Source ID:571706; App Source:cedromItem

| Commenter Commentaires (3)

Tout voir, tout savoir

Scandal, l'une de ces séries susceptibles de déclencher... (Photo: fournie par ABC)

Agrandir

Scandal, l'une de ces séries susceptibles de déclencher le fameux FOMO («fear of missing out») chez quiconque ne l'a pas vue.

Photo: fournie par ABC

Souffrez-vous de FOMO, l'acronyme de «fear of missing out», soit la peur de rater un événement mémorable? Moi, pas mal trop.

Environ 293 photos du spectacle de Justin Timberlake défilent sur Facebook? Gah! Mais pourquoi donc n'ai-je pas acheté mes billets il y a un an comme tout le monde? J'ai raté le show de l'année. Voilà, c'est dit.

Le FOMO s'applique aux livres (quoi, tu n'as pas lu le dernier Goncourt?), aux nouveaux restaurants (tous au Majestique pour l'ouverture!), aux bars (Le Mal nécessaire, c'est fou!) comme aux gros festivals (Osheaga!).

Le Tout-Montréal s'entasse au parc Jean-Drapeau sous un soleil splendide. Une première photo magnifiquement jaunie et décadrée de Lorde à Osheaga apparaît sur Instagram. Puis, une sixième. Et une 42e. Ça y est, vous avez loupé le deuxième meilleur spectacle de 2014. C'est plate de même.

Les médias sociaux aggravent dramatiquement les symptômes angoissants associés au FOMO. Prenons l'exemple de la télévision. C'est un dimanche soir tranquille bien normal. Les pantoufles sur le pouf, vous zappez paresseusement entre La voix et Tout le monde en parle. Sur Twitter, vous voyez apparaître une série de messages à propos du Trône de fer, suivis de dizaines de points d'exclamation et de «oh mon dieu, je capote ma vie».

Les mots «Stark» et «massacre» grimpent rapidement dans la liste des mots-clics les plus employés partout dans le monde. De toute évidence, vous venez de manquer le troisième événement le plus important de 2014. Ça ne va pas bien votre (notre) affaire.

La pression des amis accentue également l'anxiété liée au FOMO comme en témoignent ces conversations typiques de souper. As-tu aimé la deuxième saison de The Americans? Pas encore eu le temps de la voir. Tu sais pas à côté de quel bonheur tu passes!

Comment as-tu trouvé le chant du cygne de Dexter? Le coffret DVD est encore dans son emballage original. Comment ça, tu n'avais pas encore allumé sur Suits? J'avais des Mémoires vives à finir.

Bref, il y a beaucoup trop de bonnes séries et pas assez de temps pour les consommer.

Maintenant, comment prévenir les attaques sournoises de FOMO en télévision? D'abord, il faut élaguer son horaire. Personnellement, j'abandonne assez rapidement tout ce qui est moyen ou tiède. Adieu The Leftovers de HBO et Halt and Catch Fire d'AMC. Le coup de foudre ne s'est pas produit dans les premières heures: c'est officiellement terminé entre nous.

Ensuite, si c'est faisable, il faut privilégier les séries courtes comme Girls, 19-2 ou Silicon Valley. Car attaquer Une femme exemplaire à partir du début, ça équivaut à 112 épisodes de 43 minutes. À moins de ne pas dormir pendant une semaine, vous ne rattraperez jamais la diffusion en temps réel de cette production d'une qualité exceptionnelle. Mais vous n'en mourrez pas.

Ce qui m'amène au prochain conseil: apprendre à lâcher prise. J'ai beau me dire que je reviendrai un jour à The Walking Dead, c'est complètement faux. Si j'avais tant aimé voir des zombies exploser dans des nuages d'entrailles broyées, je me serais trouvé du temps depuis très longtemps pour m'y consacrer.

Même chose pour les émissions encensées par la critique, mais qui vous laissent aussi stoïque et inébranlable que Robin Wright dans House of Cards. C'est correct de ne pas aimer Mad Men, Au bout du lac ou Breaking Bad. Acceptez-le. Et assumez-le, ce qui reste toujours un peu plus difficile.

Finalement, avec tous les moyens technologiques dont nous disposons, c'est devenu super facile de passer un week-end enfermé à se goinfrer de Scandal et de rentrer au bureau le lundi matin en discutant de la dernière frasque d'Olivia Pope. Ç'aurait été beaucoup plus complexe il y a 15 ans.

On se comprend, c'est loin d'être aussi dangereux que l'Ebola, mais il faut implanter cette série de mesures préventives avant que ce vicieux FOMO nous mette tous K.-O.

JE LÉVITE

Avec Boyhood de Richard Linklater

Quel magnifique film! Un des plus beaux depuis très longtemps. À la fois touchant, mélancolique, drôle et rempli d'humanité. On y suit Mason (Ellar Coltrane) de l'âge de 6 ans jusqu'à ce qu'il entre à l'université. Ce film a véritablement été tourné sur une période de 12 ans. Les acteurs (dont Ethan Hawke et Patricia Arquette) y vieillissent donc sous nos yeux. L'effet de réalisme est saisissant. Superbe.

JE L'ÉVITE

La madame de Trivago

On le sait, Venise, c'est romantique. Mais ce que cette très jeune femme nous vend 14 fois à l'heure dans sa pub, en se tortillant dans un lit défait, ce n'est pas un forfait en gondole. Que non. Zéro subtilité là-dedans. La moue séductrice, le regard insistant à la caméra, ça va, on a pigé, mademoiselle. Plus racoleuse que ça, tu coanimes une de ces émissions de jour nous promettant «des fous rires complices dans une atmosphère propice à la confidence».




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer