Boucar Diouf

Les plus récents

La sagesse de l’éléphant

L’éléphant est un animal qui semble sorti du même laboratoire de fabrication des chimères du monde animal qui a accouché de l’ornithorynque. Avez-vous vu le film L’homme éléphant (Elephant man) ? Ceux qui ont pensé que le physique ingrat de Joseph Merrick en faisait un homme éléphant ne connaissent pas vraiment ces pachydermes. Pour un biologiste, un vrai homme éléphant aurait les pattes cylindriques, la lèvre supérieure et le nez fusionnés, le bras sur le front, le nez dans le bras, la main dans le nez, un pénis de couleur verte mesurant proche de deux mètres en période de rut et son accouplement durerait de 20 à 30 secondes. C’est bien, l’amour, mais avoir un mâle de six tonnes sur le dos, ça ne peut pas durer une éternité. Disons que ce n’était pas tout à fait ça, la morphologie de Joseph Merrick, qu’on qualifiait d’homme éléphant.

Publié le 15 janvier
Ti-counes et poupounes s’envolent vers Tulum

Avant de commencer ce texte, je voudrais nous souhaiter à tous une année 2022 avec moins de turbulence sanitaire. Je souhaite que la miséricorde évolutive habite le variant Omicron et qu’il devienne ultimement porteur d’un armistice plus durable entre le virus et l’humanité. Mais pour cela, encore faut-il se serrer les coudes durant la périlleuse traversée des mois de janvier et février – surtout pour le système hospitalier, qui commence à vaciller et dont le personnel trime si fort pour la santé de tous.

Publié le 8 janvier
Variants SARS-CoV contre les mutants sapiens

Je sais, le titre de ma chronique est digne d’un roman de science-fiction, mais il est encore trop tôt pour tourner la page et clore le chapitre de ce combat planétaire duquel nous faisons tous partie. Alors, mettons l’accent un peu plus dans la science que la fiction.

Publié le 18 déc. 2021
Opinion Pour en finir avec la pandémie…

Chaque fois qu’on commence à voir la lumière, un mutant qui secoue nos certitudes et fait voler en éclats nos espoirs se pointe la couronne. Quand on y pense, il y a une grande leçon d’humilité à tirer de cette vulnérabilité face à cette force invisible qui sème la pagaille planétaire.

Publié le 11 déc. 2021
Les variants s’additionnent et les profits se multiplient

Avant même que l’on sache grand-chose sur ce variant qui aurait émergé en Afrique du Sud, la société Moderna nous annonçait se lancer sur la piste d’une autre adaptation, celle de sa recette, pour inclure le nouveau méchant qui aurait évolué pour déjouer partiellement ou entièrement les anticorps induits par les vaccins.

Publié le 4 déc. 2021
Que c’est dramatique de mourir seul !

La protectrice du citoyen, Marie Rinfret, a dit clairement que ce qui s’est passé dans les CHSLD du Québec pendant la première vague de COVID-19 est une catastrophe due à un énorme déficit organisationnel. Mais, au-delà du nombre de morts, ce sont les conditions dans lesquelles beaucoup de ces aînés ont perdu la vie qui sont encore plus épouvantables.

Publié le 27 nov. 2021
Perdre sa mère, c’est anxiogène

Un des drames que redoutent tous les immigrants, c’est celui de se faire annoncer au téléphone qu’un proche parent est décédé sans avoir eu le temps de saluer son départ. Quand les parents vieillissent et commencent à être fragiles, chaque appel provenant du pays devient anxiogène.

Publié le 9 nov. 2021
Watch out, Dominique Anglade !

Le grand patron d’Air Canada, Michael Rousseau, a déclaré devant les caméras qu’il avait pu vivre en anglais à Montréal pendant 14 années. Ce qui, selon le très suffisant boss, est une bonne chose pour la métropole. Comme si cette déclaration n’était pas assez insultante, il a ajouté qu’apprendre la langue française n’était pas vraiment sa priorité. Une déclaration qui a fait couler beaucoup d’encre et a suscité une levée de boucliers dans les milieux politiques. Les francophones sont furieux contre Michael. Pourtant, quand on y réfléchit un peu plus, Michael n’a fait qu’exprimer ce que tout le monde savait, mais ne voulait pas vraiment entendre.

Publié le 6 nov. 2021
L’enfant terrible de la biosphère

L’humanité est à la fois une minuscule et très puissante part du vivant. Pour vous donner une idée, la biomasse humaine sur la Terre est comparable à celle des termites. En 2018, le biologiste Yinon Bar-On, de l’institut Weizmann, et ses collaborateurs ont estimé la biomasse de carbone des principaux groupes taxonomiques du vivant. Un travail fantastique qui a permis de mettre en évidence l’impact de l’humanité, si infime, sur le reste de la création.

Publié le 30 oct. 2021