Les auteurs, de 12 à 18 ans, s’adressent à Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

Laure Jolicœur, Megan Poulin, Danny Al-Mashhoor, Yaroslav Davletshin et Océane Duguay
Conseil national des jeunes ministres de l’environnement*

Nous sommes le Conseil national des jeunes ministres de l’environnement et nous vous adressons cette lettre. Le Conseil, issu de la campagne de lutte contre les changements climatiques Sors de ta bulle, initiative de la fondation Monique-Fitz-Back, est composé de 14 jeunes de 12 à 18 ans qui proviennent de huit régions administratives du Québec.

Nous sommes convaincus que la relance économique peut se faire grâce à la protection de l’environnement et non au détriment de celle-ci. Nous sommes conscients qu’en ce moment, la priorité du gouvernement est centrée sur la relance économique pour surmonter la pandémie, qui bouleverse et change profondément notre société. Par contre, il nous paraît très clair que les enjeux environnementaux ne doivent pas être délaissés ou mis au second plan. Pour cette raison, nous vous proposons des idées de projets environnementaux qui aideront la relance économique.

Selon le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, 44,8 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) provenaient du secteur des transports en 2018. À notre avis, ce chiffre est très inquiétant. C’est pour cette raison que nous souhaitons que davantage de ressources soient déployées en transports collectifs et actifs au Québec.

Nous envisageons l’ajout et le développement d’un réseau de transports en commun électrique dans les régions rurales du Québec.

Sur le plan environnemental, l’usage des transports en commun par la population locale contribuera à la diminution des GES qui, actuellement, sont produits par l’usage quotidien de la voiture individuelle. De plus, les profits générés par ce développement durable contribueront à verdir l’économie québécoise. Par exemple, lorsque les jeunes du Québec, dont plusieurs membres du Conseil, vaquent à leurs occupations, très souvent, les parents doivent faire des allers-retours pour les reconduire. Cette réalité fait en sorte que les GES réellement requis sont émis en double. Dans le cas précédent, les transports en commun apporteraient leur lot de points positifs : les parents économiseraient du temps et de l’argent, il y aurait une création d’emplois et les jeunes pourraient se déplacer librement. Finalement, tant qu’à construire de nouveaux autobus, pourquoi ne pas les électrifier ?

Énergie renouvelable

Quatre-vingt-dix-sept pour cent ! Ce chiffre, provenant du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, est significatif pour le Québec. En effet, il représente le pourcentage d’énergie renouvelable provenant de l’hydroélectricité.

Puisque nous sommes très fiers de ce chiffre, nous aimerions augmenter notre production d’énergie renouvelable pour la rendre accessible à nos pays avoisinants.

Nous croyons qu’il est important de partager ces ressources abondantes pour réduire les GES produits par les énergies fossiles des contrées voisines. En effet, l’Agence d’information sur l’énergie des États-Unis nous révèle que 80 % de la consommation énergétique des Américains dépend des énergies fossiles. Cette donnée alarmante nous pousse à constater que la vente d’énergie renouvelable serait avantageuse tant pour les militants environnementaux que pour le gouvernement québécois. Effectivement, ce dernier profitera d’une source de revenus constante et la population aura accès à de nouveaux emplois.

Finalement, d’ici 2050, nous voyons un monde où les transports en commun électrifiés et l’énergie renouvelable seraient à leur apogée. Nous vous proposons donc de saisir l’occasion de la relance économique post-pandémique pour faire une transition vers une économie plus verte, au nom de votre génération… et de la nôtre.

En espérant que notre lettre sera un catalyseur de changement.

*Les membres du Conseil national des jeunes ministres de l’environnement : Laure Jolicœur, 15 ans, Bas-Saint-Laurent ; Megan Poulin, 16 ans, Capitale-Nationale ; Milyka Gagné, 16 ans, Capitale-Nationale ; Matisse Gauthier Bossé, 16 ans, Côte-Nord ; Océane Duguay, 17 ans, Laurentides ; Augustine Packwood, 13 ans, Laurentides ; Laurence Dubuc, 16 ans, Mauricie ; Mathis Vallerand, 15 ans, Mauricie ; Émilie Corneau, 17 ans, Montérégie ; Danny Al-Mashhoor, 18 ans, Montréal ; Yaroslav Davletshin, 15 ans, Montréal ; Mamy Diouma Sow, 15 ans, Montréal ; Mustafa Qureshi, 18 ans, Montréal ; Maria Racine, 18 ans, Saguenay–Lac-Saint-Jean