Source ID:e8f3b988-438c-401a-8cae-c0900db4cb40; App Source:alfamedia

La guerre de la saucisse de luxe

Pour protester contre l'embourgeoisement de Saint-Henri, un groupe... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Pour protester contre l'embourgeoisement de Saint-Henri, un groupe d'une trentaine de personnes masquées a vandalisé et pillé une épicerie du quartier, samedi soir. Sur la photo, Maxime Tremblay, l'un des trois copropriétaires du commerce.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Suzanne Colpron

Après avoir dirigé la section Arts du quotidien Le Soleil pendant quatre ans, puis celle de La Presse pendant cinq ans, Suzanne Colpron, journaliste depuis 1987, entame une carrière de chroniqueuse en 2016.

La Presse

Maxime Tremblay, l'un des trois copropriétaires du commerce vandalisé samedi soir dans Saint-Henri, n'a pas exactement le profil du sale capitaliste, réactionnaire et « full à l'argent ».

Ni le profil ni le discours.

Ça tombe mal, n'est-ce pas ?

Du moins, pour les pseudo-Robin des bois qui ont rempli leurs sacs de saucisses de luxe, de poulets bios et de charcuteries artisanales. Et qui voulaient, du même coup, dénoncer l'embourgeoisement du quartier, à l'image des attentats commis en février dans Hochelaga-Maisonneuve contre un restaurant, une boutique pour enfants et un comptoir alimentaire.

Maxime Tremblay, c'est un comédien de 39 ans qu'on a vu dans La galère, François en série, Stan et ses stars, L'auberge du chien noir, Tranches de vie et Mauvais karma.

Un comédien, restaurateur à ses heures et père de deux jeunes enfants, qui vote Québec solidaire et qui est porte-parole de Tel-jeunes.

Toute une proie pour la bande d'anarchistes qui se fait de plus en plus présente dans nos rues, même à petite dose.

Une bande, permettez-moi de le rappeler, marginale - samedi, ils étaient 30 - et radicale dans sa manière d'aborder les problèmes causés par la « gentrification », un néologisme formé dans les années 60 par une sociologue marxiste (Ruth Gass) pour décrire le réinvestissement par des gens aisés de maisons situées dans un quartier populaire de Londres. Une bande, disais-je, en mal de sensations fortes et d'attention.

J'aimerais d'ailleurs bien leur parler. Mais, pour ça, il faudrait qu'ils enlèvent leurs cagoules.

Le 3734, rue Notre-Dame Ouest, où ils ont sévi samedi soir, c'est une épicerie qui vend des saucisses haut de gamme de Félipé Saint-Laurent et des aliments cuisinés sur place, comme du macaroni au fromage, du poulet à la portugaise, de la pieuvre grillée ou des côtes levées. C'est aussi un traiteur, Parreira, déménagé du Centre-Sud il y a cinq ans, et un nouveau restaurant ouvert il y a deux semaines.

« On avait envie de quelque chose pour les gens du quartier », m'a raconté Maxime, hier midi, assis à une table de son restaurant, les traits tirés par le manque de sommeil et les entrevues à la chaîne qu'il accorde depuis dimanche. Sur le trottoir, derrière lui, les journalistes de la presse anglophone et francophone et des stations de télé faisaient le pied de grue sous un soleil de plomb, en attendant leur tour. « Avant, ici, c'était Henri Saint-Henri, un restaurant très branchouille. Nous, on avait envie d'être plus "underdog", de faire nos trucs, on n'a pas fait de gros lancement média, on fait nos affaires. »

Surpris d'avoir été ciblé par les vandales qui se disent épris de justice sociale ?

« Oui, énormément, m'a-t-il dit. Mais les tensions, non. Ma blonde travaille dans la petite enfance. Elle est très proche de plusieurs groupes communautaires. Récemment, on a beaucoup discuté des enjeux de Saint-Henri, de la pauvreté, de la toxicomanie, de l'embourgeoisement et des problèmes que ça cause aux personnes qui perdent leur appartement. Tout ça. Je pense que l'embourgeoisement, ça peut avoir du bon, ça peut avoir du moins bon. Mais en ayant une vision et en se parlant, on peut faire des belles choses. »

Saint-Henri, si vous n'y avez pas mis les pieds depuis longtemps, est effectivement un quartier en pleine revitalisation. Rue Notre-Dame Ouest, où se trouve le 3734, il y a autant de cafés et de restaurants à la mode qui tentent de séduire la nouvelle clientèle que de commerces qui témoignent d'un passé pauvre encore présent et d'adresses barricadées aux murs couverts de graffitis. Les immeubles d'appartements rénovés et les condos modernes côtoient les duplex et les triplex en piteux état.

L'embourgeoisement est inéluctable, quand la hausse du prix du logement dans les quartiers plus prisés pousse les gens à investir dans des secteurs encore abordables. À Montréal, il a commencé son oeuvre sur le Plateau il y a bien longtemps, a débordé dans Villeray et Rosemont, et s'attaque maintenant à Saint-Henri, Hochelaga-Maisonneuve, Verdun et Griffintown.

Il faut réfléchir aux enjeux sociaux et politiques qu'il soulève et tenter de limiter les dégâts, car il est faux de prétendre qu'il profite à tout le monde. S'il permet une revalorisation des quartiers, pour les plus pauvres, l'embourgeoisement, ça veut souvent dire un logement plus cher ou plus éloigné, du temps de transport qui augmente, une dégradation des conditions de vie et, aussi, la dépossession, le sentiment de devenir un intrus chez soi.

Mais ce n'est pas en volant niaisement des saucisses le visage masqué qu'on va faire progresser le débat. Peu importe la cible.

« C'est des cons, lâche Maxime. Ils sont en furie et se cherchent une cause. Mais concrètement, ils ne font pas grand-chose. »

En attendant, il a du pain sur la planche : assurer la sécurité de son personnel, traduire les menus de son restaurant dans les deux langues, compléter la carte des cocktails et répéter Bébé à bord, une pièce de théâtre dans laquelle il joue de la mi-juin à la fin de juillet à Sorel. « Ça va me changer les idées... »




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer