Hugo Dumas LA PRESSE

Commençons avec la question qui tue: les cinéphiles nord-américains paieront-ils une douzaine de dollars - en excluant le pop-corn et la boisson gazeuse - pour une comédie romantique mettant en vedette Ricky Gervais?

Ricky qui, demandez-vous? Gervais, Ricky Gervais, un comédien britannique trapu, court sur pattes, mais doté d'un sens de l'humour corrosif et grinçant. C'est lui qui a créé la série télé culte The Office. Il y incarnait brillamment David Brent, le détestable patron régional de la papeterie Wernham-Hogg.

Essayez maintenant de l'imaginer dans la peau d'un dentiste misanthrope de qui Téa Leoni (la copine de David Duchovny) tombera amoureuse. Pas très crédible, hein? En effet. C'est tout de même la trame du film Ghost Town (La ville fantôme, en version française), qui sort en salle aujourd'hui.

Dans son premier grand rôle hollywoodien, Ricky Gervais incarne le Dr Bertram Pincus, un être asocial, solitaire et désagréable, qui vit seul dans son spacieux appartement new-yorkais. Lors d'une intervention chirurgicale mineure, catastrophe! notre médecin atrabilaire meurt pendant sept minutes sur la table d'opération. Il revient miraculeusement à la vie sans trop de séquelles sauf une, d'une gravité sans nom. Le Dr Pincus, comme le garçonnet dans Le sixième sens, voit maintenant des fantômes. Bou!

Mais, attention, pas n'importe lesquels: il n'aperçoit que des gens morts avant d'avoir pu régler des affaires très personnelles avec leurs proches. Vous voyez venir le punch: notre Dr Pincus sera harcelé par une kyrielle de revenants, dont un particulièrement insistant, Frank (ordinaire Greg Kinnear), qui l'implore de saboter la vie personnelle de Gwen (Téa Leoni), son ex-copine.

Tarabusté sans merci par Frank, le Dr Pincus finira par céder et s'immiscera dans le couple formé par Gwen et son copain parfait (Billy Campbell). Encore ici, vous voyez débouler la suite: au contact de la douce et intelligente Gwen, le dentiste renfrogné s'humanisera et éprouvera même des sentiments amoureux. Violons! Confettis! Vive Hollywood!

En entrevue à Toronto, le réalisateur et scénariste de Ghost Town, David Koepp, a raconté avoir pondu ce film après une longue période de déboires amoureux. L'oeuvre a été tournée en un temps record d'une trentaine de jours. Et souvent, ça paraît. "Nous avons pensé à plusieurs stars de Hollywood pour jouer le dentiste. Mais un nom revenait tout le temps: Ricky Gervais. C'est certain que le studio s'inquiétait de son accent (britannique) et de son humour particulier. Et Ricky Gervais a imposé trois règles très claires: il ne changerait pas sa façon de parler, il ne porterait pas de perruques et il n'embrasserait personne à l'écran", relate David Koepp, mieux connu comme scénariste d'une série de superproductions (Jurassic Park, le dernier des Indiana Jones, War of the Worlds, Spider-Man).

Questionné au sujet de ses trois commandements, Ricky Gervais a validé les deux premiers. Et le troisième? Dans un grand éclat de rire, Gervais a esquivé la question. C'est donc probablement vrai.

«Soyons honnête. Je ne suis pas un grand acteur, mais j'adore jouer. C'est amusant et, je ne le cacherai pas, très payant. Je me suis fait offrir une centaine de films avant Ghost Town. Je m'embarque dans très peu de projets et je les sélectionne avec soin. C'est certain que je ne veux pas que le film soit un flop», détaille Ricky Gervais.

Dans un petit rôle, probablement l'élément le plus comique du film, Kristen Wiig (comédienne-vedette de Saturday Night Live) lance des répliques savoureuses. Elle y joue une anesthésiste adepte du spray-tan. «J'étais fan de Ricky Gervais et je voulais absolument travailler avec lui. J'aurais même été serveuse dans le film si on me l'avait demandé», souligne Kristen Wiig.

Malheureusement pour Wiig, Gervais et Kinnear, le service de Ghost Busters n'était pas disponible lors du tournage. On se serait alors évité collectivement 1h30 de tiédeur fantomatique.