Le café du coin, le grand magasin, la carte de crédit, l'épicerie... les cartes de fidélisation s'empilent dans votre portefeuille sans que vous utilisiez les points ? Vous n'êtes pas seul !

Stéphanie Grammond LA PRESSE

Près de deux personnes sur cinq (37 %) avouent qu'elles utilisent rarement sinon jamais les points accumulés grâce à leur carte de crédit, selon un récent sondage de la Banque CIBC.

C'est beaucoup d'argent de perdu.

Pour vous donner une idée, un consommateur qui porte des dépenses de 1500 $ par mois sur sa carte de crédit, ce qui représente 18 000 $ par année, peut obtenir des ristournes annuelles de 300 à 400 $.

Plusieurs comparateurs web comme ceux de RateHub ou de GreedyRates permettent d'ailleurs de déceler la carte qui vous rapportera le plus de points en fonction de votre profil de consommation. Mais encore faut-il les utiliser par la suite...

Le sondage révèle que les détenteurs de cartes disposent en moyenne de 48 800 points en banque, ce qui est suffisant pour acheter un barbecue, une escapade pour le week-end ou encore deux vols court-courriers, selon le programme de fidélisation. Pourquoi s'en passer ?

Mais je comprends que les détenteurs de cartes de crédit soient déroutés par la complexité des programmes qui donnent accès à des billets d'avion. Trop souvent, le choix de sièges limite les dates de voyage. Et comme il faut payer une kyrielle de frais et de taxes en extra, il n'est souvent pas beaucoup plus cher de payer le billet d'avion de sa poche.

C'est pourquoi j'ai toujours préféré les programmes de fidélisation qui permettent d'obtenir une remise en argent ou qui permettent d'échanger des points contre des cartes cadeaux qui sont pratiquement comme de l'argent comptant.

Mais il existe d'autres façons méconnues d'utiliser vos points pour qu'ils fassent encore plus de chemin.

1- Donnez... et vous recevrez le crédit.

La plupart des émetteurs de cartes de crédit permettent de verser vos points à un organisme de bienfaisance. Par exemple, les clients de la Banque Nationale peuvent offrir leurs points à la Croix-Rouge, à Diabète Québec ou à la Fondation du cancer du sein du Québec ; ceux de la Banque Royale peuvent les verser au Manoir Ronald McDonald ou à À nous le podium ; ceux de la Banque Scotia ont accès à une multitude d'organismes à travers CanaDon, etc.

En plus de faire une bonne action qui ne vous coûte rien, vous pourrez réclamer le crédit d'impôt pour don de bienfaisance. Chaque année, votre première tranche de 200 $ de don vous donne droit à un crédit d'impôt combiné fédéral/provincial de 32,5 %. Au-delà de 200 $, le crédit s'élève à 48,2 % (même 53,3 % dans certains cas).

Si vous donnez 400 $, par exemple, vous récupérerez 161 $ en faisant votre prochaine déclaration de revenus.

2- Épargnez... et vous gagnerez d'autres cadeaux

Au lieu de dépenser vos points pour consommer encore plus, pourquoi ne pas les utiliser pour épargner ? Les programmes de récompenses permettent généralement de cotiser à votre régime enregistré d'épargne-retraite (REER) et à votre compte d'épargne libre d'impôt (CELI) ou encore d'investir dans votre compte de courtage.

Certains offrent aussi la possibilité de payer les frais de service de votre compte bancaire, de payer la facture de votre assurance auto ou habitation.

Trop heureuses de fidéliser leur clientèle en leur offrant une brochette de produits financiers, les banques proposent souvent des taux de conversion plus avantageux aux clients qui utilisent les points de leur carte de crédit pour se procurer des services maison.

Mais si vous avez des enfants, l'idéal est d'utiliser vos points pour cotiser à leur régime enregistré d'épargne-études (REEE). Cela vous permettra de toucher les généreuses subventions de Québec et d'Ottawa qui totalisent 30 % de la somme investie.

Autrement dit, si vous versez 400 $ de points, les gouvernements ajouteront 120 $ dans le REEE... et même davantage si votre famille ne roule pas sur l'or.

3- Remboursez vos dettes... mais pas n'importe lesquelles

Vous pouvez enfin utiliser les points amassés sur votre carte de crédit pour rembourser votre hypothèque, votre marge de crédit ou votre prêt personnel. Par contre, plusieurs émetteurs désavantagent des clients qui préfèrent rembourser leur carte de crédit. Jugez vous-même...

Avec le programme Aventura de CIBC, les détenteurs peuvent rembourser 100 $ sur leur hypothèque ou leur prêt personnel en échangeant 12 000 points. Cela est plus avantageux que d'opter pour une carte cadeau chez Esso qui coûterait 14 000 points.

Mais pour rembourser le solde de leur carte de crédit, c'est l'inverse. Il faut 4000 points pour effacer un solde de 25 $, alors qu'une carte cadeau de 25 $ chez Esso ne coûterait que 3500 points.

Le désavantage est encore plus frappant à la Banque de Montréal. Les clients peuvent échanger 15 000 points pour rembourser 50 $ sur leur carte de crédit. Ce taux de conversion est deux fois moins intéressant que celui qui est offert aux clients qui appliquent leurs points pour d'autres services financiers de la banque ou pour faire un don.

De cette manière, on encourage les clients qui contribuent au bien-être de la collectivité ou qui préparent leur avenir financier, s'est justifié le porte-parole de la banque.

Personnellement, je trouve que le remboursement de la carte de crédit est un geste essentiel pour ne pas frapper un mur plus tard. Mais il est vrai que si vous n'êtes pas capable de vider votre carte au complet à la fin de chaque mois, vous devriez laisser tomber tous ces beaux programmes de récompenses et optez pour une carte à taux réduit.