J'en suis tombé en bas de ma chaise. Autour de moi, tous ont aussi été surpris par les comparaisons, qui consacrent le très net rattrapage de Montréal sur Toronto, entre autres.

Mis à jour le 21 juill. 2016
Francis Vailles LA PRESSE

Je parle des revenus des familles au Canada, dont Statistique Canada a publié la semaine dernière la mise à jour (données de 2014). L'organisme compare les revenus médians dans les différentes villes et provinces au Canada. L'agence préfère comparer les revenus médians aux revenus moyens, car ils sont plus représentatifs de la famille type (1).

À première vue, les données renferment peu de surprises. Parmi les régions métropolitaines, la famille de Calgary continue d'avoir le plus haut revenu médian (104 530 $), tandis que celle de Trois-Rivières se maintient au bas de l'échelle (70 010 $).

En y regardant de plus près, cependant, j'ai été frappé par les comparaisons avec Toronto. Depuis longtemps, j'avais intégré dans mon esprit une évidence, immuable : les Torontois sont plus riches, plus prospères que les Montréalais, point à la ligne.

Or, quelle ne fut pas ma surprise de constater que le revenu médian des familles à Montréal (75 010 $) est pratiquement identique, désormais, à celui de Toronto (75 270 $). Il s'agit des revenus totaux avant impôts, qui englobent autant les revenus d'emploi et de placements que les transferts gouvernementaux (assurance-emploi, aide sociale, allocations pour enfants, etc.).

Pour en avoir le coeur net, j'ai comparé la croissance des revenus médians des familles au Canada de toute la base de données publiques de Statistique Canada. Les données les plus anciennes remontent à l'an 2000.

Pour ceux qui pensent que le Québec stagne, le constat est franchement étonnant.

Depuis 2000, le revenu médian des familles de la région de Montréal a crû de 50 %, comparativement à 36 % à Toronto. Ainsi, en 2000, les familles de Toronto gagnaient un peu plus de 55 000 $, soit 5000 $ de plus que celles de Montréal. Quatorze ans plus tard, le contexte économique des deux villes a presque complètement refermé l'écart (260 $).

Ce n'est pas tout. Le coût de la vie est plus cher à Toronto et il augmente plus vite qu'à Montréal. Par exemple, les maisons s'y vendent plus de 685 000 $, en moyenne, presque deux fois plus qu'à Montréal (345 000 $).

Ainsi, en retranchant l'inflation locale, la croissance réelle des revenus des familles passe de 50 % à 17 % à Montréal, mais tombe à un maigre 2 % à Toronto. Dit autrement, les familles types de Toronto ont pratiquement vu leurs revenus nets stagner depuis 14 ans, pendant qu'à Montréal, il y a eu une augmentation notable.

Exprimés en dollars constants, c'est-à-dire dégonflés de l'inflation, on peut dire que les revenus médians des ménages étaient de 6000 $ de plus à Toronto en 2000, mais ils sont maintenant de 1300 $ de moins. N'est-ce pas surprenant ?

Manifestement, Toronto a davantage souffert de la crise financière de 2008, elle qui est le principal centre financier au Canada. Les revenus médians ont d'ailleurs reculé durant les trois années suivantes. Et plus largement, l'Ontario et son secteur automobile ont été durement frappés par la récession qui a suivi la crise.

Par ailleurs, Montréal ne peut se comparer à Calgary, qui a largement bénéficié du boom pétrolier. La famille type y a vu ses revenus croître de 72 % (22 % après la très forte inflation), contre 50 % à Montréal (17 % après inflation). En revanche, la région métropolitaine de Québec est au sommet de nos comparaisons (+ 26 % après inflation), devant Calgary, Vancouver et Ottawa. N'est-ce pas surprenant ?

Certains pourraient dire que la croissance plus forte des revenus médians au Québec par rapport à l'Ontario s'explique surtout par notre redistribution plus généreuse de la richesse et non par la plus forte croissance économique. D'ailleurs, les revenus médians des familles monoparentales ont grimpé nettement plus vite au Québec (74 %) qu'en Ontario (55 %).

Toutefois, un coup d'oeil aux revenus des plus riches permet de constater que la croissance économique y est pour beaucoup. Au Québec, le nombre de familles autres que monoparentales qui gagnent plus de 150 000 $ a grimpé de 313 % depuis l'an 2000, contre 222 % en Ontario. Il y a encore moins de riches au Québec, mais la croissance de leur nombre est plus forte. N'est-ce pas étonnant ?

Oui, mais n'est-il pas trop facile de se comparer à une province en difficulté ? Pas vraiment.

D'abord, l'Ontario a toujours été notre principal point de comparaison, puisque c'est celle dont l'économie ressemble le plus au Québec. Ensuite, quand on se compare avec l'autre principale province non pétrolière, la Colombie-Britannique, on constate que nos revenus médians ont crû de façon semblable (55 % au Québec contre 56 % en Colombie-Britannique).

Durant toute cette période, le Québec n'a donc pas pris seulement de mauvaises décisions, quoi qu'on en dise. Les impôts des hauts revenus sont plus élevés, certes, mais les services sont aussi plus nombreux.

Cela dit, les chiffres de 2014 ne mesurent pas encore l'effet des compressions du gouvernement Couillard, comme ils ne prennent pas en compte les mesures d'austérité du gouvernement Wynne, en Ontario, ou les impacts de la crise pétrolière, dans l'Ouest.

***

1- La médiane est le point milieu qui sépare en deux groupes l'ensemble des revenus familiaux. Elle est souvent proche de la moyenne, mais la moyenne peut être trop fortement influencée à la hausse par les hauts revenus, entre autres.