Source ID:07471bab530f351aacd083ff3ada8e10; App Source:StoryBuilder

Nos immigrés parmi les plus surqualifiés au monde

(Québec) Nos immigrés ont l'un des taux de surqualification les plus élevés des pays industrialisés. Et ce phénomène s'expliquerait notamment par le manque d'emplois de qualité et les problèmes de reconnaissance des diplômes.

Voilà l'essentiel des conclusions d'une étude rendue publique hier au congrès de l'Association des économistes québécois (ASDEQ), à Québec. Il a aussi été beaucoup question des problèmes d'intégration des immigrants en région, hier, et des moyens pour y faire face afin de contrer la rareté de la main-d'oeuvre.

L'étude a été commandée par le gouvernement du Québec à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Elle a été présentée par l'économiste de l'OCDE Sylvain Giguère.

Environ 55 % des immigrés du Québec occupent des emplois qui demandent des qualifications inférieures à leur formation.

Cette proportion est bien plus élevée qu'au Royaume-Uni, en France ou en Allemagne, par exemple, où ce taux est d'environ 33 %. Elle est cependant nettement plus basse qu'au Manitoba (70 %).

Précisons tout de même que le taux de surqualification n'est pas nul chez les natifs de la plupart des pays. Cette surqualification est de l'ordre de 30 % au Québec chez les natifs, soit un niveau semblable à celui de plusieurs provinces.

La part importante des immigrés surqualifiés constitue un problème, juge Sylvain Giguère. L'une des raisons est l'inéquation entre les nouveaux arrivants et les besoins du marché du travail, a-t-on pu constater durant les nombreuses conférences du congrès. Le Québec et le Canada, faut-il dire, accueillent des immigrants qui sont bien plus diplômés qu'ailleurs dans le monde, ce qui pourrait doper la surqualification, surtout si l'intégration fait défaut, ce qui est le cas en région.

Sylvain Giguère soutient pour sa part que le manque d'emplois de qualité et innovants joue un rôle dans le phénomène. À ce sujet, l'économiste de l'OCDE a constaté que les entreprises du Québec, étonnamment, n'utilisent pas pleinement les compétences de leurs employés, du moins pas autant que dans les autres grandes provinces du pays. Et cela est plus marqué dans le cas des immigrés.

Selon l'étude, la mauvaise connaissance du français est le premier obstacle à l'intégration, surtout en région, suivi des habitudes professionnelles et de la reconnaissance des diplômes. Autre élément qui joue en défaveur du Québec : les immigrés doivent souvent connaître le français et l'anglais pour avoir un emploi payant, ce qui n'est pas le cas ailleurs.

Absence de réseaux

Plusieurs conférenciers ont expliqué les problèmes d'intégration en région par l'absence d'un réseau d'immigrés. 

C'est que les nouveaux arrivants ne cherchent pas seulement un emploi, ils veulent aussi un milieu de vie, des écoles, des garderies et un réseau social. Les produits alimentaires et les lieux de culte qui leur sont propres sont également des éléments d'importance.

Il faut dire que le Québec, contrairement aux deux autres principaux pôles d'immigration que sont la Colombie-Britannique et l'Ontario, a misé sur une immigration beaucoup plus diversifiée au cours des dernières années. Ainsi, aucun des pays d'origine ne représente plus de 10 % du total des immigrés du Québec, ce qui n'est pas forcément le cas ailleurs, par exemple à Vancouver, où le bassin est essentiellement asiatique.

Ce phénomène a pour effet de rendre plus difficile le réseautage culturel en région d'un même groupe ethnique, bien qu'il permette d'éviter la constitution de ghettos.

« Par nature, les humains s'associent à ceux qui leur ressemblent », dit Marie-Christine Ladouceur-Girard, directrice du Bureau d'intégration des nouveaux arrivants à Montréal.

Au Québec, les immigrés s'installant donc dans la région de Montréal dans plus de 80 % des cas, même si seulement la moitié des postes vacants s'y trouvent. 

À Montréal, les deux tiers des enfants ont au moins un parent né à l'étranger, un net clivage par rapport à Québec.

Cette quasi-absence de réseaux rend d'autant plus importante l'implication des organismes d'accueil des immigrants en région. « Les Québécois sont bien gentils dans la rue, mais il est difficile d'être invité chez eux le samedi soir », illustre Mme Ladouceur-Girard.

Plusieurs conférenciers ont fait part des importantes lacunes de coordination des organismes en région, qu'il s'agisse des comités municipaux, d'Emploi-Québec, des organismes communautaires ou des ministères des deux gouvernements. Le travail se fait beaucoup trop en vase clos, illustre Audrey Murray, présidente de la Commission des partenaires du marché du travail.

Denis Renaud, directeur des ressources humaines d'Olymel, en sait quelque chose. Son entreprise de transformation alimentaire embauche quelque 2000 employés par année, dont 600 sont des immigrants. Il estime que le recrutement de chaque immigrant lui coûte 10 000 $ en frais de toutes sortes (voyages, accompagnement, etc.).

Et en région, où l'entreprise a de nombreuses installations, Denis Renaud doit régler des situations aussi bêtes que le transport. « Le vélo en hiver, en région, ce n'est pas facile, a-t-il dit à la salle, qui a éclaté de rire. On se trouve parfois à remplacer le service de transport local, en offrant des navettes en autobus jaune à nos employés immigrants. »

Quoi qu'il en soit, le Québec doit impérativement arrimer ses mesures d'immigration aux besoins. Il en va de la vitalité de notre économie, parfois même de la survie de certaines entreprises et régions.

Pierre Cléroux, économiste en chef de la Banque de développement du Canada, note que les deux tiers des PME de 20 à 49 employés disent avoir des difficultés à recruter de la main-d'oeuvre, ce qui les empêche d'investir et de croître.

Riche congrès, donc, où quatre ministres ont été interviewés, notamment par les économistes Clément Gignac et Jean St-Gelais. Seul hic, on aurait aimé avoir sur scène des immigrés qui nous présentent concrètement leurs démarches, de la descente de l'avion jusqu'à la première paye, en passant par la location du premier appartement...




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer