J’ai un petit problème avec cet élan de précipitation qui semble habiter le gouvernement depuis que l’immunité collective et la conversion d’une partie des enfants en véhicule pour augmenter le nombre de porteurs d’anticorps dans la population squattent son message.

Boucar Diouf Boucar Diouf
Humoriste, conteur, biologiste et animateur

Pour faire avancer l’idée, on nous explique que c’est la seule façon d’éviter d’avoir un retour en force de la COVID-19 à l’ouverture des classes en septembre prochain. Comme autres arguments de vente, M. Arruda a aussi parlé des impacts du confinement sur la santé physique et mentale d’une partie de la population. 

Les problèmes vécus par les enfants vivant dans des conditions familiales plus difficiles ont également été appelés en renfort pour expliquer ce revirement spectaculaire, mais pas totalement assumé par M. Legault. En cause, la première fois que le premier ministre a évoqué cette idée, sous la vidéo diffusée sur sa page Facebook, il y avait en peu de temps près de 10 000 messages de gens très majoritairement inquiets ou mécontents. Alors, il sait qu’après avoir demandé longuement et fortement aux Québécois de se méfier du virus, essayer de les convaincre que ce serait bien que leurs enfants soient mis en contact avec le méchant tueur en série ne sera pas chose facile. 

Il ne faut pas se leurrer, maintenant que la peur est profondément ancrée dans les esprits, elle ne disparaîtra pas comme par magie.

Si les psychologues mettent des années à réconcilier des phobiques avec leurs peurs irraisonnées, imaginez maintenant quand la source de la frayeur ne provient pas de l’irréel, mais de faits scientifiques et d’un bombardement d’images d’horreur provenant des quatre coins de la planète.

Entre le prix politique potentiel et le devoir d’écouter les scientifiques autour de M. Arruda, le cœur du premier ministre, qui avait si bien commencé le match contre la COVID-19, balance et il semble ne plus trouver les mots justes et rassurants pour communiquer cette décision susceptible de transformer les enseignants et les parents en candidats involontaires au service de l’immunité collective. Advenant la contamination sévère de papa et de maman, qui viendra au secours des enfants quand les grands-parents ne sont pas une option et les amis ont peur d’attraper la maladie ? Voilà la question qui trotte dans la tête de beaucoup de parents et pour laquelle le gouvernement devra trouver une réponse, car des images d’enfants pleurant leurs deux parents branchés sur des respirateurs à l’hôpital, ça peut faire beaucoup de dommage advenant une ouverture précipitée des écoles pendant que le Québec affiche encore quotidiennement des centaines de contaminés. 

Quand ce qu’on voit ne correspond plus à ce qu’on nous dit, la crise de confiance envers les décideurs n’est jamais loin.

Comment peut-on ouvrir les écoles au nom d’une immunité collective tout en demandant à la population de porter des masques, de respecter les règles de confinement ou de garder leurs enfants à la maison s’ils le désirent ? Il faut expliquer clairement cette situation, qui semble incohérente.

On sait que cette immunité collective sortie récemment du chapeau du gouvernement repose sur une logique scientifique. On en entend aussi parler abondamment dans les pays européens. Que voulez-vous, pour paraphraser une autre formule, avec la COVID-19, les scientifiques construisent un parachute pendant que le monde est en chute libre. Alors, il faut s’adapter. 

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

« Des images d’enfants pleurant leurs deux parents branchés sur des respirateurs à l’hôpital, ça peut faire beaucoup de dommage advenant une ouverture précipitée des écoles », écrit Boucar Diouf.

Souvenons-nous. Alors que sa femme souffrait de la COVID-19, le premier ministre Trudeau racontait qu’il n’était pas nécessaire de passer des tests quand on n’a pas de symptômes. Aujourd’hui, on sait que c’était une grosse erreur, car beaucoup de gens sans symptômes sont contagieux. On sait même que la période de contagion maximale se trouve juste avant l’apparition des symptômes. 

La même progression dans les connaissances force aussi à changer les directives pour ce qui est du port des masques. Hier, on nous disait que les masques étaient dangereux et aujourd’hui, on reconnaît du bout des lèvres qu’ils peuvent empêcher l’autre porteur de répandre des gouttelettes remplies de virus dans un autobus ou une épicerie.

Je crois que maintenant qu’on sait qu’une bonne partie de la contamination vient des nombreux porteurs asymptomatiques, le simple principe de précaution impose de dire clairement à toute la population de porter un masque.

« La tête est ronde pour que les idées et les convictions puissent parfois changer de direction. » Ainsi dit la sagesse, M. Arruda. Alors, pourquoi ne pas inciter la population à se fabriquer des masques, leur donner des trucs sur la façon de les porter et dire clairement aux Québécois : « vous devez obligatoirement tous porter des masques, car on sait désormais que chacun de nous peut potentiellement être un malade asymptomatique ».

La vérité, c’est qu’encore aujourd’hui, il reste beaucoup de zones d’ombre autour des connaissances acquises sur le virus. Combien de temps reste-t-il sur la nourriture et sur les surfaces inertes ? Quelle est la probabilité de l’attraper avec l’air ambiant des épiceries ? Combien de temps la personne atteinte reste-t-elle contagieuse ? Est-ce que le virus se transmet par les selles ? Est-ce que l’immunité est juste transitoire ou vraiment durable ? Est-ce que les malades sans symptômes développent une immunité significative ? Est-ce que la réfrigération rallonge la durée de vie du virus ? Est-ce qu’il survit de façon durable à la congélation ? Toutes ces questions et bien d’autres sans réponses précises sont la preuve qu’il faut rester ouvert aux remises en cause. 

Puisqu’on construit le parachute pendant que le monde est en chute libre, il est normal que l’évolution des connaissances bouscule les certitudes et force à changer les plans face à ce massacreur de poumons.

Le Québec est-il vraiment prêt pour l’immunité collective ?

Je n’ai donc aucun problème à entendre le duo Arruda-Legault parler maintenant d’immunité collective. Mais je suis de ceux qui pensent que le Québec n’est pas encore prêt à encaisser les conséquences de cette promiscuité catalysée. Pourquoi ? Parce qu’il manque de personnel, de tests, de médicaments, de masques, de blouses et même d’organisation pour parler d’ouverture vers une immunité collective. La catastrophe tristement et largement documentée qui se joue dans les CHSLD démontre chaque jour que nous ne sommes pas prêts. Avec déjà plus de 4000 membres du personnel hospitalier atteints, il m’apparaît évident qu’une ruée de parents affectés vers les hôpitaux anéantirait tous les efforts réalisés jusqu’ici. 

Oui, à la volonté d’immunisation, mais il faut attendre d’avoir les conditions idéales et les moyens de la faire transformer les hôpitaux en gigantesques nids à COVID.

Il faut surtout attendre de ne plus dépendre de la Chine pour nous aider à gérer cette délicate transition.

Avec le peu de temps qui reste à l’année scolaire, je pense que le gouvernement devrait imiter l’Alberta et profiter de l’été pour organiser efficacement, matériellement et stratégiquement les modalités d’un retour progressif en classe en septembre. Qui sait, d’ici là, peut-être même qu’une molécule curative efficace contre la COVID-19 sera disponible. Ce qui ferait une grande différence dans l’esprit de la population rongée par l'anxiété. 

Oui au déconfinement intelligent des régions les moins affectées, mais pour les zones les plus touchées, une certaine sagesse impose de solidifier la base de ce nous avons durement construit avant de sauter dessus à pieds joints et risquer de tout gâcher !