Source ID:; App Source:

| Commenter Commentaires (12)

Après la corruption, la grève

Centralisé, bureaucratique, étouffant, notre régime de construction incarne... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Centralisé, bureaucratique, étouffant, notre régime de construction incarne ce qu'il y a de pire dans le modèle québécois.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Alain Dubuc
La Presse

Il y a quelque chose de tout à fait unique dans le conflit de la construction qui paralyse les chantiers du Québec. Et c'est que certains acteurs du côté patronal et certains acteurs syndicaux se retrouveront probablement ensemble derrière les barreaux, dans une forme assez inusitée de rapprochement patronal-syndical.

Ce n'est pas un hasard. Il y a un lien entre les révélations de la commission Charbonneau et le conflit actuel. Ce lien, c'est le régime de construction monstrueux dont le Québec s'est doté, un régime unique en Amérique du Nord, centralisé, bureaucratique, étouffant, qui incarne ce qu'il y a de pire dans le modèle québécois.

La lourdeur de ce régime a favorisé les dérives éthiques tant syndicales que patronales, et il crée le genre de situation que l'on vit présentement, où ce monde dysfonctionnel a la capacité de prendre l'économie québécoise en otage.

La première caractéristique spécifique au modèle québécois de la construction, c'est que l'industrie est encadrée par une loi, la loi R-20. Dans les autres provinces, la construction, en raison de ses spécificités, est aussi soumise à des régimes particuliers. Mais jamais dans les moindres détails comme au Québec, où l'on aime le mur-à-mur.

Deuxième caractéristique: c'est un organisme de type public, la Commission de la construction du Québec, la CCQ, où siègent des représentants patronaux et syndicaux, qui s'occupe d'à peu près tout: les avantages sociaux, l'application des conventions collectives, de la gestion de la main-d'oeuvre, les compétences et de la formation.

Troisième caractéristique: tous les ouvriers de la construction, pour avoir le droit de travailler, doivent obligatoirement être membres d'un des cinq groupes syndicaux accrédités.

Ces caractéristiques ont des conséquences. La plus évidente, c'est le pouvoir énorme dont disposent les syndicats, une sorte d'oligopole, qui contrôle souvent - ça arrêtera en septembre - le placement des travailleurs, avec les abus auxquels cela a mené.

Cette structure centralisée mène inévitablement à des négociations elles aussi centralisées, devant une partie patronale elle aussi oligopolistique. Cela rend le Québec très vulnérable, comme c'est le cas en ce moment, à des conflits qui peuvent paralyser l'ensemble du territoire.

Cette structure a contribué à créer un terreau fertile aux glissements éthiques dans le monde de la construction. Du côté syndical, le contrôle du placement et la capacité de moduler la «paix» sur les chantiers a donné lieu à certaines amitiés et aux retours d'ascenseur. Du côté patronal, la forte réglementation de l'industrie lui a permis de fonctionner en vase clos, à l'abri de la concurrence extérieure, ce qui a grandement facilité l'éclosion d'une culture de la collusion.

Enfin, cette structure très centralisée, très bureaucratique, a engendré une grande rigidité que la PDG de la CCQ, l'ex-ministre Diane Lemieux, combat courageusement. Par exemple, au Québec, il y a 26 métiers mutuellement exclusifs où une accréditation est indispensable pour qui veut travailler sur un chantier. En Ontario, il n'y a que 10 métiers pour lesquels une accréditation est obligatoire. Pourquoi?

On peut imaginer la complexité de l'organisation du travail, les délais, la multiplication des sous-traitants surspécialisés, quand un peintre ne peut pas plâtrer, et vice-versa, ou quand un poseur de carreaux ne peut pas poser un tapis. Et ajoutez le fait qu'en plus de 26 métiers, le Québec est divisé en 15 régions entre lesquelles la mobilité est limitée.

Peu importe l'issue de ce conflit, que le gouvernement impose un décret ou que les parties parviennent à une entente, que celle-ci favorise les syndicats ou plutôt les patrons, ça ne changera rien au fait que l'industrie de la construction québécoise est dysfonctionnelle et qu'elle le restera. Ce n'est pas d'une négociation dont le monde de la construction a besoin, mais d'une réforme.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer