Source ID:60560; App Source:cedromItem

Fermer la place Émilie-Gamelin pour mieux la rouvrir

À compter de lundi, la place Émilie-Gamelin sera... (IMAGE FOURNIE PAR LE QUARTIER DES SPECTACLES)

Agrandir

À compter de lundi, la place Émilie-Gamelin sera fermée pendant un mois pour être transformée en «village» animé jour et soir, tout l'été, avec resto, bar et café. On y aménagera un marché public, un jardin communautaire, une terrasse et un lieu de projections.

IMAGE FOURNIE PAR LE QUARTIER DES SPECTACLES

La place Émilie-Gamelin est bien accueillante pour les manifestants, qui s'y donnent rendez-vous ces jours-ci. Mais pour le flâneur urbain, on repassera...

C'est un espace hypercentral, dans une ville hypersécuritaire. Un espace auquel on a ajouté de gros jeux d'échecs et des camions de bouffe. Mais personnellement, je ne ferais pas de détour pour y passer un samedi après-midi avec mon fils, disons.

Bon, ça prouve peut-être que je suis un papa poule. Mais surtout, que tout ce qui a été tenté au cours des dernières années pour faire de la place Émilie-Gamelin un lieu public accueillant et invitant - pour tous - a cruellement échoué.

Cette fois sera-t-elle la bonne? Je l'espère.

J'ai appris qu'on va tenter complètement autre chose, cette année. On va fermer la place pour un mois, à partir de lundi prochain, afin de la transformer en «village» animé jour et soir, tout l'été, avec resto, bar, café, jardins et spectacles. On va aménager un marché public, un jardin communautaire, une terrasse avec tables et parasols, un immense lieu de projections.

Bref, on va tenter d'en faire un lieu convivial pour tout le monde. Pas juste les revendeurs de drogue.

***

Ça fait maintenant quatre ans que le Partenariat du Quartier des spectacles tente de «renipper» la place Émilie-Gamelin avec des événements ponctuels. Mais rien à faire: dès qu'ils prennent fin, le lieu redevient insécurisant.

Changement complet de stratégie, donc. Fini les coups de pinceau et les interventions à la pièce. On a embauché l'organisme derrière le Village éphémère, Pépinière&Co, afin de créer un village permanent, de mai à octobre.

«On veut vraiment changer l'allure de la place, et sa réputation par le fait même», précise Pascale Daigle, du Partenariat.

Sous l'enseigne lumineuse «Jardins Gamelin», on va donc retrouver de nombreux bancs, des bacs à fleurs, des chaises de type Adirondack, ainsi qu'une scène circulaire où se tiendront des événements programmés et spontanés: spectacles, conférences, animation, yoga matinal. On ajoutera une canopée lumineuse ainsi qu'une «oeuvre magistrale illuminée» en suspension.

À l'ouest, on ouvrira un restaurant dans une construction de conteneurs où l'on vendra du café tôt le matin, et de la bière tard le soir. On installera une dizaine de tables avec chaises et parasols afin que les gens puissent profiter de leur consommation ou de leur propre lunch.

Au sud de la place, on retrouvera de l'agriculture urbaine: jardin de tournesols, production de légumes, plantations diverses, serre, etc. Et à l'est, on installera un marché de fruits et légumes et on se servira de la façade de la Place Dupuis comme toile de projection.

«Montréal est une ville d'événements, fait remarquer Jérôme Glad, de Pépinière&Co. Mais l'événementiel est souvent en rupture avec la ville au quotidien: on installe des clôtures et des tentes génériques, puis une fois terminé, on remballe tout.»

«Là, on veut inverser la logique: investir le lieu, en faire un canevas cohérent, puis y attirer des événements qui donneront à la place un caractère propre.»

***

Est-ce qu'on est dans l'embourgeoisement localisé? Une façon de repousser ceux qu'on préférerait ne pas voir? De remplacer ceux qui ont élu domicile dans le parc par des hipsters et leur macchiato?

Le Partenariat du Quartier des spectacles s'en défend. Il assure que son village s'implantera avec l'aide de l'arrondissement et du Service de police de la Ville de Montréal, qui veilleront à maintenir la cohabitation. Comme à l'époque des interventions de l'ATSA.

À l'arrondissement de Ville-Marie, on ne cache pas que «les comportements de personnes marginalisées» sont source de préoccupation. Mais le but n'est pas de les faire disparaître, assure la porte-parole Anick de Repentigny. «Il n'est pas question d'exclure qui que ce soit. L'arrondissement souhaite une cohabitation sociale optimale.»

De toute façon, renchérit Jérôme Glad, l'idée n'est pas de lisser l'endroit pour en faire une autre place des Festivals. «On a vraiment une approche de quartier, à échelle humaine, ouverte et inclusive. On veut que ça devienne un lieu propice aux rassemblements et aux pique-niques. On veut que ce soit une grande terrasse pour tout le monde.»

Pas une autre place des Festivals, donc, mais pas un autre «Village éphémère» non plus, ces événements populaires et branchés qui ont eu lieu ces deux dernières années (bonne nouvelle: une démarche est en cours pour que cet événement revienne au Pied-du-Courant à compter du 19 juin).

«On mise plutôt sur une réappropriation d'un lieu public par toutes sortes de monde», selon Jérôme Glad. Pensons au Marché des ruelles dans la rue Sainte-Catherine, ou au Marché des possibles dans le Mile End.

Ne nous comptons pas d'histoire. Ce sera tout un défi d'assurer une cohabitation des usagers actuels et futurs. Mais un défi qu'il vaut certainement la peine de tenter de relever. Car s'il ne faut pas chasser les marginalisés, on ne peut chasser non plus les riverains et les commerçants.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer