Au bout du compte, le week-end a été profitable pour le Canadien. Une récolte de trois points, ce qui permet de conserver un peu d'espoir pour la suite des choses.

Mis à jour le 16 janv. 2012
Philippe Cantin LA PRESSE

Hier soir, outre la belle performance de l'équipe, le plus étonnant a été l'enthousiasme de la foule. On aurait pu penser que le rendement décevant du Canadien cette saison la rendrait amorphe. Pas du tout.

Lorsque les joueurs patinent avec entrain, les fidèles partisans sont là pour les appuyer. En revanche, lorsqu'ils demeurent au neutre comme ce fut le cas durant un passage à vide en deuxième période, ils le font vite savoir.

J'ai été impressionné par le rendement de Scott Gomez, qui a ajouté une dimension à l'attaque. Sa belle passe sur le but de Michael Blunden nous a rappelé son potentiel. Reste à voir si ça peut durer.

Les chances du Canadien de participer aux séries éliminatoires sont évidemment minces. Mais puisqu'il reste encore plus de deux mois au calendrier, souhaitons que l'équipe lutte jusqu'au bout avec fougue. Les partisans, qui adorent le hockey, le méritent. Et ils l'ont encore prouvé hier.

Le héros de la semaine? Jim Harbaugh! À sa première saison à la barre des 49ers de San Francisco, l'ancien quart-arrière a accompli un travail gigantesque.

Samedi, son équipe a remporté une victoire spectaculaire aux dépens des Saints de La Nouvelle-Orléans. Après avoir capté la passe de la victoire en toute fin de match, le receveur Vernon Davis a éclaté en sanglots, une scène étonnante dans la NFL. Oui, les 49ers ont joué avec émotion!

Après des saisons de petite misère, les 49ers ont enfin trouvé un digne successeur à Bill Walsh et George Seifert. Harbaugh semble avoir du Bill Belichick dans le nez, notamment cette immense confiance en lui.

Les 49ers recevront les Giants de New York dimanche. Eli Manning a encore été excellent, hier, contre les Packers de Green Bay. Les Giants sont clairement sur une lancée.

Si Eli devait mener son équipe à la conquête du Super Bowl, il devancerait son frère Peyton avec deux victoires contre une dans le grand match. Étonnant, tout de même.

Puisque nous sommes dans les histoires de famille, notons que le Super Bowl pourrait opposer les deux frères Harbaugh. Les Ravens de Baltimore, dirigés par John, ont atteint la finale de la Conférence américaine en battant les Texans de Houston. Ils affronteront les Patriots de la Nouvelle-Angleterre dimanche, un gros défi.

Oui, papa Harbaugh fut un entraîneur de carrière dans les rangs collégiaux.

Bon, la saison de Tim Tebow est terminée. Face à des Patriots bien reposés, les Broncos de Denver, sans surprise, n'ont pas fait le poids.

Reconnaissons tout de même à Tebow son mérite. Ses prouesses, ses ratés et sa foi très publiquement affichée ont généré un immense intérêt au cours des trois derniers mois.

La controverse autour de son avenir dans la NFL reprendra dès le prochain camp d'entraînement. Tebow continuera-t-il de s'améliorer ou sa carrière sera-t-elle courte? J'opte pour la première hypothèse.

Michael Cammalleri n'était pas apprécié de ses coéquipiers et ses propos de mercredi dernier ont manqué de finesse.

Cela dit, Cammalleri a rendu de bons services au Canadien durant son séjour à Montréal. Durant le fabuleux parcours qui a mené le Canadien à la finale de conférence en 2009-10, il a été le meilleur pointeur du Canadien, avec 13 buts et six aides. Jaroslav Halak a été la vedette de l'équipe ce printemps-là, mais Cammalleri a mérité la médaille d'argent.

L'an dernier, lors de l'élimination du Canadien en sept matchs par les Bruins de Boston, Cammalleri a encore été le meilleur pointeur de l'équipe, avec 10 points. C'est autant que le total combiné de Tomas Plekanec et Brian Gionta, qui l'ont suivi au classement.

Cammalleri a produit en séries éliminatoires. Il ne faut pas l'oublier en dressant le bilan de son séjour à Montréal. Il a fourni un bon rendement sur l'investissement.

Amateurs de golf, encerclez la date du 27 mars au calendrier. Ce jour-là, une semaine avant le Tournoi des Maîtres, un livre sur Tiger Woods sera lancé.

Écrit par Hank Haney, l'entraîneur de Tiger de 2004 à 2010, et Jaime Diaz, un respecté journaliste de golf, le bouquin suscitera plusieurs réactions. Les auteurs assurent cependant qu'il ne s'agit pas d'un livre où la vie privée tourmentée de Tiger sera analysée.

«Les gens me demandent toujours comment c'était de travailler avec Tiger, a expliqué Haney, à ESPN.com. J'occupais un très bon siège pour suivre l'histoire du golf. Je fais la chronique de ce que j'ai observé.»

Haney croit qu'une fois plongés dans le livre, les lecteurs auront des ennuis à le mettre de côté. Il estime que Tiger trouvera le récit honnête.

Pour oublier le froid hivernal, rien de mieux que les Internationaux de tennis d'Australie à la télévision. Le spectacle en direct de Melbourne, où la chaleur est parfois suffocante, nous en met toujours plein la vue.

Chez les hommes, Andy Murray a un nouvel entraîneur: l'ancien champion Ivan Lendl, qui dit avoir été approché par une dizaine de joueurs au cours des 18 derniers mois. «Je vois plusieurs parallèles entre la carrière d'Andy et la mienne. Et j'aimerais qu'elles finissent de la même façon», a dit Lendl à l'agence AP.

Murray a été battu à ses trois premières participations à des finales de tournois majeurs; Lendl, à ses quatre premières. Mais il en a ensuite remporté huit...

On surveillera aussi les performances du Canadien Milos Raonic, qui peut sûrement causer des surprises.

Bref, deux belles semaines de tennis nous attendent.

Photo: Reuters

L'entraîneur Jim Harbaugh et le receveur Vernon Davis, des 49ers de San Francisco, avaient de quoi se réjouir, samedi.