Le soir des élections, les libéraux n’ont pas obtenu la majorité, mais un mandat climatique, oui. Près de 60 % des électeurs canadiens ont voté pour des partis promettant plus d’action climatique. Maintenant, des organisations représentant des millions de Canadiens exhortent le premier ministre Trudeau à écouter la majorité – les électeurs préoccupés par le climat – et à tenir rapidement ses promesses en matière de climat.

Caroline Brouillette et Marc-André Viau Respectivement directrice des politiques nationales à Réseau action climat Canada et directeur des relations gouvernementales chez Équiterre, et quatre autres signataires*

La planète brûle. Nous n’avons plus de temps à perdre si nous voulons éviter de plus en plus de catastrophes climatiques. Le premier ministre Justin Trudeau a maintenant une chance de se défaire de sa réputation de tout remettre au lendemain en tenant sans tarder les promesses climatiques de son parti et de réaliser les mesures les plus efficaces, peu importe de quelles plateformes elles viennent.

Les récents sondages nous indiquent que les Canadiens placent la crise climatique à la tête de leurs préoccupations. Ce n’est pas surprenant quand les communautés partout au pays subissent les impacts de l’emballement climatique. L’Ouest canadien, et sa vague de chaleur, a battu cet été plus de 100 records de température. Des centaines de personnes ont perdu la vie, les forêts sont en cendres, et des milliers de personnes ont été évacuées face aux incendies de forêt. Entre-temps, l’Arctique se réchauffe trois fois plus rapidement que la planète.

Le plus récent rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) est une alerte rouge pour la planète. Le message de la science est clair : si nous voulons protéger les vies, les moyens de subsistance et les écosystèmes, il faut limiter le réchauffement sous la barre de 1,5 °C, et pour ce faire, il faut accélérer nos efforts vers l’élimination des combustibles fossiles et pivoter vers des sources d’énergie faibles en carbone.

La majorité des Canadiens savent qu’il n’y a plus de temps à perdre. C’est pourquoi 60 % des électeurs ont voté pour des partis ayant des engagements climatiques plus robustes : le NPD, les libéraux, les verts et le Bloc québécois. Au total, ces partis ont gagné 219 sur 338 sièges, soit un nombre bien au-dessus des 170 sièges requis pour une majorité.

Les électeurs ont parlé : ils veulent l’action climatique. Et nous ne pouvons plus nous permettre de retards.

L’élimination des subventions des combustibles fossiles, une transition juste, les véhicules électriques et plus : le Canada doit faire face à de nombreuses promesses rompues et de nombreuses politiques climatiques sans convictions. En 2015, lors de sa première campagne électorale, le premier ministre Trudeau avait promis de travailler à éliminer les combustibles fossiles. Pourtant, en 2020, le gouvernement fédéral a versé 18 milliards de dollars en subventions et autres formes d’appui financier à l’industrie des combustibles fossiles. Le Canada est le seul pays du G7 qui a vu ses émissions augmenter depuis l’accord de Paris.

Nous demandons au premier ministre Trudeau de travailler avec les députés, au-delà des lignes de parti, et dans les 100 jours, pour :

  • établir un plan afin de mettre fin aux subventions aux combustibles fossiles ;
  • arrêter toute nouvelle expansion des énergies fossiles ;
  • établir un calendrier et une stratégie clairs pour mettre en œuvre les appels à l’action de la Commission de vérité et de réconciliation et de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones ;
  • relancer la consultation sur la transition juste et travailler de toute urgence à l’élaboration d’un processus de transition qui soit équitable pour les travailleurs et les communautés ;
  • s’engager à assumer notre juste part de réduction d’au moins 60 % des émissions nationales par rapport aux niveaux de 2005 d’ici 2030.

Le premier ministre Trudeau doit adopter les politiques les plus ambitieuses et remplir ses promesses. Tous les chefs des partis doivent intensifier leurs efforts en matière de climat : laissez de côté les politiques partisanes et travaillez ensemble pour protéger nos communautés et notre planète.

Si le gouvernement garde ses promesses climatiques et que tous les partis travaillent ensemble pour affronter la crise, ce sera à l’écoute de la majorité des électeurs qui veulent des mesures climatiques plus urgentes et ambitieuses. Sinon, ils devront expliquer à nos enfants et aux futures générations pour quelles raisons ils ont gaspillé ce temps si précieux au lieu de tout faire en leur possible pour favoriser un climat vivable et sûr.

* Cosignataires : Laura Ullmann, responsable principale du climat chez Greenpeace Canada ; Seth Klein, chef d’équipe chez Climate Emergency Unit ; Keith Brooks, directeur de programmes chez Environmental Defence ; Cathy Orlando, directrice de Citizens Climate Lobby Canada

Qu'en pensez-vous? Exprimez votre opinion