Bien avant son tweet controversé sur la violence des hétérosexuels et la religion, Gabrielle Bouchard a semé la même controverse à la suite d’un tweet en juin dernier sur la vasectomie obligatoire à 18 ans. Pour provoquer, attirer l’attention.

Johanne St-Amour
Johanne St-Amour Féministe

Or, le 27 janvier dernier, Gabrielle Bouchard en a remis une couche. Elle était invitée de l’émission matinale d’une radio communautaire à Québec, Québec, réveille !, avec l’animatrice Marjorie Champagne, afin de parler de l’« appropriation de l’expérience des travailleuses du sexe » (?) et du meurtre de Marylène Lévesque survenu le 23 janvier dans un hôtel à Sainte-Foy.

Par une série de démanchements dignes des plus grandes contorsionnistes de cirque, Gabrielle Bouchard a expliqué sa « théorie ». En citant indifféremment les propos d’un gars dans la rue qui traite un autre gars de « pute à quatre pattes », ceux de Jeff Fillion qui traite des députés de putes, et les propos de Denise Bombardier qui a comparé l’habillement de Catherine Dorion, à l’Halloween, à celui d’une prostituée. La preuve est faite ! Ces gens s’approprient l’expérience des « travailleuses du sexe ».

Lors de cette émission, Gabrielle Bouchard a aussi critiqué la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES), organisme de Montréal qui aide non seulement les femmes à sortir de la prostitution, mais également celles qui seraient susceptibles de le faire et qui ne sont pas prêtes. D’après elle, la CLES prend prétexte du meurtre de Marylène Lévesque pour promouvoir l’abolition de la prostitution.

Cette vision empêche la sécurité des femmes qui sont prostituées, selon elle. Cet argument est d’ailleurs répété ad nauseam par les groupes pro-prostitution. C’est la société qui doit être tenue responsable du meurtre de Marylène Lévesque ; celle-ci n’écoute pas les prostituées, et ce genre de meurtre est rare, dit-elle encore.

Or, non seulement les femmes qui sont prostituées sont les personnes le plus à risque de mourir aux mains de leurs acheteurs ou de leurs proxénètes, mais la violence est inhérente à la prostitution. Et la sécurité, impossible à garantir.

Elle souligne que les prostituées sont empêchées de faire appel à la police ; elles peuvent crier et dénoncer la violence, mais à cause de leurs activités, elles ne seront pas entendues et seulement jugées. Mais comme elle le rajoute pour la mort de Marylène Lévesque: « Je n’étais pas dans la chambre d’hôtel [à Sainte-Foy] » !

Gabrielle Bouchard n’a pas non plus pensé aux nombreuses femmes prostituées sauvagement assassinées par Robert Pickton, meurtrier en série de la Colombie-Britannique, pour ne nommer que lui. Et jamais au cours de l’entrevue elle n’a insisté sur la responsabilité du meurtrier. 

Elle a tout de même parlé de la responsabilité des commissaires de la Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC), qui se sont servi des prostituées dans le plan de réinsertion d’Eustachio Gallese. Personnellement, j’aurai aussi insisté sur le fait que la CLCC encourageait un meurtrier à commettre un autre crime : acheter des services sexuels.

En fait, si on dénonce les acheteurs de services sexuels et qu’on demande d’appliquer la loi qui criminalise ceux-ci, les femmes que Gabrielle Bouchard et la Fédération des femmes du Québec (FFQ) disent vouloir protéger perdront leurs sources de revenus. C’est aussi cette perception qui a amené Sandra Wesley, présidente du groupe Stella et membre du C.A. de la FFQ, à critiquer sévèrement les commissaires à la Commission spéciale sur l’exploitation sexuelle des mineures la semaine dernière en les traitant de paternalistes.

Le culot de Gabrielle Bouchard ne s’est pas arrêté là : elle a souhaité que le rassemblement contre les féminicides qui se tiendra le 30 janvier en face de l’hôtel du Parlement ne soit pas indûment accaparée par les survivantes de la prostitution ou par des groupes féministes qui vont « invisibiliser » les femmes qui se prostituent volontairement !

En fait, Gabrielle Bouchard et la FFQ ne veulent pas tant qu’on entende les femmes qui ont de l’« agentivité » (autre concept fumeux) et qui disent se prostituer volontairement (ce qui reste à prouver), mais bien qu’on n’entende qu’elles et leurs revendications d’une décriminalisation totale de la prostitution. Et ensuite, elles affirment vouloir parler au nom de toutes les femmes ?

Que font les membres de la FFQ face à ces choix non féministes ? De ces notions d’« agentivité », votées en novembre 2018 par une assemblée qui avait été « paquetée » et qui légitimise la prostitution, mais surtout un certain droit aux hommes de prostituer les femmes, les enfants et les hommes vulnérables ?

Que font la FFQ et ses membres de la stratégie contre les violences faites aux femmes dans laquelle on a ajouté la prostitution comme étant une violence faite aux femmes ?

Qu'en pensez-vous? Exprimez votre opinion