La pandémie de COVID-19 a révélé les côtés sombres de la mondialisation, dont les chantres se sont toujours surpassés en sophismes pour la draper dans des valeurs humaines d’ouverture et de tolérance. Un travestissement sémantique d’un projet mercantile qui a fait du bien, mais aussi beaucoup de victimes.

Boucar Diouf Boucar Diouf
Humoriste, conteur, biologiste et animateur

Avec l’avènement de ce néolibéralisme transfrontalier, nous avons par exemple assisté douloureusement à la fin de la belle époque où la grande industrie payait sa juste part du fardeau fiscal et participait substantiellement au financement du panier de services des pays qu’elle vampirise. Tranquillement assis et bien anesthésiés, nous avons aussi été conditionnés à vivre dans un monde où le grand pouvoir économique et financier télécommande désormais le politique. 

PHOTO EMMANUEL DUNAND, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Protestation satirique contre les paradis fiscaux, à Bruxelles en 2017

Aujourd’hui, ces géants sont si puissants qu’ils dictent leurs conditions aux politiciens, les menacent de partir vers d’autres cieux plus accommodants et leur quémandent des deniers publics en exhibant les emplois en jeu comme outil de chantage. La mondialisation des économies nous a aussi habitués à voir les gigantesques profits que génèrent ces multinationales passer par-dessus nos têtes, pénétrer dans le nuage à l’abri du fisc et aboutir dans les paradis fiscaux dont elles sont les seules à détenir les mots de passe.

Pour ce capitalisme de prédation devenu la norme, chaque accord commercial signé est une porte ouverte pour permettre aux multinationales de venir gruger le gagne-pain de ceux qui sont trop petits pour se défendre.

Bienvenue dans la chaîne alimentaire économique au temps du néolibéralisme ! Ici, chacun mange celui qui le précède et devient la nourriture du plus gros qui le suit. À la fin, il ne restera que les super-prédateurs à la recherche d’une main-d’œuvre bon marché à exploiter pour mieux répondre à l’appétit insatiable des actionnaires. Ici, la recherche d’une marge de profit de plus en plus élevée force à sous-traiter et à délocaliser sans se soucier des victimes laissées derrière le sillage des baleines bleues industrielles de plus en plus grosses, lourdes et voraces. Pas de pitié pour les plus faibles ! Certaines multinationales sont à l'éconosphère ce que sapiens est à la biosphère.

Entendons-nous bien, je ne suis pas contre ce commerce international. Je m’insurge simplement contre cette croissance qu’on veut infinie sur une petite planète aux ressources limitées. Je conteste aussi la propension des adeptes de cette mondialisation sans borne à diaboliser ceux qui s’opposent aux excès de leur idéologie qui mène la biosphère au bord du gouffre.

Pour les fanatiques de cette prédation transplanétaire, les nations, les frontières et les identités sont des obstacles qu’il faut abattre. Quand on leur parle de tous ces niveaux d’appartenance qui sont intimement inscrits dans chaque humain, ils sortent l’argument de la réclusion et de la peur de l’autre pour écourter la discussion. Souvenons-nous. En octobre 2016, lorsque la Wallonie s’inquiétait pour son agriculture et le mode de règlement des litiges pendant les négociations sur le traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, M. Couillard leur avait intimé amicalement « de faire le choix de l’ouverture ». Comme si offrir à des entreprises étrangères la possibilité de venir massacrer un mode de vie et une tradition agricole, c’est faire preuve de tolérance et célébrer la mondialisation des cultures. Pour cette mondialisation-là, la Catalogne n’est pas une nation avec des gens unis par une langue, une culture et une histoire, mais un simple marché qui gagne à renoncer à ces caprices identitaires et adhérer sans borne aux grands ensembles économiques facilitateurs du business.

Bien avant que cette pandémie n’en dévoile les côtés plus obscurs, les damnés de la mondialisation rageaient déjà ostensiblement contre les dérives de ce capitalisme sans frontière. L’élection de Donald Trump, qui promettait de rapatrier les jobs en Amérique, la longue marche des gilets jaunes et les récents soulèvements populaires en Amérique du Sud étaient autant de signaux annonciateurs d’un malaise profond qu’on a refusé d’entendre. Puis, le virus baptisé SARS-CoV-2 est venu bousculer plus sérieusement les certitudes. Avec l’arrivée de ce costaud coronavirus, certaines démocraties libérales apprennent maintenant à la dure qu’il n’y a pas que le profit dans la vie. Il y a aussi l’amour de la patrie, de la culture et la fierté et le devoir de protéger les vieillards qui par leurs sacrifices d’hier ont facilité notre vie aujourd’hui. Ironiquement, la meilleure façon de les protéger de ce virus, c’est d’ériger des frontières bien hermétiques autour d’eux.

Quand de grandes nations comme la France, l’Italie, l’Espagne et même les États-Unis doivent s’agenouiller devant le régime de Pékin pour le supplier de les aider à sauver leurs citoyens qui meurent par milliers à cause d’un manque de choses aussi banales que des masques, des respirateurs et des médicaments bien basiques, l’humiliation n’est pas loin.

Ces besoins pressants ont accouché d’un sauve-qui-peut planétaire et d’une véritable remise en question. Un peu partout, la nostalgie des frontières moins mondialisées est déjà bien perceptible.

Pendant que la Chine fait de la diplomatie avec son matériel médical en demandant certainement à ceux qui en reçoivent en priorité des retours d’ascenseur, Trump dégaine de vieilles dispositions pour emmurer son pays. Il kidnappe des cargaisons de masques destinées à la France, à l’Allemagne et au Canada. Ce qui a fait réaliser à M. Legault que le jour où la précarité alimentaire se pointera dans cette crise, « l’Amérique d’abord » de Trump s’appliquera rapidement aux exportations de nourriture vers le Canada.

Dans tous les pays occidentaux éprouvés par la pandémie, les politiciens parlent maintenant de façon décomplexée de rapatriement de compétences, d’autosuffisance, de démondialisation partielle, de relocalisation d’industries stratégiques, de réduction de leur dépendance et même de nationalisation. Le nouveau coronavirus semble avoir révélé plus clairement aux nations occidentales les effets pervers de cette mondialisation qu’on voulait sans borne. Il semble avoir rappelé à tous que lorsque l’adversité se pointe, la souveraineté et l’autosuffisance nationale sont à un peuple ce que la maison est à la famille. Combien de temps durera ce désir de démondialisation partielle induit par le virus ? Chassez le naturiste et il revient au bungalow, disait le pas si sage.