Nous demandons la démission de Tony Tomassi. En tant que parents, nous sommes outrés des choix et agissements du ministre de la Famille dans le dossier du processus de nouvelles places subventionnées en garderie. Nous trouvons inacceptable d'apprendre l'existence d'irrégularités dans l'octroi des subventions, d'autant plus que le ministre ne semble pas vraiment vouloir réparer les erreurs commises.

Josée Daoust et David Dubois, Laval CYBERPRESSE

Nous demandons la démission de Tony Tomassi. En tant que parents, nous sommes outrés des choix et agissements du ministre de la Famille dans le dossier du processus de nouvelles places subventionnées en garderie. Nous trouvons inacceptable d'apprendre l'existence d'irrégularités dans l'octroi des subventions, d'autant plus que le ministre ne semble pas vraiment vouloir réparer les erreurs commises.

Notre expérience personnelle se résume ainsi. Nous avons ardemment cherché une place en garderie pour l'automne 2009. Les quelques places en garderie subventionnées annoncées dans les journaux locaux à ce moment présentaient une barrière de langue importante: les coordonnatrices-éducatrices ne pouvaient dialoguer en français ou en anglais. Comment se fait-il que le gouvernement accorde des subventions à des garderies qui ne peuvent dialoguer avec la majorité de la population québécoise?!

Heureusement, nous avons trouvé une place dans un centre éducatif extrêmement bien structuré, qui bénéficie de l'expertise d'une conseillère pédagogique, qui emploie du personnel qualifié et compétent. Le seul problème est que cette place en garderie coûte 45$ par jour. La directrice du centre éducatif Babibulle n'étant pas dans le cercle d'amis du ministre Tomassi, nous attendons toujours d'obtenir l'accréditation de places subventionnées. Vous conviendrez que 900$ de frais mensuels en garderie, c'est une somme substantielle pour un budget familial de la classe moyenne.

Le ministre entend maintenant apporter des modifications au système d'attribution, sans jamais admettre sa part de responsabilités. Nous voulons l'assurance que les garderies sérieuses et bien structurées passeront en priorité et que celles qui ne répondent pas aux critères de qualité minimale ne seront pas privilégiées.

Pour toutes ces raisons, nous demandons la démission du ministre de la Famille, Tony Tomassi pour qu'une autre personne avec infiniment plus d'intégrité et de bon sens soit en place pour aider les familles et favoriser le bien-être des enfants du Québec.