Cher Claude,

Howard Bergman Howard Bergman
Vice-doyen adjoint aux affaires internationales et professeur de médecine de famille et de médecine (gériatrie) à la faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université McGill

J’étais très touché et ému en apprenant votre décision de cesser d’écrire vos lettres d’opinion.

Je suis frappé par le fait que le jour où vous exprimez vos remerciements, on célèbre le 50e anniversaire de l’entrée en vigueur de la Loi sur l’assurance maladie du Québec ; la loi que vous avez préparée et pilotée ; l’assurance maladie implantée grâce à votre leadership.

En lisant vos remerciements, je me disais que c’est plutôt à nous, la population québécoise, de vous exprimer nos remerciements pour votre dévouement à faire progresser la société québécoise par votre leadership éclairé, les fonctions que vous avez occupées et le débat d’idées que vous avez toujours promu par vos écrits.

Dans toutes nos rencontres, nos discussions et nos échanges au fil des ans, j’ai été impressionné par votre ouverture aux idées et opinions diverses, par votre lucidité et votre humilité.

J’ai toujours apprécié votre générosité, comme lorsque vous preniez le temps de participer à des discussions avec des étudiants, des professeurs, des chercheurs et des cliniciens. Et ce qui m’a frappé, c’est l’enthousiasme des jeunes pour vous rencontrer et échanger avec vous. Vous réduisez la distance entre les générations.

Je salue votre lucidité quant au vieillissement. Claude, vous avez bien le droit de « vous retirer » et de vivre avec dignité et sérénité comme, en fait, vous avez toujours vécu.

Amitiés.

* Howard Bergman a été membre de la commission Clair et auteur du plan Alzheimer du Québec