C’est aujourd’hui que se termine la semaine québécoise de la réduction des déchets !

Daniel O. Brouillette Daniel O. Brouillette
Auteur, propriétaire d’une résidence pour aînés

Ça me fait penser à la raclée que j’ai mangée un jour dans le passage de notre résidence. Avec sa veste de laine beige sur les épaules. La veste, du temps qu’elle enseignait dans son école à Saint-Adelphe. La vieille de 100 ans prenait sa marche de tous les jours quand elle m’a apostrophé. C’était le vendredi où les jeunes du Québec et des artistes étaient descendus dans la rue pour réclamer des actions concrètes pour lutter contre les changements climatiques. On parlait des gaz à effet de serre. Des avions dans le ciel. Du gaspillage de nourriture. Des pets de vaches et de notre surconsommation de viande ! Greta Thunberg, faisait sa première apparition à Montréal. Comme à Lourde.

La vieille qui marche les mains dans le dos n’a pas la langue dans sa poche ! Étiquette : la moins gaspilleuse de tous les temps ! Elle m’attendait pour me dire qu’elle n’en revenait pas de voir autant de monde dans les rues ! « Tiens ! Les gaspilleux avec leurs pancartes sont dans les rues. »

– Pourquoi vous dites ça ?

– Ben ! Ça gaspille ! Vous faites juste ça, gaspiller ! Et après ça, vous vous lamentez que la Terre est malade ! C’est pas la Terre qui est malade, c’est le monde qui lui bourre la face de leurs maudites cochonneries !

À grands coups de pied dans le cul bien poliment ! Elle disait que nos générations de gaspilleux enfantaient des producteurs de déchets. Que nous ne nous contentions jamais ! Qu’il fallait toujours changer nos décors pour être heureux ! Écœurés de nos divans fleuris et des lampes torchères ? On jette ! Tannés de nos comptoirs en faux marbre remplacés par du stainless ? Bon débarras ! Plus capables des pointes de diamant dans nos armoires en chêne ? Dehors, le bois ! Et la petite parquèterie de pin qui habillait nos planchers dans les années 70 ? Out, le plancher lustré ! On arrache. Ôte tes bas ! Pas de scratchs sur mon plancher mat !

Bienvenue, génération de thermoplastique et d’acier inoxydable dans les cuisines ! Pas grave. Les sites d’enfouissement sont bourrés. Ils avalent du bon bois. Et la Terre. Gavée de tous nos stores verticaux en faux plastique que nous avons décrochés. Et qui prendront bien 1000 ans avant de se décomposer !

OK pour la volée ! Et pour les promeneux de pancartes.

En revenant dans ma maison, je suis tombé sur une des 1000 émissions de déco et d’abattage de maisons que nous présentons dans nos écrans. Je regardais revoler les dosserets de comptoirs en céramique aztèque. Les toilettes et les lavabos prenaient le bord des conteneurs !

OK ! Des fois il faut changer quand la toilette crie à l’aide ! Oui ! Quand le divan creuse ! Comprenons le bon sens ! Mais si nous nous arrêtions un peu, hein ?

Pour célébrer ce dernier jour de la semaine de réduction des déchets, on pourrait peut-être réfléchir, rafraîchir, recréer et arrêter de gaspiller ! Slaquons sur le démolissage de nos décors à grands coups de masse ! Nos dépotoirs dégorgent de nos dépendances déco-affectives !

Vieille torrieuse !