Source ID:373455; App Source:cedromItem

Le succès de l'UPAC

Yves Boisvert
La Presse

Finalement, la lutte à la corruption n'est pas une chose impossible...

Je me souviens encore de l'ambiance, cet hiver, quand un mandat d'arrêt a été lancé contre Arthur Porter. Il est aux Bahamas, pensez donc! Aucun traité d'extradition, on ne le ramènera jamais ici! Quelle blague! Il y a bien un accord d'entraide, notamment par l'appartenance du pays au Commonwealth. Mais pas formellement de traité pour ramener ici des gens recherchés pour des crimes.

Panama, de son côté, a un traité avec le Canada depuis 1907. Qu'allait faire le Dr Porter avec sa femme dans ce pays d'Amérique centrale? Toujours est-il qu'il y est présentement emprisonné. Et qu'avec les accusations qui pèsent contre lui, il devrait normalement prendre l'avion pour Montréal avant longtemps.

C'est une sorte de bonne nouvelle. Elle en cache une plus fondamentale: le succès des stratégies québécoises de lutte à la corruption.

***

En ces moments d'accablement collectif devant les magouilles organisées qu'on nous raconte, jour après jour, chez Mme Charbonneau, on pourrait croire que le Québec est le pire endroit au monde... Ou en Amérique du Nord... Ou au Canada...

Un peu ce même sentiment qui prévalait, il y a 20 ans, quand les motards s'entretuaient. Et tuaient des innocents. Quand ils semblaient tout-puissants.

Et pourtant, le Québec, collectivement je dirais, a réagi. Des lois ont été changées et, surtout, une énergie a été mise à lutter contre ce crime organisé. Si bien qu'on a emprisonné la plupart des leaders de ces gangs qu'on croyait imprenables.

Il se passe un peu le même phénomène au sujet de la corruption. On s'en désole, bien entendu, on s'en désespère même de temps en temps. On en rigole à l'extérieur du Québec, c'est inévitable.

La vraie histoire n'est pas là. Elle est dans le succès somme toute épatant de la lutte à la corruption entreprise tardivement au Québec.

C'est dans la capacité à réagir aux déviances qu'on mesure la santé démocratique d'une société. Ne désespérons donc pas trop vite de nous- mêmes...

On ne connaît pas encore la preuve contre Arthur Porter. Mais on semble avoir trouvé le moyen de l'accuser et de l'emmener devant un juge. Qui y croyait cet hiver?

***

C'était un de ces jours d'automne très gris, en 2011, et Robert Lafrenière avait la même couleur.

Le commissaire de la lutte à la corruption se remettait péniblement d'une opération pour un cancer et subissait encore des traitements. Il venait de congédier Jacques Duchesneau. Son organisme, l'UPAC, cette Unité permanente anticorruption, était critiquée de toutes parts. Créée par le gouvernement Charest comme ultime rempart à une commission d'enquête, elle avait l'air d'un truc aussi politique que policier. L'escouade Marteau, sous sa gouverne, n'avait pas produit de gros fruits.

Le doute était partout. Les policiers entre eux n'étaient pas très confiants. D'autant que, chuchotaient-ils, des procureurs tatillons refusaient leurs dossiers, semblaient ne vouloir accuser personne...

Oh, bien sûr, il y avait des arrestations en périphérie. Quelques deux de pique de banlieue.

Mais des accusés, des gros, des vrais, y en aurait-il jamais?

Et puis, soudain, le vent s'est mis à tourner. Tony Accurso - deux fois. Paolo Catania. Tous deux, des joueurs importants de la construction, accusés au criminel. Frank Zampino, ex-numéro 2 de la Ville de Montréal, accusé également. Gilles Vaillancourt, maire de Laval, avec 36 autres personnes. Quatre avocats. Un notaire. Des maires. Des dirigeants de firmes de génie multinationales. Notamment Rosaire Sauriol, de Dessau. Et l'ex-PDG de SNC-Lavalin Pierre Duhaime.

Ça commence à faire beaucoup de gens très importants et très puissants. Ça commence à être très impressionnant. Quelle sera la conclusion judiciaire de tout ça, on ne le sait pas. Mais déjà, la liste des accusés est somme toute renversante.

Le vent a-t-il tourné? Ou, plus simplement, la patience a-t-elle payé? ...

Chose certaine, Robert Lafrenière a repris des couleurs. Dans la rue, des gens lui disent merci.

L'UPAC est devenue un succès. Un symbole aussi. Celui d'une réaction collective de refus de la corruption. D'une volonté de changement, que chacun a le goût de s'approprier.

On est capables, en somme.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer