Source ID:477786; App Source:cedromItem

| Commenter Commentaires (3)

Fort Boyard: retour vers le futur

Les deux animateurs de la nouvelle mouture de... (Photo: fournie par TVA)

Agrandir

Les deux animateurs de la nouvelle mouture de Fort Boyard, Dave Morissette et Guillaume Lemay-Thivierge. La compétition sera vive entre les participants, mais également entre les animateurs.

Photo: fournie par TVA

Le décor est évidemment le même. La musique du générique n'a été que légèrement retouchée. Félindra tourne toujours sa tête de tigre. Le (même) père Fouras pose ses énigmes. Le nain Dédé accroche encore les clés à son cerceau métallique.

Il y a de gros serpents qui sifflent, de la vermine qui grouille et des vers gluants dans les épreuves. Les concurrents sursautent et poussent des cris d'effroi. Ils laissent aussi échapper quelques jurons. Bref, la nouvelle mouture de Fort Boyard, à TVA, copilotée par Guillaume Lemay-Thivierge et Dave Morissette, ressemble énormément à l'ancienne, à quelques détails près.

D'abord, ce Fort Boyard 2014, qui revient en ondes 13 ans après son retrait, se joue maintenant comme un tournoi de hockey avec six parties de saison, des éliminatoires, une finale et un match des étoiles. Ensuite, plusieurs nouveaux jeux ont été ajoutés aux classiques, dont celui de la laveuse, qui a blessé Édith Cochrane «au haut du corps». Vous verrez la comédienne se démener dans un tuyau géant lors du premier épisode, programmé le mercredi 22 janvier à 20h, contre Les enfants de la télé.

Si je me fie aux deux premières émissions montrées hier, il y a de fortes chances que Fort Boyard ébranle la suprématie de Véronique Cloutier à Radio-Canada. Ce nouveau Fort Boyard a été accéléré et mise davantage sur la compétition entre les participants, mais aussi entre les deux animateurs. Difficile de résister à ce concentré d'action.

Descendu de sa tour, le père Fouras, toujours campé par le comédien Yann Le Gac, ne jette plus la clé à la mer quand un concurrent rate une devinette, ce qui ralentissait trop la progression du jeu. Et le père Fouras de 2014 cabotine plus que celui des années 90. En excluant ces ajustements, Fort Boyard ramène ses bons vieux classiques: la tyrolienne, la fosse aux serpents (qui terrorisera Rémi-Pierre Paquin le 29 janvier), les urnes contenant des substances dégueulasses ou la nage dans l'Atlantique pour dévisser une clé attachée sous une bouée.

Dans chacun des épisodes, deux vedettes affrontent le fort en compagnie de deux joueurs du public. Le but n'a pas changé: amasser les clés et les indices pour déverrouiller la salle du trésor.

À l'ère où les jeux télévisés deviennent de plus en plus extrêmes et inventifs, TVA reprend une formule simple, familiale et nostalgique, qui a fait les beaux jours du réseau entre 1993 et 2001. Mettons que ce n'est pas une décision très audacieuse. C'est un choix pantouflard, je dirais.

Le producteur de Fort Boyard, Jean Guimond, assure qu'aucune épreuve n'a été truquée ou arrangée avec le gars des vues. Dans le premier épisode, Dave Morissette en arrache énormément lors d'un défi où il se mesure à l'humoriste Jean-Michel Anctil.

Et dans une coïncidence qui ne s'invente pas, la presse française a révélé hier que La Boule de Fort Boyard - alias le Français Yves Marchesseau, 61 ans - a été condamné à six mois de prison pour harcèlement téléphonique, ce qui compliquera le tournage d'une deuxième saison si TVA en commande une. En même temps, La Boule ne fait que sonner le gong dans l'émission. Son rôle ne sera pas trop difficile à redistribuer.

Série noire massacrée

Comme je l'avais anticipé, Les jeunes loups de Réjean Tremblay n'a fait qu'une seule bouchée de Série noire de François Létourneau et Jean-François Rivard lundi soir. Et le score final est digne d'un match de football: 1 505 000 téléspectateurs à TVA contre 480 000 à Radio-Canada. Du trois pour un.

Réjean Tremblay a déclaré qu'il laisserait le «vrai monde» - et non les journalistes - juger sa dernière oeuvre. Et le public lui a donné raison. Cela dit, la qualité d'une production ne se mesure pas avec des audimètres BBM, ne l'oublions pas.

Selon mes espions dans la tour, les patrons de la SRC avaient la mine basse hier quand les chiffres d'audience de Série noire ont été communiqués. Car pour une série dramatique, il est rare que les cotes d'écoute explosent après la première. Elles ont plutôt tendance à baisser ou à grimper légèrement, à moins qu'un buzz médiatique gigantesque ne les tire vers le haut. Peut-être que les enregistrements aideront Série noire. Faudra surveiller les données finales, qui sortiront dans 10 jours.

À 20h, Yamaska (1 258 000) a eu le dessus sur L'Auberge du chien noir (897 000). À 19h30, Les Parent ont fracassé le million (1 039 000).




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer