Source ID:; App Source:

| Commenter Commentaires (121)

So, so, so...

Je me demande bien ce que les plus jeunes syndiqués pensent du comportement de leurs aînés...

Hier après-midi, des policiers et des pompiers ont marqué leur désapprobation à l'endroit du projet de loi sur les régimes de retraite en encerclant l'hôtel de ville avec leurs véhicules d'urgence, toutes sirènes hurlantes.

D'autres ont allumé un feu de déchets au beau milieu de la rue Notre-Dame, scandant des slogans hostiles envers le maire Coderre, jusqu'à ce que des pompiers en fonction éteignent le brasier... et en profitent pour asperger l'hôtel de ville en signe de protestation.

Un spectacle de grande classe organisé par une confrérie dont les membres les plus anciens n'ont pas hésité à déserter pour de bon leur poste, la semaine dernière, en plein quart de travail, sans avertissement, afin d'éviter de participer davantage à la résorption du déficit des régimes de retraite.

Autant de gestes peu édifiants qu'on tente de faire passer pour des actes de solidarité syndicale... même s'ils sont tout sauf solidaires envers les syndiqués les plus jeunes.

***

Le plus inquiétant, c'est que les manifestations d'hier ne sont que le début d'une mobilisation qui risque de prendre de l'ampleur et de nous ramener à une époque qu'on préférait oublier, où l'on n'hésitait pas à percer des lances d'incendie et forcer son entrée à l'hôtel de ville à coups de bélier.

Sous prétexte que le projet de loi sur les régimes de retraite encadre trop les négociations à venir, les syndiqués municipaux, de nouveau, ont décidé de recadrer le débat à leur façon...

«On va regarder tous les scénarios possibles, a lancé le porte-parole de la Coalition syndicale pour la libre négociation, parce que quand on vient jouer dans nos droits acquis, ce n'est pas vrai qu'on va donner notre bénédiction.»

Autrement dit, s'il y a un problème avec les régimes de retraite, s'il y a un énorme déficit accumulé, si on peine à voir un avenir à long terme pour le système, ne comptez surtout pas sur nous pour contribuer à effacer tout déficit passé.

Et l'équilibre financier des villes, la capacité de payer des contribuables, les régimes de retraite des plus jeunes? Cela n'existe pas.

Nos retraites approchent. Et après nous, le déluge...

***

Vrai que le projet de loi sur les régimes de retraite est rigide. Il impose un point de départ: les régimes coûtent trop cher. Et il fixe la destination: une révision des acquis pour contenir le fardeau des villes (lire: des contribuables municipaux).

Bien qu'il y ait différents chemins possibles entre les deux, des chemins dictés par les parties prêtes à négocier, ne nions pas l'évidence: ça va indubitablement faire mal.

Mais tenter d'échapper à une telle fatalité sous prétexte que les villes ont consenti ces avantages volontairement revient à se pencher pour que ce soient les plus jeunes qui reçoivent le coup en pleine face.

L'objectif principal d'un régime de retraite est sa pérennité, l'assurance qu'un revenu nous attend demain, quoi qu'il advienne, grâce à un système dont l'avenir est protégé.

Or, voilà ce qui est en jeu: l'avenir, à court terme, de régimes de retraite trop généreux qui menacent de couler des villes qui ne pourront faire autrement que de hausser les taxes ou de sabrer les services, probablement les deux.

Et, à plus long terme, l'existence même de ces fonds de retraite pour les cotisants actuels, particulièrement les jeunes qui en ont pour des décennies à venir. Des cotisants qui seront de moins en moins nombreux à financer une caisse dans laquelle un nombre de plus en plus élevé de retraités est appelé à puiser.

***

C'est bien beau, la solidarité syndicale, mais elle est à géométrie variable si elle ne profite qu'à une génération de syndiqués.

Dans un contexte où les règles du jeu ont changé, les conditions économiques ont bougé, les rendements ont diminué et l'espérance de vie ne cesse de grimper, on ne peut plus voir le système de retraite comme un roc sacré, immuable.

Dans un contexte où la capacité de payer des villes et des contribuables n'est pas infinie, il faut oser «recadrer la notion de droits acquis», comme le dit pudiquement le rapport D'Amours, afin d'assurer la pérennité des régimes pour les retraités et les travailleurs, surtout les derniers entrés.

«Les jeunes ont tout intérêt à hâter une solution à ce problème, croit l'économiste Paul Daniel Muller. Car chaque année passée à l'étudier ou à négocier représente un sursis durant lequel les travailleurs les plus âgés et les retraités sont exemptés du fardeau de contribuer à le résoudre.»

Voilà pourquoi j'aimerais savoir ce que pensent ces jeunes travailleurs des manifestations d'hier. Ont-ils conscience que le fameux «so, so, so» scandé par leurs aînés ne comprend pas la solidarité intergénérationnelle?




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer