Source ID:20050; App Source:cedromItem

Une autre année faste pour les fonds communs

Chute en vrille du prix du pétrole, menace de déflation en Europe, tensions géopolitiques au Moyen-Orient. Oubliez un instant toutes les mauvaises nouvelles qui ont assombri le dernier trimestre. Même si la fin de l'année a tourné au vinaigre sur les marchés financiers, 2014 aura été une bonne cuvée pour les investisseurs.

Si vous possédez des fonds communs de placement, comme bon nombre d'épargnants, votre prochain état de compte vous réserve certainement de bonnes surprises. Hormis les fonds d'actions européennes et les fonds spécialisés dans les ressources naturelles, toutes les grandes catégories de fonds ont livré des rendements positifs l'année dernière, comme en témoignent les données préliminaires de Morningstar Canada.

Les rendements favorables ont d'ailleurs poussé les épargnants à injecter des sommes records dans les fonds. Au Canada, les investisseurs ont placé 59 milliards de dollars au cours des 11 premiers mois de l'année, dépassant le record précédent établi en 1997.

Les fonds négociés en Bourse (FNB) ont aussi atteint de nouveaux sommets, atteignant 75 milliards d'actifs. Malgré leur essor fulgurant des dernières années, les FNB gagneraient encore à être mieux connus. Ils ne pèsent que 6% de l'actif des fonds communs au Canada, comparativement à 12% aux États-Unis.

Ils l'ont-tu, l'affaire, les Américains!

Une fois de plus, les fonds d'actions américaines arrivent en tête. Après avoir obtenu un rendement de 38% en 2013, ils rééditent leur surperformance en marquant un gain de 17% en 2014. Ce bond est attribuable à l'avancée de l'indice S&P 500 de la Bourse américaine qui a touché un sommet historique, mais aussi à l'appréciation du dollar américain face au huard.

Pourquoi cette hausse? La création d'emplois a été plus vigoureuse que prévu. Le marché immobilier, épicentre de la crise financière de 2008, a repris son allant. Les ménages ont assaini leurs finances. Et la baisse du prix du carburant leur donnera une bouffée d'air frais. De quoi alimenter la croissance pour 2015.

Les sceptiques sont encore confondus

Parmi les plus grands gagnants de l'année dernière, on retrouve aussi les fonds d'obligations à long terme. Voilà qui est bien ironique, car il s'agit de la catégorie d'actifs que les gestionnaires évitent à tout prix. Cela fait des années qu'ils nous répètent que les obligations à long terme vont souffrir de la remontée des taux d'intérêt.

L'année 2013 leur avait donné raison puisque les obligations à long terme avaient terminé dans le rouge. Mais cette année, c'est l'inverse. Alors que beaucoup d'experts tablaient sur une remontée des taux d'intérêt des obligations du Canada de 10 ans au début de l'année, les taux ont plutôt fondu d'un gros point de pourcentage, passant de 2,8% à la fin de 2013 à 1,8% à la fin de 2014.

Quand les taux baissent, la valeur des obligations augmente. D'où la poussée de 17% des fonds d'obligations à long terme. Même les échéances plus courtes ont connu une bonne année, si bien que les fonds de revenus fixes canadiens ont fourni un rendement de 7% l'an dernier aux épargnants. Pas mal mieux qu'un dépôt à terme! Mais évidemment, les fonds d'obligations ne sont pas garantis.

Coude à coude avec l'indice

Les fonds d'actions canadiennes s'en sont aussi très bien tirés, malgré le recul du dernier trimestre. Il faut dire que la chute des prix du pétrole et des métaux a frappé plus durement la Bourse canadienne, dont le tiers est composé de titres de ressources naturelles.

Néanmoins, les détenteurs de fonds d'actions canadiennes terminent l'année avec un rendement moyen de 10,4%... quelques poussières au-dessous de l'indice de la Bourse canadienne, le S&P/TSX composé, qui a avancé de 10,6% en incluant le rendement des dividendes.

Les gestionnaires de fonds, à qui on reproche souvent de ne pas être capables d'offrir une véritable valeur ajoutée, se retrouvent donc au coude- à-coude avec leur indice de référence.

9%... que demander de plus?

De leur côté, les détenteurs de fonds équilibrés canadiens ont obtenu de 9% en 2014.

Les solides rendements des dernières années permettent d'absorber le plongeon de 2008.

Depuis 10-15 ans, le rendement des fonds équilibrés est supérieur à 5%. Non, ce n'est pas le Pérou. Mais c'est bien au-delà du rendement que vous pourriez espérer d'un portefeuille équilibré qui est de 3,5%, selon les normes de projection de l'Institut québécois de la planification financière (IQPF).

Autrement dit, si vos projets de retraite reposaient sur des hypothèses raisonnables, les rendements des marchés financiers devraient avoir été suffisants pour vous permettre d'atteindre votre objectif.

---------------

RENDEMENTS EN 2014:

Catégorie - Rendement (%)

Actions américaines - 17,3

Revenu fixe canadien à long terme - 17,1

Actions de PME américaines - 11,6

Actions de la Grande Chine - 10,9

Actions canadiennes - 10,4

Actions mondiales - 9,2

Équilibrés canadiens neutres - 8,8

Revenu fixe canadien - 6,9

Actions des marchés émergents - 4,6

Actions de PME canadiennes - 3,2

Actions internationales - 3

Marché monétaire canadien - 0,5

Actions de métaux précieux - 0,2

Actions européennes - -0,7

Actions de ressources naturelles - -10,7

Note : Données au 31 décembre 2014

Source : Morningstar Canada




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer