Source ID:518641; App Source:cedromItem

| Commenter Commentaires (69)

Mea-culpa et règlements de comptes

Vincent Marissal
La Presse

«La souveraineté n'est pas réalisable à court terme et il faut éviter de tomber dans le déni.»

Qui a dit ça? Et quand?

André Boisclair, après la rude défaite de 2007. Tout juste sept ans après l'électrochoc électoral qui l'avait repoussé au troisième rang à l'Assemblée nationale, le Parti québécois doit se farcir un autre douloureux examen de conscience.

La crise qui secoue le PQ actuellement n'est pas la première. Les doutes remontent à quelques années déjà, bien avant la débâcle de 2007.

Jean-François Lisée, qui a publié sur son blogue dès mercredi une analyse sans complaisance de la défaite électorale, plaidait déjà en 2000, à l'occasion de la sortie de son livre Sortie de secours (Boréal, 2010), en faveur d'un «douloureux exercice de lucidité» devant l'impasse du mouvement souverainiste.

Pour le PQ, c'est le jour de la marmotte.

Les résultats de lundi sont encore plus désastreux que ceux de 2007, même si, au moins, le PQ a réussi à conserver son statut d'opposition officielle.

C'est maintenant l'heure des bilans pour les députés survivants et battus. L'heure des mea-culpa, aussi, et peut-être bien des règlements de comptes.

De Bernard Drainville à Yves-François Blanchet, en passant par Jean-François Lisée et Bertrand St-Arnaud, il a beaucoup été question du spectre du référendum et du projet de charte de la laïcité.

Personne n'a lancé la pierre directement à Pierre Karl Péladeau pour son appel tonitruant en faveur du pays, mais il est clair que ce tournant de la campagne a marqué les esprits.

L'entourage de Pauline Marois a aussi subi quelques critiques, notamment pour être tombé dans le «piège» du référendum et ne pas avoir su réagir à l'«épouvantail» référendaire.

Si certains critiquent ouvertement la transformation en outil politique de la Charte de la laïcité, son parrain, Bernard Drainville, a indiqué que son intention était de s'entendre sur un compromis avec la CAQ de François Legault. Ah bon?

C'est pourtant lui qui disait, au premier jour de la commission parlementaire chargée d'étudier son projet: «S'il y a moyen d'améliorer le projet, on va le faire. Mais en même temps, il n'est pas question de vider la Charte de son contenu. Il n'est pas question de la diluer. Il faut voter cette Charte-là.»

Hier, il a affirmé: «On se serait entendus sur une charte du compromis.»

Voilà une déclaration bien tardive et, surtout, bien surprenante puisque dans les faits, il n'a jamais été question pour le gouvernement péquiste d'adopter cette Charte avant les élections.

Jean-François Lisée, de son côté, a dit que son «grand combat» était d'adopter une clause grand-père, permettant aux gens déjà employés de l'État de garder leurs signes religieux, les interdisant seulement aux nouveaux fonctionnaires, enseignants ou éducatrices.

Si tel était le cas, M. Lisée ne s'est pas fait entendre très fort avant et pendant la campagne.

Yves-François Blanchet et Alexandre Cloutier, entre autres, avaient apparemment des réserves sur la stratégie identitaire de leur parti. Évidemment, ils n'allaient pas ruer dans les brancards pendant la campagne, mais on nous a toujours dit au gouvernement Marois que l'harmonie régnait au conseil des ministres et au caucus des députés.

Il faut dire, à leur décharge, que tout s'est passé très vite dans la campagne, au rythme infernal des échanges et des changements de stratégie. Lorsqu'on se met à déraper sur une plaque de glace, on pense d'abord à ne pas foutre le camp dans le décor avant de songer qu'on aurait dû prendre une autre route.

Une question, à laquelle nous n'aurons probablement jamais de réponse, me turlupine tout de même. Pauline Marois y croyait-elle vraiment à ce virage identitaire ou a-t-elle seulement cédé à ses présumées vertus stratégiques?

Pour avoir suivi de près la carrière politique de Mme Marois depuis près de 25 ans, pour avoir maintes fois échangé avec elle, je penche pour la deuxième option.

Pour joindre notre chroniqueur: vincent.marissal@lapresse.ca




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer