Source ID:dc0ac916-f873-4b2d-8257-20865d1f6790; App Source:alfamedia

L'Arabie saoudite, État de m*rde

Mohammed ben Salmane est le prince héritier de... (Photo Alastair Grant, archives Associated Press)

Agrandir

Mohammed ben Salmane est le prince héritier de l'Arabie saoudite.

Photo Alastair Grant, archives Associated Press

La disparition et le très possible assassinat du dissident et commentateur saoudien Jamal Khashoggi a créé un formidable bal des hypocrites à propos des exactions de cet État voyou qu'est l'Arabie saoudite.

Jamal qui ? Jamal Ahmad Khashoggi, 59 ans, personnage énigmatique et flamboyant, qui avait une relation amour-haine avec le régime totalitaire qui gouverne la pétro-dictature saoudienne.

Un peu journaliste, un peu conseiller politique, Khashoggi a tour à tour été proche de la famille royale saoudienne (qu'il a servie comme conseiller), puis mis au ban de cette même famille (pour avoir permis la publication de textes jugés blasphématoires pour l'islam dans un journal saoudien qu'il a dirigé).

Il s'est lui-même exilé hors du royaume d'Arabie saoudite en 2017, après avoir déplu au nouveau dictateur du pays, Mohammed ben Salmane (MBS), un jeune psychopathe par définition impétueux.

Loin du désert de sable (et d'idées et de liberté) de l'Arabie saoudite, Jamal Khashoggi s'est mis à librement commenter les affaires du royaume. Résidant aux États-Unis, il signait des chroniques dans le Washington Post, dont il était un collaborateur régulier.

Le 2 octobre dernier, Khashoggi s'est présenté au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul pour y obtenir des documents nécessaires à son mariage prochain avec sa fiancée turque.

Et il n'en est jamais ressorti.

Les Saoudiens jouent les innocents, ils ont affirmé publiquement que Khashoggi était sorti par une porte dérobée, mais, manque de pot, les services de renseignement turcs ont des caméras qui encerclent l'immeuble : Khashoggi, a fait savoir la Turquie, n'est jamais sorti du consulat.

Là, tout déboule, par des fuites savamment calculées des services de renseignement turcs et américains : les Turcs auraient des enregistrements audio et vidéo de l'interrogatoire du dissident et des agents saoudiens en train de le... tuer.

Non seulement Khashoggi serait donc mort, mais en plus sa mort aurait été filmée par l'équipe de 15 hommes venue de Riyad spécialement pour lui... Question de fournir au roi d'Arabie saoudite la preuve que la sale job avait été faite : le contenu prisé par les psychopathes n'est pas diffusé sur Netflix.

Pour emprunter un cliché cher aux rédacteurs de manchettes diplomatiques, l'affaire Khashoggi « met à l'épreuve la relation américano-saoudienne ». En effet, les États-Unis se sont déclarés « préoccupés » par la disparition d'un commentateur qui écrivait dans les pages d'un des plus grands journaux américains, un journal ayant pignon sur rue dans la capitale, Washington.

C'est évidemment de la bullshit, la relation américano-saoudienne va rester solide comme de l'or, parce que la dictature d'Arabie saoudite est une pompiste de pétrole fiable en plus d'être la rivale de l'ennemi désigné des États-Unis dans la région du golfe Persique, l'Iran.

Ça fait des décennies que l'Arabie saoudite emprisonne et martyrise ses dissidents (bonjour Raif Badawi). Ça fait des décennies que l'Arabie saoudite traite les femmes en citoyennes de seconde zone. Et ça fait des décennies que l'Arabie saoudite tolère la propagation des versions les plus obscurantistes de l'islam partout dans le monde, propagation qui a joué un rôle dans les attaques de 2001.

Pas grave, l'Arabie saoudite est de « notre » bord - celui de l'Occident, mené par les États-Unis -, alors ces saloperies passent sous le radar. C'est bien sûr l'Irak que les États-Unis ont envahi, au nom de la démocratie, cette belle et grande chose.

L'Arabie saoudite n'est bien sûr pas le seul État à assassiner des personnes de façon brutale et en marge de la règle de droit. Par exemple, les États-Unis le font, Israël aussi, ciblant des personnes qui menacent leur sécurité nationale. Les démocraties européennes ciblent également des djihadistes issus de leur sein dans les ruines de la Syrie.

L'Arabie saoudite, elle, fait ce que l'Iran et la Russie font : assassiner des personnes - à l'étranger si nécessaire - qui ne posent aucune menace à la sécurité nationale, mais qui, par leurs paroles et par leurs actes, emmerdent le régime.

On dira qu'un assassinat est un assassinat, je veux bien, j'en suis : je préfère des procès administrés par des juges indépendants. Je pense quand même qu'il y a une différence entre assassiner un artificier du Hamas et zigouiller un type qui écrit ses idées dans le Washington Post.

Ce n'est pas parce qu'on rit que c'est drôle, mais il y a quelque chose de tristement comique à voir le concert d'indignation qui se fait entendre depuis qu'on soupçonne fortement que Jamal Khashoggi a été torturé et tué dans le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul.

Voyez plutôt : le régime sanguinaire de Mohammed ben Salmane organise dans deux semaines à Riyad la Future Investment Initiative, où sont conviés penseurs et financiers du monde entier. Une sorte de Sommet de Davos du désert où des investisseurs et brasseurs de fric de partout vont tenter de se téter des miettes du gigantesque fonds d'investissement souverain de la dictature de sable, le PIF, sous le noble vernis de discussions sur la transformation de l'économie saoudienne.

L'affaire Khashoggi rend la fréquentation de ce party un peu gênante et plusieurs participants se sont désistés ces dernières heures : le milliardaire anglais Richard Branson s'en est par exemple retiré et a suspendu un projet d'investissement d'un milliard du PIF saoudien dans ses aventures de tourisme spatial.

Ces désistements nous font seulement voir à quel point l'Arabie saoudite est « notre » dictature, une de ces dictatures qui nous semblent moins sanguinaires parce qu'elles sont de « notre » bord, comme le furent en leur temps les dictatures d'Irak, d'Argentine, d'Haïti, du Guatemala, du Chili ou de Cuba.

Devinez par ailleurs qui était un des commanditaires de la super conférence saoudienne ?

Le New York Times !

Oui, le journal américain qui se met en marché comme un phare de la démocratie - et qui l'est - s'était lui aussi immoralement convaincu que de s'associer à un régime sanguinaire qui piétine durablement la liberté de la presse était... une bonne idée.

Le NYT a vu la lumière et s'est retiré de la conférence du régime de Mohammed ben Salmane depuis la disparition du chroniqueur du Washington Post.

Non, mais on croit rêver : l'Arabie saoudite était un État de m*rde avant la disparition du dissident Khashoggi et il l'est toujours depuis sa disparition. Rien de neuf...

Avant la disparition du commentateur Khashoggi, il n'y avait pas d'élections libres en Arabie saoudite. On n'y trouvait pas de presse libre, pas de vie politique digne de ce nom et pas de trace de cette pierre angulaire de tout État véritablement démocratique que sont des tribunaux indépendants qui appliquent la règle de droit. Non, on n'y trouvait que des tribunaux inféodés au pouvoir et qui interprètent la loi selon le Coran, comme au XIVe siècle.

Après la disparition de Khashoggi ?

Même chose !

Alors je ne sais pas ce qui est plus grave : l'existence de cet État de m*rde qu'est l'Arabie saoudite ou faire semblant que ce n'en est pas un.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer