La Société du parc Jean-Drapeau et la Ville de Montréal ont présenté un ambitieux Plan de conservation, d’aménagement et de développement pour le parc Jean-Drapeau. Le plan s’étend jusqu’en 2030 et prévoit des investissements d’environ 100 millions de dollars annuellement.

Renaud Coulombe Renaud Coulombe
Président du conseil d’administration de la Société du parc Jean-Drapeau, et huit autres signataires*

Les interventions de la prochaine décennie, orchestrées autour d’une vision claire et d’une identité forte, assureront la préservation, la transformation et l’évolution de ce bien commun pour les générations futures. Il s’agit d’un immense projet pour la relance économique, touristique et environnementale de Montréal. De façon réfléchie et respectueuse de l’esprit du lieu, ce plan vise à accroître l’accès à la culture, au plein air, à la nature et au sport.

Bien plus qu’un grand parc urbain, le parc Jean-Drapeau fait la fierté des Montréalais et Montréalaises depuis l’Expo 67 en offrant une vitrine de Montréal sur le monde et un lieu où Montréal accueille le monde entier. Le parc est aussi une oasis de verdure au milieu du fleuve Saint-Laurent, en plus d’être au cœur de l’identité et du patrimoine montréalais, au même titre que le mont Royal.

Avec la création d’une promenade riveraine de 15 kilomètres qui redonnera accès au fleuve, un design contemporain comparable à ce qui se fait de mieux au monde, la restauration de lieux patrimoniaux de l’Expo, un campus de transition écologique et un pont de verdure qui reliera la biodiversité des deux îles, ce plan replace Montréal à l’avant-garde mondiale dans l’aménagement de grands parcs urbains.

À terme, le parc redeviendra une destination signature de classe internationale et un lieu prisé des Montréalais. Tout cela au cœur du fleuve Saint-Laurent, à une station de métro du centre-ville.

Ce plan, le premier mis en place depuis 1993, est le fruit d’un vaste exercice de consultation citoyenne auquel ont participé plus de 6000 personnes. Il s’inscrit dans un processus exemplaire dont nous sommes fiers. Amorcé en 2016 et réalisé sous deux administrations municipales, ce processus a bénéficié de l’apport tant des représentants de la société civile, de services municipaux montréalais, des partenaires insulaires, d’organisateurs d’évènements et de fédérations sportives, que des universitaires, tous préoccupés par l’avenir du Parc.

Trouver l’équilibre

L’une des recommandations clés du rapport de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) publié en 2019 était d’assurer un meilleur équilibre entre les différents usages du parc, cela afin de mieux protéger la qualité naturelle des lieux et d’améliorer l’expérience des citoyens. C’est exactement ce que le plan propose. Nous continuerons de développer des infrastructures de pointe pour les grands évènements tout en redonnant aux espaces naturels leur vocation, au bénéfice des citoyens montréalais. Depuis Expo 67, les grands évènements culturels font partie de l’identité du parc Jean-Drapeau. Ce plan poursuivra cet héritage, comme en témoigne déjà l’aménagement de l’Espace 67 et de la promenade Calder, au coût de 73 millions de dollars, conçus spécifiquement pour la présentation de grands évènements et festivals.

Pensons également à l’aménagement de la Place des Nations, du lac des Cygnes et de ses berges, un projet de plus de 70 millions de dollars qui offrira une nouvelle place de spectacle pouvant accueillir 7000 personnes dans un lieu iconique.

Mais le spectacle au parc Jean-Drapeau, c’est aussi une forêt urbaine patrimoniale, des vues imprenables sur Montréal, un accès unique au fleuve Saint-Laurent, de nombreuses œuvres d’art, des bâtiments historiques et une oasis de biodiversité au cœur de la ville. C’est une variété d’expériences de nature, de culture, de plein air et de sport que nous voulons valoriser et enrichir dans une vision cohérente d’aménagement.

Quant à l’accessibilité au parc et à la mobilité, elles sont partie intégrante du plan. Nous avons pour objectif d’améliorer l’accès à l’ensemble du parc pour tous, notamment par une optimisation des aires de stationnement et de la circulation automobile, ce qui permettra de récupérer de vastes espaces pour leur redonner un usage récréatif tout en favorisant des déplacements plus fluides et sécuritaires. Cette mesure sera assortie d’une offre de transport bonifiée, tant pour se rendre au parc que pour faciliter les déplacements sur le site.

La pandémie qui nous afflige depuis plus d’un an a mis en lumière le rôle crucial et l’impact bénéfique des parcs sur la santé des citoyens. Le parc Jean-Drapeau est un joyau naturel, une infrastructure culturelle de pointe et un lieu emblématique de l’identité montréalaise. Existe-t-il un meilleur endroit pour sonner la relance de Montréal ? À titre de membres du conseil d’administration de la Société du parc Jean-Drapeau, nous voulons dire à tous les Montréalais : ce parc vous appartient, joignez-vous à nous pour réaliser ce grand projet dont nous pourrons tous être fiers.

*Cosignataires, membres du conseil d’administration de la Société du parc Jean-Drapeau : Karel Mayrand, vice-président ; Nathalie Benoit, administratrice ; Pierre Bouchard, administrateur ; Daisy Dedeian, administratrice ; Selena Lu, administratrice ; Claude Michaud, administrateur ; Judy Sheehan, administratrice et Paul-Antoine Troxler, administrateur.