le 17 octobre, il est important de rappeler qu’au Québec près de 1,2 million de personnes sont en situation de pauvreté et que la moitié d’entre elles résident dans la grande région de Montréal.

Claude Pinard
Claude Pinard Président et directeur général, Centraide du Grand Montréal

Alors que la crise s’étire, le soutien des donatrices et des donateurs dans les prochains mois sera crucial, d’autant plus que les répercussions sociales de la pandémie n’ont pas fini de se faire sentir et qu’elles sont pour ainsi dire difficiles à évaluer dans le temps.

Une chose est certaine, les inégalités entre les riches et les pauvres se sont accentuées, et les personnes qui étaient, il y a 18 mois, dans des situations de vulnérabilité le sont encore davantage. Dans un récent sondage Léger1, plus de 1 répondant sur 5 a affirmé s’être trouvé dans une situation de pauvreté et de vulnérabilité en raison de la pandémie. Chez les 18 à 34 ans, c’est 1 sur 3.

D’où l’importance d’assurer la continuité des services des 350 organismes communautaires que Centraide soutient à Montréal, à Laval et sur la Rive-Sud afin qu’ils puissent maintenir leur capacité de répondre aux besoins des 800 000 personnes qu’ils desservent.

Même si de nombreuses activités habituelles ont été modifiées en raison des règles sanitaires, les organismes communautaires ont réussi à maintenir les services ou les ont organisés différemment. Ils ont travaillé sans relâche bien qu’ils soient, eux aussi, touchés par la pénurie de main-d’œuvre, ne l’oublions pas.

Il est essentiel de continuer à les appuyer afin qu’ils puissent se concentrer sur leur mission.

La Presse faisait état cette semaine de la situation du marché immobilier locatif à Montréal et parlait de la contraction de l’offre de logements à faible et moyen coûts, partout en province. Pensons aux familles qui ont eu une hausse de loyer mensuelle de 150 $ à 200 $. Pour nombre de ces familles, le recours à l’aide alimentaire s’effectuera le 20 du mois au lieu du 28. Selon l’Observatoire des tout-petits, le coût élevé des loyers peut aussi être associé à des conditions de santé précaires et constituer une source importante d’anxiété chez les familles. Certaines d’entre elles pourraient même devoir s’éloigner de leur réseau d’entraide pour trouver un logement abordable ou encore accepter de vivre dans un logis insalubre.

Consultez les données de l’Observatoire des tout-petits pour le logement

La situation est également préoccupante pour certains de nos aînés de plus de 85 ans, dont le loyer peut représenter plus de 33 % de leurs revenus. Cette lourde charge financière les empêche de vivre dignement.

Un effort de tous les instants

L’année dernière, nous avons connu une campagne record pour ce qui est des sommes récoltées auprès du public et des milieux de travail. Plus que jamais, cet élan de générosité doit se poursuivre, car la pandémie a eu de dures répercussions : pertes d’emploi, insécurité alimentaire, santé mentale précaire, isolement et exclusion sociale. Les demandes d’aide continuent d’exploser et la détresse sociale est encore très présente.

Centraide appuie des organismes qui sont chaque jour à la recherche de solutions afin de venir en aide aux personnes vulnérables. C’est en travaillant ensemble avec eux, en se serrant les coudes et en innovant que nous arriverons à résoudre les enjeux de pauvreté afin que toutes et tous puissent vivre dans la dignité.

Si nous voulons faire encore davantage pour appuyer notre Grand Montréal, il est important de définir collectivement ce que l’on souhaite comme société. Seulement 46 % des répondants du sondage Léger souhaitent faire de la lutte contre la pauvreté un réel projet social. Il nous reste donc un travail de sensibilisation à faire pour démontrer au grand public que la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale constitue un levier de développement social et économique important.

Centraide continuera de jouer son rôle de rassembleur en unissant les acteurs de changement et en portant la voix de plus de 800 000 personnes aidées afin de démystifier la pauvreté et de mettre en place des solutions durables pour qu’elles puissent, à leur façon, contribuer à leur communauté.

Au moment où la relance est enclenchée, notre mission est de permettre à toutes et tous d’exercer leur plein potentiel de manière inclusive et égalitaire. Le défi est de taille, certes, mais comme société, peut-on se permettre de ne pas essayer ?

1. Sondage Léger mené auprès des Québécois sur la perception de la pauvreté au Québec, août 2021

Qu'en pensez-vous? Exprimez votre opinion