Source ID:4c9753658bbf3ceca6a4c63b3b78aece; App Source:StoryBuilder

Bienvenue dans votre monde

Le Québec a découvert lundi qu'il existe une... (photo archives reuters)

Agrandir

Le Québec a découvert lundi qu'il existe une telle chose que les négationnistes de la rotondité de la Terre, écrit Patrick Lagacé.

photo archives reuters

Après les négationnistes du climat, les négationnistes de la version « officielle » du 11-Septembre et toute la trâlée de négationnistes de toutes sortes que l'internet fait remonter dans le réel comme un refoulement d'égout depuis 10, 15 ans, le Québec a découvert lundi qu'il existe une telle chose que les négationnistes de la rotondité de la Terre.

D'abord, en chronique, je vous parlais de cette chargée de cours de l'UQTR qui parle librement avec ses étudiants de tous ces doutes qu'elle entretient sur tout un tas de choses, de la prolifération des licornes à la conquête de la Lune en passant par la Terre, qui ne serait pas ronde.

Ce même jour, le journaliste Mathieu Bélanger, du journal Le Droit - celui-là même qui avait recueilli les propos paranos de la conseillère municipale Nathalie Lemieux sur le « peuple » musulman -, nous est arrivé avec des captures d'écran qui montrent que l'élue ne croit pas que la Terre est ronde. Citation : « Qui a décidé que la Terre est ronde ? »

On rit, on rit...

Mais je ne suis pas sûr que ce soit si drôle. Justement parce que sous le couvert du « doute », sous le prétexte de « je suis sceptique », sous le bouclier de « je pose juste des questions », c'est tout un paradigme qui est en train de changer sur la nature même de la connaissance.

L'internet a permis à des millions de gens non pas de cesser de « croire » à ceci ou à cela, mais de créer des réalités parallèles parce que des individus aux idées qui ne résistent pas à l'analyse peuvent se trouver et se fédérer dans les réseaux. 

Les interconnexions qui se sont créées avec l'internet ont aussi permis de créer des sous-cultures qui résistent aux faits.

La Flat Earth Society était une joke pour initiés dans les années 90. Elle était mourante au début des années 2000. De 2001 à 2004, la tribu des gens qui ne croient pas que la Terre est sphérique rétrécissait. En 2004, elle a connu un nouvel essor.

L'internet existait en 2001 quand la Flat Earth Society a commencé à flétrir, jusqu'à 2004, quand elle a connu un regain. Mais justement, quelque part dans les années 2000, l'internet est devenu un véritable « lieu », un pusher de réalités parallèles.

Sont alors nés des lieux où des gens ont vraiment commencé à avoir une vie, comme Facebook... Né en 2004, justement. En 2005, le film négationniste du 11-Septembre Loose Change a vu le jour sur Google Video et sur YouTube, démontrant à quel point une théorie du complot joliment présentée pouvait gagner des adeptes plus vite qu'un Boeing 737.

Pour mémoire, la « Personnalité » de l'année 2006 du magazine Time était nous tous, individuellement, « TOI » : « YOU », comme dans YouTube. La plateforme de diffusion de vidéos était alors en plein essor, on devinait à peine son potentiel, fourmilière de contenu généré par des millions de personnes.

Pour mémoire, la « Personnalité » de l'année 2006 du... (image archives reuters) - image 2.0

Agrandir

Pour mémoire, la « Personnalité » de l'année 2006 du magazine Time était nous tous, individuellement, « TOI » : « YOU », comme dans YouTube, rappelle notre chroniqueur.

image archives reuters

Sur la une du magazine Time, fin 2006, sous l'ordi frappé d'un YOU, ces mots : 

« Oui, vous.

Vous contrôlez l'Âge de l'information.

Bienvenue dans votre monde. »

Ces paroles étaient prophétiques. Une décennie plus tard, des gens comme Nathalie Lemieux contrôlent bel et bien leur monde, leur information. Ils sont des millions comme elle. La chargée de cours de l'UQTR, quand je lui ai demandé où elle avait fait ses recherches, m'a répondu ceci : « YouTube. »

En 2006, Time avait bien vu ce qui nous attendait, l'époque actuelle où ce qui compte, c'est soi, c'est ce en quoi on croit, nous, en notre for intérieur, au mépris des faits, car de toute façon, il y a les faits alternatifs si les faits sont déplaisants. Et MON université de la vie vaut bien TON doctorat en biologie.

Tout est relatif, tout est biais de confirmation, tout est un signe qu'on nous cache de quoi, tout le reste est conspiration. Dites-le, hurlez-le dans la caméra de votre téléphone, préférablement pendant que votre char roule... Et vous avez une chance de devenir une star dans votre réalité parallèle. C'est comme être une vraie star, le virtuel étant devenu vrai.

Pour chaque croyance sans fondement, pour chaque vexation de la vie moderne, pour chaque préjugé, on peut désormais trouver une communauté pour trouver des « arguments », des « faits », des « références ». 

Pas juste un site web qui explique « la vérité », non : une communauté. J'insiste, c'est important. L'incubateur de ces demi-vérités ou faussetés totales, ce sont des communautés virtuelles.

J'ai longtemps pensé que les faits, les vrais, pas ceux entre guillemets, auraient raison de ces flirts avec l'ignorance.

C'est faux.

Les faits ne servent à rien pour ces gens-là quand vous pouvez trouver en un clic 10 000 personnes qui, comme vous, ne « croient » pas à l'efficacité des vaccins, quand vous pouvez communiquer directement avec elles, « liker » leurs photos, voir qui sont leurs enfants, leurs amis, où elles voyagent : vous vous convainquez que vous n'êtes pas plus naïf qu'un autre, regardez, ces gens-là - Amandine en Belgique, Doug dans le Wisconsin, Luc à Drummondville - sont complètement normaux, pourquoi ce serait anormal de douter - comme eux - de la forme de la Terre ? En gang, on sait tout.

Alors on rit, on rit parce que deux fois dans la même journée au Québec, des femmes ont douté de la forme de la Terre. Mais ce n'est pas drôle, enfin pas SI drôle. Il y a des effets bien réels à la prolifération de ces mondes virtuels où on croit n'importe quoi.

Pendant que vous lisez ces lignes, dans l'État de Washington, on déplore une éclosion de cas de rougeole. L'immunité de la population en général diminue parce que de plus en plus de personnes ne se font pas vacciner...

Et le scepticisme face aux vaccins a explosé quand ? Quand l'utilisation de l'internet a commencé à exploser, elle aussi. La chose est documentée. On a aussi documenté à propos des « anti-vaxx » ce que je vous disais plus haut : l'éducation et l'information ne servent à rien pour convaincre ces gens-là.

Ils sont bien au chaud, dans leur monde. Nous sommes tous dans nos mondes.

Lisez la chronique de Patrick Lagacé « MBA zé bobards » 

Lisez l'article du Droit « Qui a décidé que la Terre est ronde ? »

Lisez un article de ScienceDirect sur les anti-vaccins (en anglais)

Lisez un article de NBC sur la rougeole (en anglais)

Lisez un article de l'Oakland Press sur la rougeole (en anglais)

Lisez une étude sur l'hésitation à la vaccination (en anglais)




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer