Source ID:f1a53d46-0499-4ef5-bdbe-7928c8e9a3e6; App Source:alfamedia

Bonjour la Bête immonde?

À Pittsburgh, des étoiles blanches portant les noms... (Photo Brendan SMIALOWSKI, Agence France-Presse)

Agrandir

À Pittsburgh, des étoiles blanches portant les noms des victimes ont été placées devant la synagogue Tree of Life, frappée samedi par une attaque antisémite qui a fait 11 morts.

Photo Brendan SMIALOWSKI, Agence France-Presse

On dirait 1936. Je choisis 1936 au hasard. Ça aurait pu être 1933. Ou 1938. Qu'importe, je parle de cette décennie où le fascisme s'est enraciné.

Un peu partout ces jours-ci, l'idée libérale de la démocratie recule. Et un peu partout ces jours-ci prospère l'idée d'une démocratie aux institutions éclipsées par un homme fort qui va « mettre ses culottes » et « faire le ménage » pour nous « protéger ».

Nous protéger, oui, mais... Contre quel danger ?

Contre tous les dangers, qu'ils soient réels, un peu réels ou alors carrément inventés.

La charia ici, demain.

Le grand complot juif mondial.

Le Grand Remplacement des Blancs.

Les toilettes non genrées des méchantes personnes trans.

L'Opposition immorale et criminelle.

Cette dérive de démocraties vers l'autoritarisme, vers L'Homme Fort et Protecteur, on l'a récemment vue en Turquie, en Hongrie, en Pologne, aux Philippines et en Italie, par exemple. Et aux États-Unis.

Et c'est ce genre d'Homme Fort et Protecteur qui va mettre ses proverbiales culottes que le Brésil a choisi d'embrasser, dimanche soir.

***

Le candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro a été... (PHOTO PILAR OLIVARES, REUTERS) - image 2.0

Agrandir

Le candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro a été élu président du Brésil, dimanche.

PHOTO PILAR OLIVARES, REUTERS

La démocratie brésilienne a 33 ans : c'est en 1985 que cet immense pays a retrouvé un gouvernement civil, après 21 ans de dictature militaire marquée par les exactions communes aux dictatures comme la torture des opposants politiques...

Et dimanche, le Brésil a choisi un autocrate nostalgique de la dictature qui méprise la démocratie et qui pense qu'un peu de torture fait grand bien aux méchants gauchistes. Il a déjà dédié son vote au Congrès brésilien à un militaire qui a jadis administré un centre de torture pendant la dictature...

Le même week-end, à Pittsburgh, dans le pire attentat antisémite jamais commis aux États-Unis, 11 fidèles juifs ont été abattus dans une synagogue par un salopard dopé à la paranoïa qui fait des juifs la lie de l'humanité. Vieille rengaine, terreur pennsylvanienne. Il aurait ciblé cette synagogue en particulier parce que ses membres aident les immigrants.

Le lien entre le flirt dictatorial brésilien et le massacre de la synagogue Tree of Life ?

Quelque chose comme la déshumanisation de « l'Autre », quelque chose comme la désignation subtile ou pas de boucs émissaires par les hommes forts dont je parlais plus haut.

Les juifs ne sont pas ciblés par le nouveau président brésilien. Mais les Noirs, les homosexuels, les femmes, les opposants politiques, si. Et les criminels, à abattre à vue. Chaque fois, en des termes déshumanisants.

Les juifs ne sont pas ciblés par Trump, pas nommément. Mais aucun président de l'ère moderne n'a flirté si ouvertement avec les mouvances américaines qui ont toujours ouvertement croqué du juif (et du Noir).

Quand David Duke, chef historique du Ku Klux Klan, lui a donné son soutien lors de la présidentielle, le candidat Trump a mis des jours à rejeter cet appui... bien mollement.

Quand des néonazis en sont venus aux mains avec des antiracistes à Charlottesville, à l'été 2017, quand l'un d'eux a mortellement lancé sa voiture dans une foule, le président des États-Unis a mis deux jours avant de se fendre d'une déclaration... dans laquelle il a jugé qu'il y avait de « mauvaises personnes des deux côtés » !

