L'interprétation faite par certains médias du rapport de la firme EY sur la viabilité d'un éventuel retour des Expos a de quoi frustrer un lecteur averti. Dans ce type d'analyse prospective, on veut satisfaire les attentes de relations publiques du client. On se rappellera un certain rapport de cabinet externe sur la rentabilité de l'Îlot Voyageur de l'UQAM...

La structure proposée dans le rapport est hybride. Règle générale, le secteur privé devient l'unique propriétaire de l'équipe professionnelle et les autorités (l'État ou la Ville) deviennent propriétaire à 100% du stade. Peu importe comment est présenté le financement du stade, l'équipe est l'actif ayant de la valeur, le stade représente le principal risque d'affaires. En somme, on nationalise les coûts et les risques d'affaires et l'on transfère au secteur privé les profits et la valeur de revente éventuelle de l'équipe.

Le public se met en situation de dépendance. Au terme d'un contrat initial, quelle position de négociation une autorité aura-t-elle lorsque l'unique locataire potentiel de l'infrastructure sera une équipe de baseball?

Une autre constatation a trait à la valeur du dollar. EY a choisi une valeur «pessimiste» de 0,90$US pour chaque dollar canadien alors que, dans le passé, des taux de moins de 0,70$US ont déjà été observés. Selon un sondage effectué auprès de la population par la firme Léger Marketing, on croit vendre en moyenne 28 080 billets par match. Cela représente un taux d'occupation jovialiste de 78%. Rappelons-nous que, contrairement au marché américain, le baseball n'est pas notre sport national.

De plus, l'étude omet certains investissements en infrastructures et autres coûts connexes que le public devra assumer. Selon une étude de Judith Grant Long de Rutgers University, publiée dans le Journal of Sports Economics, les subventions réelles de l'État sont sous-évaluées en moyenne de 53 millions pour les projets de stades de la MLB.

Puis, on arrive avec la comparaison entre l'agglomération urbaine de Montréal et celle de Minneapolis-Saint Paul. On mentionne que cette région américaine, de taille comparable à celle de la métropole québécoise, accueille elle aussi d'autres équipes professionnelles. Par contre, à Minneapolis, le baseball n'entre pas autant en concurrence avec les autres sports professionnels. Au Minnesota, la NFL, la NBA et la LNH font relâche pendant l'été, laissant ainsi toute la place aux Twins.

À Montréal, les Alouettes (LCF) et l'Impact (MLS) concurrencent la plage horaire des matchs de baseball. L'arrivée d'une équipe dans un stade de 36 000 places risquerait de cannibaliser nos autres sports professionnels et les activités culturelles faisant notre force.

Quant aux retombées économiques, on semble oublier la notion de coût de renonciation. En somme, lorsqu'on analyse un projet d'investissement, on doit évaluer ce qu'on aurait pu faire avec ladite subvention de plusieurs centaines de millions (estimation de 335 millions). Est-ce que le rendement obtenu est maximisé?

Finalement, certains revenus pour «rentabiliser» la subvention auraient été générés, que les Expos reviennent ou non. Par exemple, la famille décidant d'assister à un match de baseball se divertit. Si elle ne va pas au baseball, elle se divertira ailleurs avec le même budget.

Le modèle de croissance des sports professionnels est maintenant basé sur le siphonnage de fonds publics. Peut-être que ce rapport a subjugué des analystes et des commentateurs sportifs, mais, désolé, un Québécois financièrement compétent ne devrait pas boire de ce Kool-Aid.