Il n'y a pas que la rectrice de l'Université McGill qui rage contre le Sommet de l'éducation supérieure. Le recteur de l'Université de Montréal, Guy Breton, se dit officiellement «inquiet, déçu et surpris». En privé, confie-t-on, il est moins nuancé.

Yves Boisvert LA PRESSE

Furieux, disons.

Quelques esprits caustiques à l'université ont rebaptisé ce sommet du ministre Duchesne «Congrès des thanatologues du futur du Québec». Le recteur Breton a été entendu parlant du «Salon des demandes juvéniles».

Cette rencontre censée être capitale pour l'avenir de l'enseignement supérieur aura lieu dans exactement deux semaines. Le «Bureau du sommet» (car il existe un Bureau du sommet, mesdames et messieurs) a avisé les recteurs qu'ils recevront bientôt une invitation et un ordre du jour...

Mais ce matin, on ne sait rien de l'horaire ni de ce qui sera discuté.

Encore vendredi, pour calmer l'ASSÉ, Pauline Marois a annoncé qu'on parlerait de gratuité scolaire - un thème rejeté avec raison comme irréaliste par le ministre Pierre Duchesne.

La conclusion est assez évidente et les étudiants l'ont bien devinée: entre ceux qui proposent des hausses importantes et ceux qui veulent la gratuité, le gouvernement Marois se posera en modéré: on augmentera doucement les droits de scolarité en les indexant - ce qui est, en termes économiques, un gel relatif.

L'ASSÉ n'attend que l'occasion de faire prendre la rue aux étudiants, et si elle daigne se présenter au sommet, ce ne sera pas pour négocier quoi que ce soit avec le pouvoir bourgeois et capitaliste, vous pensez bien...

Pauline Marois veut tellement les apaiser qu'elle les rencontre aujourd'hui.

***

Les recteurs sont tout aussi méfiants, comme devrait l'être toute dinde quelques jours avant Noël. On se prépare à les rôtir, c'est assez clair.

Ce sommet n'a clairement pas pour but de trouver le meilleur modèle possible d'universités pour le Québec. Auquel cas on aurait commandé de quoi faire une discussion un peu substantielle.

Non, le but de l'opération est de discuter de la mécanique du financement universitaire et de la gestion des institutions. Et de donner l'impression d'un compromis raisonnable avec la jeunesse des carrés rouges.

Les recteurs sont déjà mis sur la défensive, leur calcul de «sous-financement» étant mis en doute - même s'il faisait consensus il y a 10 ans, y compris au Parti québécois et à la fédération étudiante. Et on leur enverra sous peu le vérificateur général - pourquoi pas?

***

Je dis «les recteurs», mais en vérité, le gouvernement a réussi à créer deux blocs: les universités «à charte» d'un côté, le réseau de l'Université du Québec (UQ) de l'autre.

En ce moment, toutes les universités sont financées de la même manière, c'est-à-dire par tête d'étudiant. Or, une université qui a un fort volume de recherche coûte inévitablement plus cher à financer. Les fonds de recherche obtenus par les universités entraînent des dépenses supplémentaires en personnel, en locaux et en matériel. Une université qui fait essentiellement de l'enseignement et moins de recherche - ce qui est le cas d'une bonne portion du réseau de l'UQ - engendre des dépenses moindres.

Québec a envoyé le signal qu'on entend augmenter le financement des universités qui accueillent proportionnellement plus d'étudiants de première génération.

Comme par hasard, ceux-ci se retrouvent davantage dans le réseau de l'UQ.

Encourager l'élargissement social le plus grand possible de l'éducation universitaire est évidemment une excellente idée. La question est de savoir comment. Faut-il aider l'étudiant ou l'institution?

Autrement dit: les grandes universités de recherche du Québec qui sont de calibre international sont déjà privées de l'augmentation des droits. On vient de comprimer leur budget. Et on laisse entendre qu'elles risquent d'être défavorisées par de futures modifications au régime.

J'en entends qui crient à Rouyn-Noranda ou à Chicoutimi: nous aussi, on fait de la recherche!

Bien sûr. Mais une petite nation comme le Québec ne peut pas avoir 25 universités qui excellent en recherche. Autant le réseau de l'UQ remplit un rôle indispensable, autant sa mission ne se compare ni à McGill, ni à l'UdeM, ni à Laval. Si on n'y prend garde, nos meilleures universités, déjà en perte de vitesse relative, vont glisser tranquillement vers la médiocrité. Les profs, les étudiants, les fonds de recherche perdus, tout ça ne fera qu'affaiblir le Québec économiquement, scientifiquement et culturellement.

C'est de ça qu'on devrait se préoccuper: l'avenir de la science de haut calibre au Québec. Pas de savoir si les ultras de l'ASSÉ vont nous faire d'autres manifs. Ils vont en faire, y a pas de souci.

Un nationalisme bien ordonné devrait pourtant faire de l'excellence universitaire une obsession. Mais peut-être qu'électoralement parlant, ces universités «de recherche» sont mal placées, va savoir...