Hier, nous avons donné le coup d’envoi des négociations avec l’État en déposant les demandes syndicales (dont les demandes salariales) des 131 000 membres que nous représentons dans le réseau de la santé et des services sociaux. Certains diront volontiers, le gouvernement le premier, qu’une augmentation de 7,2 % par année pendant trois ans, c’est exagéré.

Carolle Dubé et Nancy Bédard Respectivement présidente de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) et présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ)

Pourtant, on est vraiment loin de demander la lune.

Pendant des années, les travailleuses et les travailleurs du réseau ont payé le prix de l’austérité, encaissant compression budgétaire sur compression budgétaire. Ce sont les milliards épargnés sur leur dos qui garnissent aujourd’hui en grande partie les coffres du gouvernement. Dans les faits, nous demandons un juste retour du balancier et la reconnaissance de la valeur réelle de leur travail.

Depuis l’an 2000, les professionnels en soins, professionnels et techniciens n’ont jamais pu compter sur des augmentations permettant à leur salaire de suivre le coût de la vie.

Les chiffres de l’Institut de la statistique du Québec sont très clairs à cet égard : alors que l’ensemble des travailleurs québécois ont vu leur niveau de vie augmenter de 10,7 % en moyenne durant cette période, nos membres ont dû essuyer un recul de 1,2 %.

Non seulement leurs salaires ne suivent pas l’inflation depuis près de 20 ans, mais ceux du reste de la province, dans les mêmes catégories d’emplois, se détachent tranquillement mais sûrement des leurs. Ainsi, entre le personnel professionnel de l’administration publique et celui des autres secteurs de l’économie québécoise, l’écart salarial est de 11,4 %. Pour les techniciennes, c’est 13,1 % !

De manière encore plus précise, la rémunération globale des salariées du réseau est inférieure de 24 % à celle des salariés des entreprises publiques comme Hydro-Québec, la SAQ ou Loto-Québec, a révélé une étude de l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques portant sur des emplois équivalents en février dernier.

Corriger l’écart entre les hommes et les femmes

À quoi tient cette différence ? Au fait que les emplois dans le réseau sont occupés par des femmes à 81 %, comparativement à 37 % dans les sociétés d’État. Ce qui prouve que quand les femmes sont fortement majoritaires dans un secteur donné, on rechigne à les payer convenablement ! D’ailleurs, si le gouvernement comblait cet écart de 24 %, il corrigerait une injustice responsable du tiers de l’écart salarial entre les hommes et les femmes au Québec. Qui dit mieux ?

Non, nos demandes ne sont pas exagérées. Elles sont le fruit d’un travail sérieux et rigoureux, motivé par un motif fort simple : améliorer les conditions de travail de nos membres afin d’assurer des soins et des services de qualité, sécuritaires et accessibles à la population.

Un objectif d’autant plus justifié que son atteinte est essentielle si on veut également remédier à la pénurie de main-d’œuvre qui touche très durement le réseau.

Dans son discours inaugural, en novembre 2018, le premier ministre François Legault a rappelé que la santé est l’une des grandes priorités de son gouvernement ; c’était aussi l’une de ses promesses électorales phares. Il a reconnu également à quel point les employés du réseau ont durement été éprouvés et s’est engagé à avancer avec eux « main dans la main » pour « améliorer concrètement la situation ».

Ces négociations lui en donnent l’occasion. Les 131 000 travailleurs du réseau « durement éprouvés » lui tendent la main. L’amélioration des soins et des services offerts à la population québécoise passe nécessairement par un investissement important dans le capital humain. Le gouvernement doit investir dans celles et ceux qui offrent ces soins et ces services.

Qu'en pensez-vous? Exprimez votre opinion