Le Daily Stormer, un média néonazi américain qui participe joyeusement à la diabolisation des juifs, était si content que le président n'ait pas dénoncé les « nationalistes blancs » qu'il a écrit ceci après Charlottesville: « Les commentaires de Trump sont bons. Il ne nous a pas attaqués. Il a juste dit que le pays devrait s'unir. Rien de spécifique contre nous. »

Ça n'a pas toujours été comme ça : je suis assez vieux pour me souvenir d'un président américain qui ne mâchait pas ses mots face aux racistes et aux intolérants. Et Reagan était un républicain. À cette époque, les admirateurs modernes d'Hitler n'avaient pas de relais politique majeur.

Les juifs, on l'a dit, sont le canari dans la mine de l'intolérance. Depuis des siècles, ils ont été ciblés. 

De pogroms en exils en nuits de cristal, les juifs ont joué le rôle de l'Autre maléfique dans les théories du complot les plus sordides, celui qu'il fallait anéantir avant qu'il ne nous anéantisse.

Puis, il y a eu l'Holocauste, le pogrom des pogroms. On a dit « plus jamais », après que furent révélées les horreurs de la solution finale des nazis.

Et on pensait que l'humanité avait eu sa leçon sur ce qui peut survenir, quand on tolère la déshumanisation de l'Autre...

On pensait ça et 70 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, des employés du camp de la mort nazi d'Auschwitz-Birkenau sont ciblés par des antisémites polonais parce qu'ils sont accusés de ternir l'image de la Pologne, désormais dirigée par un gouvernement autoritaire nationaliste.

En mars, la maison d'un guide d'Auschwitz a été vandalisée. On a dessiné une croix gammée sur sa porte.

Oui, oui, en mars 2018.

***

À Pittsburgh, des étoiles blanches portant les noms... (PHOTO MATT ROURKE, ASSOCIATED PRESS) - image 3.0

Agrandir

À Pittsburgh, des étoiles blanches portant les noms des victimes ont été placées devant la synagogue Tree of Life, frappée samedi par une attaque antisémite qui a fait 11 morts.

PHOTO MATT ROURKE, ASSOCIATED PRESS

Je parlais des années 30, avec ces échos déshumanisants que je perçois aujourd'hui. Il y a aussi cette polarisation inquiétante un peu partout : l'adversaire politique légitime que l'on dépeint en ennemi à abattre.

On dira que j'exagère. Que 1938 n'est pas 2018.

Mais en 1938, savaient-ils ce que 1938 allait signifier, dans les livres d'histoire ?

J'espère que je me trompe, j'espère que la Bête immonde n'est pas en train de faire son grand retour, juste là, là sous nos yeux.

Mais il faut être myope pour ne pas remarquer qu'ils sont de plus en plus nombreux à être déshumanisés, les groupes jugés « dangereux » en vertu de critères qui diffèrent, selon les administrations turque, italienne, américaine, hongroise...

Ici et là, le migrant musulman. Là-bas, le juif, le gai. La différence, quoi.

Ils sont de plus en plus nombreux ceux qui, sans se cacher ni rien, disent que l'Autre est un problème. En des termes épouvantables.

Des fois, ils sont élus présidents.

Parfois, ils ont un micro et ils ne croulent pas de rire ou de colère quand on leur présente l'idée - folle - que le tueur de la Mosquée de Québec est - peut-être, on jase ! - un « prisonnier politique »

Mais la plupart du temps, par millions, ils vomissent sur les médias sociaux.

La différence, ici, au Canada ? Ces discours intolérants existent, mais n'ont pour l'essentiel pas de relais politiques.

J'espère me tromper, j'espère que la Bête immonde n'a pas trouvé de ventres féconds, pour prendre les mots du poète. Mais c'est un sale temps pour la tolérance et la démocratie, la démocratie étant un écosystème de contre-pouvoirs qui devraient nous protéger contre la tentation de L'Homme Fort et Protecteur.

J'espère me tromper. Mais l'époque ne manque pas de tatas qui, dans les bonnes conditions, fermeraient volontiers les portes des wagons.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer